NA : Jocelyn dans la 1ère partie de l’article sur La libération de Belfort 1944 nous a fait découvrir Les Armées de la Victoire engagées dans cette bataille et qui ont libéré Belfort. Cet article était complété par la présentation des insignes portés par ces armées.

Cette 2ème partie est consacrée à la médaille de la Libération de 1944 qui honora certains combattants… pour une autre libération de Belfort non plus en 1654 (voir article : La médaille de la prise de Belfort en 1654) mais en 1944, soit 3 siècles plus tard !

CPA Belfort Lion & drapeau français 2 CPA Belfort Lion & drapeau français 1

 Cartes postales anciennes

Belfort attend, dans la fièvre, l’heure de la délivrance qu’annoncera un communiqué officiel le 20 novembre 1944. Mais la ville ne sera complètement libérée qu’au matin du 25 novembre 1944, après la fuite de nuit des derniers Allemands réfugiés au château. L’intrépide coup d’audace, lancé par le général de Lattre de Tassigny qui avait juré de prendre Belfort sans la détruire avait réussi, non sans l’aide efficace des Résistants et  FFI de toute la région.

Communiqué 20 novembre 1944Communiqué du 20 novembre 1944

Dès la fin de l’après-midi du 20 novembre, les premiers cris de joie, d’allégresse et embrassades se répandent tout au long du parcours et des quartiers libérés, envers ses libérateurs. Après quelques heures de doute, après les derniers bruits de la bataille de la libération, l’espoir, puis le sentiment de liberté gagne la population belfortaine qui se répand dans les rues de la ville. Certains munis de drapeaux tricolores, de brassards, de cocardes rappelant au grand jour cette fièvre patriotique qui dort dans le cœur de tout citoyen.  Résistants de la première heure et de la dernière heure se mêlent à cette population débordante de joie, tandis que certains pensent que l’heure des règlements de compte est arrivée. 

Hommage aux libérateurs de BelfortHommage aux Libérateurs de Belfort, illustré par Robert Hennin (4)

Enfin le 25 novembre au matin, Belfort libéré peut penser à l’avenir. La Cité du Lion devient une plaque tournante, la base arrière logistique de cette armée française qui va de l’avant, à la conquête de la libération de l’Alsace et de tout le territoire français. Hommes, matériels, toute la logistique de guerre transitent, stationnent dans Belfort, la guerre n’est pas terminée !

Belfort libéré peut reprendre sa vie civile et administrative. Tout de suite, on ne sait pas comment honorer tous ces hommes qui risquent leurs vie pour que d’autres puissent vivre libres. Ces hommes qui ne sont déjà plus là, partis vers leurs destins et qu’on ne reverra sans doute jamais plus.

Les trois couleurs flottent à nouveau au dessus du Lion, quand, le 26 novembre 1944, à sa première réunion libre, les membres de la Chambre de Commerce de Belfort adressent aux Généraux de Gaulle et de Lattre de Tassigny ainsi qu’aux troupes libératrices, un vibrant témoignage de gratitude, d’admiration et de reconnaissance de toute la Cité qui en conservera le souvenir impérissable.

Article Libération Belfort Quand-Même 28 nov 1944 R

La une du 28 novembre 1944 du bihebdomadaire belfortain Quand-Même (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pour concrétiser ce solennel hommage, les administrateurs de la Chambre de Commerce ouvrent une souscription auprès des industriels et des commerçants afin de pouvoir offrir à chaque soldat libérateur de la ville, une médaille de bronze gravée à son nom, à titre de souvenir pour ce jour mémorable.

CPM Annonce visite de De Lattre 1 déc 1944

Photo De Lattre & Préfet Belfort 1 déc 1944

A droite : Accolade du général de Lattre de Tassigny au préfet de Belfort Lucien Laumet

A gauche : Reproduction de l’affiche annonçant la visite du général de Lattre le 1er décembre 1944 (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Grâce à leurs concours mais aussi celui de la municipalité et de subventions diverses, la somme réunie permet la concrétisation de ce projet. Le sculpteur-graveur retenu est Georges Crouzat d’Arcueil (1), on peut lire dans un courrier qu’il adresse au maire de Belfort, Pierre Dreyfus Schmidt (2), du 10 octobre 1945 ceci :

Lettre Crouzat 10 oct 1945Lettre de Georges Cruzat (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Donc on apprend par ce courrier du graveur au maire de Belfort et non pas au président de la Chambre de Commerce de Belfort que 20 000 insignes en carton sont prévus pour offrir ou récompenser. On apprend également toute la difficulté d’avoir des matières premières comme le carton et l’acier pour mener à bien un projet, ceci presque un an après la libération, la reprise d’une économie est toujours délicate après un conflit armé de cette durée.

A un mois du premier anniversaire de la libération de Belfort, la ville se prépare à cette grande manifestation prévue pour le samedi 24 et le dimanche 25 novembre 1945. La venue des différentes délégations des libérateurs de la ville et ainsi que la présence du Général de Lattre de Tassigny impose à la ville de donner toute sa valeur pour honorer ses hôtes. 

Programme Anniversaie Libération 1945 001Programme des Fêtes Anniversaire de la Libération du 22 au 25 novembre 1945

La population Belfortaine a été invitée à se rassembler pendant ces deux jours avec toutes les associations patriotiques, les délégations d’unités qui ont libérées Belfort et les autorités militaires et civiles pour commémorer le premier anniversaire de la libération de Belfort.

Ce fut l’occasion de donner les récompenses civiles ou militaires que chacun méritait. Les participants coté population ou autres ont pu recevoir des insignes souvenirs patriotiques. Soit un petit insigne (3) en tôle peinte avec son épingle marqué ‘’Belfort 21 novembre 1944’’.

1 Insigne Belfort 21 novembre 1944 R

 

 

 

Insigne ’’Belfort 21 novembre 1944’’

 

 

 

et bien sûr les 20000 petits insignes, en carton commandés par la municipalité sans doute sans épingle, représentant la médaille des libérateurs de Belfort.

2RR

 

 

 

Insigne en carton ‘’Belfort à ses libérateurs’’

 

 
 

Dans la lecture du programme édité pour ces manifestations, on peut y lire pour le dimanche 25 novembre 1945 à 10 heures :

‘’Hôtel de la Chambre de Commerce – Remise des médailles de Belfort offertes par la Chambre de Commerce aux troupes libératrices.’’

3 Programme RR

 

 

 

 

 

La page de garde du programme de 1945, illustré par Robert Hennin (4)

 

 

 

 

 

 

 

Ce 25 novembre 1945 fut le jour solennel pour remercier les libérateurs de Belfort. Pour les combattants présents, recevoir une médaille de bronze gravée à leur nom en signe de reconnaissance éternelle.

L’avers de la médaille représente le lion de Belfort sur son socle où se trouve le blason de la ville sur une gerbe de lauriers.

4 Médaille Belfort 1944 Avers RR

 

 

 

Avers de la médaille 1945

 

 

 

 

Son revers représente une couronne de lauriers où en haut on peut lire ‘’BELFORT A SES LIBERATEURS’’,  au centre un cartouche pour graver le nom et en bas ‘’20 NOVEMBRE 1944’’.

5 Médaille Belfort 1944 Verso RR

 

 

 

Revers de la médaille 1945

 

 

 

 

Sur la tranche on trouve le poinçon de la monnaie de Paris et marquée bronze; elle a un diamètre de 50 mm, d’un poids de 63 gr et de 4 mm d’épaisseur. 

Les médailles ont rencontrées un très vif succès et tous les libérateurs de la ville ont voulu posséder ce très beau souvenir. Malheureusement les critères d’attribution ont concernés uniquement les combattants du 20 novembre 1944. Ceux des 21, 22, 23 et 24 ont vus leurs demandes rejetées, les victimes pendant ces quatre jours à Belfort n’ont-ils pas droit à cet honneur ?

Toutes les demandes arrivent à la Mairie et à la Chambre de Commerce de Belfort où une certaine confusion règne pour l’attribution de ces médailles, pourquoi celle-ci, pourquoi pas celle-là ! Dans un courrier de Monsieur Jean Gauthier (5), Président de la Chambre de Commerce de Belfort du 7 septembre 1948 à Monsieur le Maire, on peut lire :

Lettre Chambre de Commerce Belfort 7 sept 1948Lettre de Jean Gauthier (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

On peut comprendre le courroux de ces combattants, de ces frères d’armes qui ont été sélectionnés, triés et jugés pour avoir le droit de dire, ‘’J’ai libéré Belfort, j’ai la médaille’’!

Une petite fronde se met en place, les nouveaux et nombreux combattants justifiant de leur droit demandent cette médaille, mais les crédits affectés sont épuisés.

Alors dans un nouveau courrier de la Chambre de Commerce de Belfort du 28 décembre 1948 au Maire de la ville, le président demande des crédits, des subventions pour un nouveau retirage de ces médailles. Le Conseil Municipal de Belfort dans sa séance du 13 février 1949 décide d’accorder à la Chambre de Commerce de Belfort une subvention provisionnelle de  75 000 frs pour l’achat de nouvelles médailles de la libération de Belfort.

On sait via un courrier de Monsieur le Maire de Belfort, Hubert Metzger (6), en date du 30 septembre 1954 à Monsieur François Borreo d’Oran (Algérie), soit près de dix ans après la libération de Belfort que 1274 médailles ont été attribuées.

Combien de médailles ont été données sans attribution, difficile de le dire, car on rencontre des variantes dans la frappe avec un moulage plus grossier.

6 Médaille Belfort 1944 Avers RR

 

 

 

Avers de la médaille moulée

 

7 Médaille Belfort 1944 Verso RR

 

 

 

 

                       Revers de la médaille moulée

 

 

Les caractéristiques de cette médaille sont : un diamètre de 49,5 mm au lieu de 50 mm, un poids de 52,5 gr au lieu de 63 gr et une épaisseur de 3,7 mm au lieu de 4 mm.

Pour le cinquantenaire de la libération de Belfort en 1994, une nouvelle frappe a été réalisée et attribuée aux combattants survivants qui avaient reçus la médaille en 1945. On trouve sous le cartouche d’attribution, ici à Monsieur Alphonse Weiss (7), Belfortain bien connu,  les 2 dates soit  20 XI 1944 et 20 XI 1994.

8 Médaille Belfort 1944 Avers RR

 

 

 

Avers de la médaille de 1994

 

9 Médaille Belfort 1944 Weiss 1994RR

 

 

 

 

                      Revers de la médaille de 1994

 

 

Les caractéristiques de cette médaille sont : un diamètre de 49,8 mm au lieu de 50 mm, un poids de 65,5 gr au lieu de 63 gr et une épaisseur de 4.2 mm au lieu de 4 mm. Elle est en bronze gravé sur tranche.

Ainsi se termine le parcours de la médaille de la Libération de Belfort avec des critères d’attribution qui se discutent, le petit goût d’amertume qu’elle a donnée à certains combattants de la libération de Belfort et surtout les militaires ne comprenant pas toujours les choix des civils qui veulent bien faire et qui passent à côté de grandes choses !

Jocelyn C. Déc. 2012

 

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir.

Appendice

Photo Crouzat

(1) Léopold Georges Crouzat : Sculpteur, graveur et médailleur français né à Castres le 27 mars 1904 et mort le 4 juin 1977 à Arcueil (Essonne). Il a réalisé de nombreuses médailles (plus de 300) mais aussi de nombreuses sculptures (environ 200). Son buste sur Jean Jaurès fut récompensé de la médaille d’argent à l'exposition universelle de 1937.

(2) Pierre Dreyfus Schmidt : Né le 11 mars 1902 à Belfort. Avocat, il verse très tôt dans la politique. Conseiller municipal dans la Cité du Lion dès 1929, il devient maire en mai 1935. Mobilisé en 1939, prisonnier en juin 1940, il s’évade quelques mois plus tard.

Photo Pierre Dreyfus-Schmidt Maire

En 1944, il rejoint l’Afrique du Nord, participe à la campagne d’Italie, au débarquement en Provence et à la libération de Belfort. Il entre dans sa ville natale le 21 novembre. Reprend sa place de maire, gagne les élections de mars 1945 et élu député la même année, il laisse son poste de maire en 1946 à son adjoint Hubert Metzger. Battu aux élections de 1951, il reprend son poste de maire en février 1958 jusqu’à son décès, le 4 juillet 1964.

Fait Chevalier de la Légion d’Honneur, titulaire de la Croix de Guerre et de la Médaille de la Résistance. Il a joué un grand rôle dans le développement de la ville, plus particulièrement de ses quartiers et des équipements éducatifs et sportifs.

(3) Insigne de la Libération de Belfort : Ecu en tôle d’aluminium peinte munie de son épingle en date du 21 novembre 1944 avec le blason de Belfort souligné d’une croix de Lorraine

Photo Robert Hennin(4) Robert Hennin : Né à Delle le 15 juillet 1903, décédé le 18 mai 1971 à Belfort.

Dessinateur en 1924 à la Société Alsacienne de Constructions Mécaniques, il intègre le magasin Au Bon Marché en 1929 comme décorateur, étalagiste et chargé de la publicité. Il s'installera ensuite à son compte comme dessinateur publicitaire. Résistant de la première heure, arrêté, il participe à la libération de Belfort et y sera blessé.

Recevra la Croix de guerre, la Médaille de la Résistance et la Croix du combattant volontaire de la Résistance. Il reprendra sa passion, le dessin pour illustrer de nombreux livres ou autres.

Photo Jean Gauthier

(5) Jean Gauthier : Né à Belfort le 17 décembre 1897. Industriel, reprend l’entreprise familiale de fabrication de peinture dans les années 20, la développe au niveau national en devenant la société IPA (Industries des Peintures Associées) dans les domaines de la peinture, les vernis et les revêtements muraux.

Président de la Chambre de Commerce de Belfort de 1945 à 1965; il succède à Georges Dollfus mort en déportation au camp de Dachau en avril 1945. Il est conseiller municipal de 1947 à 1971, et président du Conseil Général de 1950 à 1954. Il est membre fondateur du Club Rotary du Lion en 1948. Grand acteur du développement industriel et commercial de la ville. Médaillé des Croix de Guerre 1914-1918 et 1939-1945, Officier de la Légion d’Honneur… Il décède le 8 septembre 1977 dans sa ville natale.

Photo Hubert Metzger Maire(6) Hubert Metzger : Né à Belfort le 7 octobre 1884. Chef de bureau à la Préfecture, 1er adjoint en 1935, succède au poste de maire de la Cité du Lion à Pierre Dreyfus-Schmidt qui est mobilisé en 1939; pour le lui redonner à la libération en novembre 1944. Il assure un second mandat de novembre 1946 jusqu’à son décès le 1er février 1958. Il a participé activement à l’essor de Belfort d’après  guerre.

 

(7) Alphonse Weiss (1925-2009) : Ancien militaire a fait les campagnes de France, d’Allemagne, d’Indochine et d’Algérie. Ancien Chasseur au 6ième  RCA en 1944-1945.

                    ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---