NA : Après Jocelyn, c’est Bernard qui vient proposer un article. Son sujet sort des sentiers battus de la Savane car il porte sur un Lion, pas sur un des Lions (1) de l’équipe nationale de football du Sénégal mais bien sur notre Lion celui de Belfort sis au pied du Château.

Sur les traces du Lion

Dernièrement est revenu du Sénégal, Claude, avec dans ses bagages une reproduction d’un emblème cher à notre cité, le Lion de Belfort. Il vient rejoindre ma collection et trôner au sein de ses congénères. Par son gabarit, il les domine tous et pas que de la tête et des épaules!

 P1110739 P1110746

L’art africain, confronté à notre Lion

De ses précédents voyages, Claude m’avait montré des photos et des sculptures que les artistes locaux sénégalais réalisent avec une dextérité surprenante au regard des instruments utilisés...

Sénégal Carte Bienvenue CM

 A gauche, Claude nous invite à le suivre...

Sachant qu’il devait retourner au Sénégal et passionné par notre fauve local de grès rose, j’ai eu l’idée de lui confier une statuette pour qu’il en fasse réaliser une copie par un sculpteur du cru.

Sénégal Carte Nianing

 

 

Localisation de Nianing sur la carte du Sénégal

 

 

 

Claude proposa à un sculpteur pratiquant son art à Nianing (2), Douga de son prénom, 20 ans de pratiques, de réaliser ce projet.

PICT0205Claude avec le sculpteur Douga

Spécialiste de l’art africain, il travaille dehors, sur la plage. Il a beaucoup travaillé à Saly (3), le Saint-Tropez du Sénégal et depuis plusieurs années, son activité se déroule à Nianing bien qu’habitant à M’bour (4).

S 537

 

 

Il est plutôt spécialisé dans les têtes ou corps de femmes et dans les animaux typiques de son pays. Mais il réalise à la demande de Clients des sculptures.

 

         L’artiste Douga avec ses réalisations

 

Il travaille essentiellement par inspiration et n’aime guère les reproductions, mais pour cette fois il a accepté de relever le défi que lui proposait Claude, mon émissaire.

 S014 S 826

Deux exemples des travaux traditionnels réalisés par le sculpteur Douga : un crocodile avec sa proie et un hippopotame

Douga choisit des troncs bruts qui ont déjà une forme rappelant ce qu’il doit sculpter. Il a un autre impératif à prendre en compte, le sens du fil du bois. Il commence son travail avec une pioche qu’il a conçu lui-même, assis par terre, en bloquant s’il le faut la pièce avec ses pieds nus.

Douga travaille plusieurs essences de bois.

PICT0819

 

Pour ce projet, il a choisi d’utiliser un tronc d’arbre d’environ un mètre de long et d’un bon 30 centimètres de diamètre.

 


Le tronc sélectionné

 

Ce bois, du teck mis longtemps à sécher et trouvé chez un grossiste du  M bour (village de l’artiste), devait permettre de réaliser l’œuvre attendue. Il travaille également l’ébène, mais pour un cout plus élevé.

Trois jours plus tard après l’achat du tronc,

PICT0845

 

Douga attaque l’ébauche avec son outil, une simple pioche courte, assis en bordure de plage protégé du soleil par l’ombre projeté d’un cocotier.   

Début de l’ébauche

 

Les coups de sa pioche sont précis et préparent le dégrossissage du tronc pour donner la forme attendue

PICT0860

 

 

L’artiste s’inspire du petit modèle posé devant lui

 

 

 

Le sculpteur travaille principalement pour les touristes ou pour des commerçants appelés ‘’Bana-Bana’’, ne s’arrêtant que pendant la morte saison, la saison des pluies en juillet et août.

PICT0864

 

Au quatrième jour de travail, l’ébauche est terminée.

La forme générale est là, mais pas encore le lion

 

Le dégrossissage étant terminé,

PICT0976

 

Douga commence à sculpter avec finesse le bois pour s’approcher de la forme du fauve en regard du modèle fourni.

 

Le morceau de bois est devenu lion

 

Douga travaille sur plusieurs projets en même temps. Suivant le sujet à sculpter et avec une expérience acquise au fil du temps, il peut le réaliser en quelques heures.

Dans le cas de cette commande, il passera beaucoup plus de temps; environ 4 fois le temps mis pour réaliser un crocodile d’un mètre de long !

PICT0997

 

Les derniers coups de pioches sont donnés à la fin du 13ème jour.

 

La forme du lion est là

 

PICT1007

 

Quand arrive la partie finition, Douga laisse sa pioche pour utiliser d’autres outils plus précis comme des ciseaux à bois et également une lime.

Il faut donner au lion sa prestance      

La touche finale passe par le ponçage. Douga utilise un couteau et de la toile émeri pour lui apporter une texture lisse au touché.

En final, il passe une couche de cirage de couleur ou transparent pour faire briller et donner la teinte finale.

PICT1043a

Le vernissage est terminé

Il est amené parfois à utiliser les services d’un assistant, finisseur et polisseur.

Le dernier travail de Douga est de graver sa signature sur l’œuvre unique qu’il a réalisé en ces mois d’avril-mai 2013.    

P1110743

La signature de l’artiste sous le socle du lion

Douga a mis environ un mois à sculpter ce lion, sachant qu’il travaille sur plusieurs sujets en même temps.

Douga est plutôt fier d’avoir réalisé cette commande un peu particulière, un lion de Belfort ! Tout au long de ces heures passées à donner vie à ce fauve, il a dû maîtriser les centaines coups portés avec sa pioche pour ne pas compromettre le bon déroulement de son travail.

PICT1043

 Duo de fierté

Douga ne fait pas qu’exécuter des sculptures, il forme aussi des apprentis à cet art où la maîtrise du geste est impérative. Plusieurs sont maintenant à leurs comptes et perpétuent le savoir-faire sénégalais voir africain.

P1110741

La face cachée du Lion

Ainsi se termine l’histoire de la réalisation de ce lion, d’une longueur de 48 centimètres sur 14 centimètres de large, pour une hauteur de 25 centimètres et un poids de 6 kilogrammes environ

Bernard

 

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo ou un document, vous pouvez l’agrandir.

Légendes

(1) Lion : Les footballeurs de l’équipe nationale du Sénégal sont appelés Les Lions. Parfois, à tort, ils sont appelés par les journalistes ‘’Les Lions de la Téranga’’. D’autres équipes nationales portent elles aussi le terme ’’les Lions’’ comme le Maroc avec les ‘’Lions de l’Atlas’’, le Cameroun avec les ‘’Lions Indomptables’’… La Fédération Sénégalaise utilise le terme de ‘’Mbarodi’’ qui veut dire Lion en langue peule (langue pratiquée par de nombreux pays d’Afrique).

Equipe Football Sénégal

Publicité pour les Lions du Sénégal

(2) Nianing : Village d’environ 6000 habitants sur la cote ouest (Petite Côte) au sud de Dakar. Autrefois, ce bourg était un grand port commercial d’où partaient coton et arachides. Aujourd’hui, la pêche et le tourisme y sont les premières ressources, avec l’élevage et l’agriculture.

(3) Saly (ou Saly Portudal) : Station balnéaire de 10000 habitants située sur la cote ouest (Petite Côte) au sud de Dakar. Comme le nom le sous entend, ce village à l’origine fut un comptoir portugais. La station a été créée de toutes pièces au début des années 80. La plage bordée de cocotiers est protégée par une baie. Elle fut le Saint-Tropez sénégalais. Mais au fil du temps, l’érosion réduit de façon significative la plage.

 CPM Saly

(4) M’bour : Ville de plus de 180 000 habitants sur la côte ouest (Petite Côte) à environ 80 kilomètres au sud de Dakar et à 5 kilomètres de Saly. M’bour est le deuxième port du Sénégal d’où on exporte du titane; la ville s’est construite autour de la mine. Ces ressources sont aussi le tourisme et la pêche. En 1987, la réserve écologique expérimentale de M’bour a été créée permettant la surveillance et la recherche à travers un écosystème réduit côtier comprenant une savane arbustive, un marigot-lagune et du litorral atlantique. La ville est jumelée avec Concarneau depuis 1974.

              ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---