MAJ le 14 février 2016

Ce nouveau billet ouvre ou plutôt complète une série débutée par l’article rédigé en avril 2013 sur l’inauguration du Monument des 3 Sièges du 15 août 1913 qu’on pourrait intituler ‘’Il y a 100 ans…’’. Mais un article peut être commun à plusieurs items ou familles (appelées catégories dans le blog) comme ce nouveau billet car il parle aussi des médailles...

Pour mémoire l’article sur l’inauguration : Cliquer ici.

Le 21 janvier 1914 s’est déroulée une importante remise de médailles militaires sur la Place de la République de Belfort sous les ordres du Général de division Thévenet (1), gouverneur de la place.

CPA Belfort Lt Boucher Croix de guerre 21 Janv 1914

Carte postale de la remise de médaille au lieutenant Max Boucher

Cette cérémonie a été commémorée par l’édition d’au moins deux cartes postales qui montrent la remise de La Croix de la Légion d’Honneur (texte relevé sur les cartes postales), plus précisément c’est Chevalier de l’ordre  national de la Légion d’Honneur (2), aux lieutenants aviateurs Max Boucher (3) et Alexandre Gourlez (4). Ces nominations avaient été effectuées le 31 décembre 1913.

CPA Belfort Lt Gourlez Croix de guerre 21 Janv 1914

Carte postale de la remise de médaille au lieutenant Alexandre Gourlez

Ils ne furent pas les seuls récipiendaires lors de cette cérémonie.

Petit retour sur cet événement

La cérémonie eu lieu donc le 21 janvier 1914 à 13 heures sous quelques flocons de neige, sur la Place de la République devant le tout nouveau Monument des Trois Sièges.

Pour ces remises de décorations, chaque régiment d’infanterie était représenté par un bataillon avec ses couleurs ainsi qu’une délégation des autres corps d’armée présents dans la Place.

Le Général Thévenet arriva sur son cheval accompagné des généraux Curé et Dumas, du Lieutenant-colonel Martinet, des officiers d’état-major escortés par les Dragons.

place république 1913-18

 

 

 

Pendant la Marseillaise jouée par les musiques, ils passent en revue les troupes et viennent saluer les Défenseurs de Belfort sur leur piédestal.

 

Carte postale illustrée Monument des 3 Sièges

 

 

Les porte-drapeaux des régiments des 35e, 42e, 171e et 172e de Ligne, les étendards du 11e Dragon et du 9e d’artillerie se sont rangés devant le monument face à la Préfecture.

CPA Belfort Drapeau 35ème  CPA Belfort Drapeau 42ème

Cartes postales retraçant les faits des régiments du 35e et 42e avec leur drapeau

Les récipiendaires se sont placés devant les drapeaux et les officiers derrière.

CPhoto Belfort Cérémonie médailles 42ème 21 Janv 1914 recto  Belfort 1914 01 21 CPA Remise médaille Drapeau 42e

Présentation du drapeau du 42ème régiment d'infanterie

NA : A l’existence de la carte photo de la cérémonie, j’ai découvert récemment (janvier 2016) une carte postale identique dont le cliché est légèrement déporté à droite.

On voit à gauche, la Salle des Fêtes qui a été terminée en 1913

Le Général Thévenet remet les décorations en commençant par la Légion d’Honneur de rang d’Officier  au Colonel Bonfait commandant le 42; puis celle de rang de Chevalier au Commandant Petit du 42e, au médecin-major Romary, au Capitaine Vauthier du 11e dragon, au chef de musique Roinette du 42ème, aux deux lieutenants aviateurs Boucher et Gourlez, et enfin la Médaille Militaire (5) à l’adjudant-chef Comte du 171e, au gardien de batterie Gilliotte, à l’adjudant Zerling de l’infanterie de la coloniale, au brigadier de gendarmerie Liollier de Montreux-Château, au brigadier Siran de la gendarmerie tunisienne, au brigadier Valentin des douanes et au gendarme Pierson de la gendarmerie de Lachapelle-sous-Rougemont.

Médaille Chevalier Légion d’Honneur Médaille Officier Légion d'Honneur Médaille Militaire

Dans l’ordre, Légion d’Honneur Chevalier et Officier, Médaille Militaire

Après la remise des médailles, le Général Thévenet remonte à cheval avec ses officiers et assiste, devant le café Le Glacier, au défilé des troupes précédées du Général Rouquerol adjoint au Gouverneur.

CPhoto Belfort Cérémonie médailles 21 Janv 1914

Carte photo : Fin de la cérémonie

Cette cérémonie s’est déroulée devant une assistance importante de spectateurs et en présence des autorités civiles de la ville.

Epilogue

Cette article sur cette cérémonie a eu deux conséquences, d'une part d'identifier la date de deux cartes photos éditées à cette occasion et d'autre part être à l'origine d'un autre article traitant du début de l'aviation à Belfort.

Voir l'article (Le début de l'aviation à Belfort) : Cliquer ici.

JM

Références : Brochure ‘’Autrefois l’Aviation à Belfort’’ (André Larger), Revue Horizon de la Chambre de Commerce n°4 de 1984, le journal La Frontière, le Dictionnaire biographique du Territoire de Belfort, le Site Wikipédia, le Site Léonore des Archives Nationales, le Site asoublies1418.fr, divers autres Sites…

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo, vous pouvez l’agrandir.

Appendice

(1) Général Thévenet : Claude Marie Frédéric Thévenet est né le 27 janvier 1851 à Château-Chinon (Nièvre).

Général Thèvenet R

 

Il termine de brillantes études par l’Ecole Polytechnique puis l’Ecole d’Application du Génie de Fontainebleau. Il fut directeur du génie dans plusieurs villes dont Belfort en 1902. Nommé général de brigade en 1906, il devint gouverneur à Epinal en 1911 puis à Belfort le 20 décembre 1913.

 

A ce titre, il est nommé Commandant supérieur de la défense des places du groupe de Belfort. Avec 80000 hommes de troupe, il renforce les fortifications et dès le lendemain de la déclaration de la guerre, il fait évacuer le 2 août 1914 les civils ‘’inutiles’’. Il établit une ligne de front à 10 kilomètres de la ville pour la protéger. Il est relevé de son poste le 12 août 1915 et promu sur un autre poste en octobre.  

Il est mort le 4 avril 1927 à Paris.

(2) Légion d’Honneur : L’ordre national de la Légion d’honneur a été institué par Napoléon Bonaparte le 19 mai 1802; elle est la plus haute décoration honorifique française. Elle récompense les civils et militaires qui ont rendu ‘’un mérite éminent’’ à la Nation. Le nombre de ‘’légionnaires’’ est limité à 125000 décorés vivants depuis 1962 sous le Général de Gaulle.

La Légion d’honneur est composée de cinq ordres : Chevalier, Officier,  Commandeur, Grand officier et Grand-croix.

La croix a été remise également à des régiments, des établissements d’enseignement du supérieur

Des institutions (école, entreprise, association…) et des régiments ont été décorées de la Légion d’honneur.

(3) Max Edmond Boucher : Né le 11 avril 1879 à Voiron (Isère).

Photo Aviateur Max Boucher R BF

 

Il s’engage le 1er octobre 1900 dans les Dragons, puis est versé dans l’aviation le 15 novembre 1911 comme élève-pilote. Il est affecté à l’escadrille de Belfort à sa création en octobre 1912. Réussi son brevet militaire le 15 décembre.

 

 

 Il décède le 16 décembre 1929 à Neuilly-sur-Seine.

(4) Alexandre Gourlez : Né le 13 septembre 1886 à Montigny en Gohelle (commune du Pas-de-Calais, près d’Hénin-Beaumont).

CPA Aviateur Alexandre Gourlez R

 

 

Il entre à l’Ecole Spéciale militaire le 25 octobre 1905. Promu sous-lieutenant le 25 septembre 1907 au 21ème Bataillon de chasseurs à pied et lieutenant le 1er août 1909.

 

Affecté le 26 avril 1911 au 144ème régiment d’infanterie puis en octobre au 25ème bataillon de sapeurs aérostiers. Il obtient son brevet de pilote militaire le 14 août 1911. Il rejoint l’escadrille de Belfort en 1913 (date à confirmer). Il devient le chef de l’escadrille BL10 le 2 août 1914. Il fut le commandant de plusieurs escadrilles (N23 en 1915, SPA463 en 1917).

Décédé le 23 novembre 1919 à Saint-Maurice (commune du Val de Marne).

(5) Médaille Militaire : C’est une décoration instituée le 22 janvier 1852 par Bonaparte pour récompenser les militaires ou assimilés non officiers, les régiments et à titre exceptionnel les généraux ayant commandé en chef devant l'ennemi et des étrangers. Elle ne possède pas de grade. Elle a évoluée à trois reprises (1870, 1946 et 1958).

Elle est parfois appelée Médaille des braves ou bijou de la nation.

           ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---