Dans le cadre de la 10e édition des ‘’Rendez-vous aux jardins’’ organisé par le Ministère de la Culture, a débuté en ce mois de juin une manifestation à Belfort intitulé ‘’Un été au jardin’’ réalisée par la bibliothèque municipale avec le service des Espaces verts de la ville. En plus d'une très belle exposition en ce lieu, de nombreuses et différentes thématiques sont proposées jusqu’à fin août.              IMG_1248 BF

Affiche de l’exposition (aquarelle de Marie-José Clerc)

A cette occasion les Cartophiles & Collectionneurs du Territoire de Belfort proposent un billet sur les squares de Belfort appelés dans le passé aussi jardins publics.

Les origines des squares de Belfort

A l’origine, Belfort possédaient deux promenades créées au milieu du 18ème siècle. La première longeant la place d’Armes était bordée de tilleuls plantés en 1751 et la seconde implantée le long de la Savoureuse à l’entrée du faubourg (à l’emplacement actuel du théâtre et du parking) en 1766; cette dernière sera restaurée en 1829.

place d'armes 1860 FIL

         Sur cette gravure de 1860, on aperçoit la rangée de tilleuls place d'Armes

A partir de 1873, une promenade est créée sur les glacis de la porte de France (entre le boulevard Carnot, la rue de la République, la rue de Cambrai et l’avenue Foch).

1889b - l

        Plan de 1889, la promenade implantée sur les Glacis de la Porte de France

glacis porte de france av glacis porte de france 1900

                                  2 photos de la même promenade vers 1900

Ces allées arborées étaient le lieu convivial où les musiciens des régiments de garnison donnaient aubade à la population belfortaine. On peut considérer que ces lieux sont les ancêtres des squares de Belfort !

C’est sous les municipalités menées par les maires Noël Lapostolest et Edouard Levy-Grunwald que les jardins publics (ou squares) ont vu le jour dans la Cité du Lion. Il y avait besoin de verdure pour le promeneur…

Maire Lapostolest 001R Maire Lévy-Grunwald 001R

                  Noël Lapostolest                                       Edouard Levy-Grunwald

             Maire (août 1920 - mai 1925)                           Maire (mai 1925 - mai 1932)

Le champ de foire futur square du Souvenir

Un des premiers squares implantés à Belfort est le square du Souvenir. Il fut implanté en lieu et place de l’ancien champ de foire lui-même créé au tout début des années 1900.

Avant de devenir champ de foire, ce terrain d’un peu plus d’un hectare, appartenait à un propriétaire de plusieurs parcelles sur Belfort, Madame Louise Caroline Goetz Veuve Grosborne. C’est lors du conseil municipal du 7 octobre 1899 qu’est acté le projet de l’acheter. Il est finalement acquis le 16 janvier 1902 pour 16500 francs.

Square du Souvenir 1896-98

Photo en 1898 du terrain, longeant la Savoureuse, où s’installera le Champ de Foire

Ce lieu étant le rendez-vous incontournable, tous les premiers et troisièmes lundis du mois, des éleveurs et maquignons pour la vente de leurs bœufs, vaches, chevaux, cochons… Les acheteurs potentiels pouvant comparer les prix et la qualité des animaux présentés par leur propriétaire.

Par contre, pour la première quinzaine du mois de juillet, le champ de foire reçoit d’autres animaux… mais ceux-ci sont de bois ! Ils constituent les éléments indétrônables… des manèges et sont les attractions favorites de la fête foraine pour divertir et amuser les petits comme les grands.

Champ de Foire 1905-08a

Carte postale du champ de foire (vers 1905-1908)

Sur cette carte, on voit que le lit de la Savoureuse n’avait pas beaucoup d’eau; il y a même un pêcheur... dans son lit !

Champ de Foire 1912-14

Carte postale du champ de foire (vers 1912-1914)

Sur les deux vues, le bâtiment que l’on aperçoit est celui du CIC (ex CIAL), situé au coin de l’avenue Foch et de la rue de Cambrai.

 

Nous voici à la fin de ce premier billet sur l’origine des squares de Belfort, nous poursuivrons cette série avec l’un des premiers réalisé dans la Cité du Lion, le square du Souvenir.

 

Références : Revues municipales, Documents déposés aux Archives municipales, Presse de la période…

JM

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir.

La suite de cette série à découvrir grâce au lien ci-dessous :

                                         Square du Souvenir =>

Appendice

(1) Noël Lapostolest : Né le 2 novembre 1866 à Belfort. Il est le descendant d’une vieille famille belfortaine. Après des études au lycée, il entre à l’Ecole Centrale et obtient son diplôme d’ingénieur des Arts et des Manufactures.  Après dix années passées aux mines de Carmaux, il rejoint la SACM. Conseiller municipal dès 1919, il devient maire le 28 août 1920 suite au décès brutal le 14 juillet du maire Léon Schwob. Sous son mandat, on peut noter la création de l’Ecole pratique, le développement de l’hygiène dans les groupes scolaires, la poursuite du développement de l’urbanisme, la création du square du Souvenir… Par contre durant son mandat, des tensions dans le conseil municipal n’ont pas facilité le déroulement optimisé des projets et provoqué sa non réélection en 1925. Il décède le 23 août 1947 dans la Cité du Lion.

(2) Edouard Levy-Grunwald : Né le 5 novembre 1861 à Strasbourg. Il vient à Belfort après le conflit 1870-1871. Au décès de son oncle, il reprend la belle affaire de tissu en gros Lévy-Grunwald & Schmitt. Entré au conseil municipal le 22 août 1920, il est élu en 1925 et réélu en 1929. Il poursuit le travail effectué par ses prédécesseurs et influe significativement  l’embellissement de la ville, de son extension (quartier de la Pépinière, du Mont, de la Miotte…), son verdissement (square du Souvenir, de la Roseraie et Jean Jaurès), la création du marché couvert faubourg des Vosges, le développement du domaine scolaire (Ecole supérieur des filles, le groupe scolaire du Mont, nouveau bâtiment pour Châteaudun…), la création de l’école de musique… et encore beaucoup d’autres réalisations seront menées pendant ses deux mandats. Il a donné tout son temps à sa ville d’accueil et a signé sa sortie le 10 mai 1932 en se suicidant, avec une arme achetée le jour même, derrière le Monument aux morts ! Tout un symbole qui laissera les belfortains stupéfaits de cette fin tragique; un peu orphelins d’un maire toujours accessible et entièrement dévoué à la Cité du Lion.

                    ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---