Dimanche 10 janvier, j’avais un nouveau rendez-vous avec le poète belfortain Léon Deubel (1) à travers l’opéra rock Epitaphe écrit par Francis Décamps (2), un ex Ange, qui a préféré au soleil, la lune car peut être plus inspiratrice…

La première fois, il a été présenté au théâtre du Granit, les 21 & 22 décembre 2013 dans le cadre de l’année Deubel célébrée à Belfort, à l’occasion du 100ème anniversaire de son décès.

Page de garde Annonce concert Epitaphe

Page de garde du programme

Ayant beaucoup apprécié ce concert dédié au poète maudit, j’ai décidé de replonger dans cet univers deubelien.

Il faut dire qu’en 2013, j’avais suivi les traces du poète natif de Belfort où il est né le 22 mars 1879, à Maisons-Alfort où il s’est suicidé le 12 juin 1913, en passant par Baume-les-Dames où il effectua ses études (baccalauréat), Pontarlier où il fut répétiteur, Nancy où il dût effectuer son service national, Florence … son parcours ne fut pas un long fleuve tranquille, il en est son linceul !

Pour ceux qui veulent découvrir son parcours : Cliquer ici

Programme Expo Deubel Tour 46 R

Léon Deubel (extrait du programme de l’exposition à la Tour 46 en 2013)

Origine de cet opéra-rock

Cette idée vient de Robert Belot, l’adjoint à la culture de la ville, qui proposa à Francis Décamps, lors du concert d’ouverture du FIMU le 25 mai 2012 par les Gens de la Lune, d’écrire un opéra rock sur le poète.

FIMU 2012 Francis Décamps Photo Le Pays

Francis Décamps FIMU 2012 (Photo Le Pays)

Après avoir étudié tout l’été la vie du poète, Francis Décamps accepta le challenge et proposa aux membres de son groupe, Gens de la Lune (3), de mettre en parole et musique la vie plutôt rock de Léon Deubel.

Formation les Gens de la Lune  

Logo Gens de la Lune

Francis Décamps : Claviers et chant
Damien Chopard : Guitares et chant
Mathieu Desbarats : Basse et percussions
Cédric Mells : Batterie et cor
Jean-Philippe Suzan : Chant et percussions

Revenons au concert…

En 12 tableaux musicaux, Francis Décamps et son groupe, revisitent les 34 années de la vie du poète dont le rôle est dévolu à Jean-Philippe Suzan. Il faut dire que le chanteur habite le rôle du poète avec force dramaturge.

Affiche Epitaphe 10 janvier 2016

Affiche du concert

NA : Un petit préambule concernant la suite de ce billet, j’ai mis en marron gras les paroles (partielles) de Francis Décamps avec un léger décalage / bord et en violet gras les vers (partiels) de Léon Deubel en italique centré.

Brillant embryon

Ce premier morceau traite du vers qu’est l’embryon intra-utérin jusqu’à l’accouchement du petit Léon le 22 mars 1879, vu par le poète lui-même sur un texte de Francis Décamps.

  • Brillant embryon d’un amour pathétique
  • A l’abri des tornades et tourmentes malsaines
  • Je grandis dans la nuit d’un parcours erratique
  • Et je deviens le fœtus d’une mer érogène
  • J’arrive !

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 101

Léon Deubel sort de son cocon (Photo Bill Bocquet)

  • Le portique s’entrouvre, illuminant la nuit
  • Le clair-obscur pénètre, divinement rebelle
  • Je crie !
  • Je pleure !
  • Je vis !

Quelques vers tirés des Sonnets intérieurs sont aussi déclamés; en ceux-ci, le poète parle de sa mère qui a quitté le monde des vivants le 5 janvier 1886.

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 102

Jean-Philippe Suzan  (Photo Bill Bocquet)

Ma mère, il serait doux de te savoir encore
Dans la pénombre grave où luisaient tes bandeaux
Où le bruit familier de tes humbles travaux
M’ouvrait l’amour secret de ta chambre sonore

Triste Mardi Gras

Ce deuxième tableau met Deubel en relation avec sa grand-mère (jouée par Francis Décamps) le jour du Mardi Gras. Il est soumis à un chantage, s’il veut savourer sa douceur favorite qu’est le kouglof, il doit aller danser au bal où tout le gratin belfortain s’y presse.

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 103

Francis Décamps plein de conseils (Photo Bill Bocquet)

  • Suis les conseils de Grand-mère Mayer,
  • Sois attentif mon garçon !
  • Attifé de ton Knickerbocker
  • Tu devras faire sensation.

Cette contrainte n’est pas du goût de Léon lui qui préfère déjà voyager dans son imaginaire. Mais il va tout de même accepter et danser avec une jouvencelle déguisée tout en maudissant la musique jouée !

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 104

La grand-mère convînt Léon (Photo Bill Bocquet)

  • J’exècre les cuivres, les flonflons sous mon visage jovial
  • Cette gamine inféconde, trop blonde et son piètre boa
  • Me pousse à m’immerger dans mon univers claustral
  • En cette douloureuse hautaine débauche de Mardis Gras
  • Bien triste Mardi Gras (bis)

Mon axiome bleu indigo

Ce 3ème opus nous transporte dans la partie de son adolescence où il fut mis en internat à Baume-les-Dames, par son oncle, de 1890 à 1897, où Il découvre l’amour…

  • Dans le fleuve noir d’une Muse
  • Achoppé à l’obscur Lazzarone
  • Boutant les bras d’une Madone.
  • Je m’encourage
  • A satiriser les histrions

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 105

Damien Chopard à la guitare Obanes (Photo Bill Bocquet)

Mais surtout, ses premiers vers prennent forme et il ose les adresser à ses maîtres...

  • Jadis et naguère
  • Mon abécédaire
  • A toi Baudelaire
  • J’offre mes vers… humblement

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 106

Mathieu Desbarats à la basse (Photo Bill Bocquet)

Là aussi, un poème de Deubel s’intègre dans ce tableau, Le Tombeau du Poète

A ses pieds, confondus dans un double servage,
Multipliant sans cesse un formidable effort,
Les hommes, par instants, diffamaient mon essor;
Mais lui voyait au loin s’allumer des rivages.

Le beaume érotique

Cette partie sans texte où seuls les instruments offrent un véritable univers torturé comme le fut le poète avec ses relations amoureuses. Il n’est bien qu’avec sa poésie ou plutôt dans sa poésie...

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 107

Cédric Mells aux futs (Photo Bill Bocquet)

Quelques détresses

Pour ce 4ème tableau, Francis Décamps a réussi un savant mixage entre les vers du poème Quelques détresses de Deubel et ses propres vers qui montre un Léon Deubel désespéré, seul avec ces mots dans un Paris peu accueillant et sans amour; nous sommes en 1900.

J’ai faim, j’ai froid, la lampe est morte
Au fond de ce soir infini,
Comme un beau rêve qu’on emporte
Pour la joie d’un destin béni

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 108

Paris n’est pas toujours le paradis… (Photo Bill Bocquet)

  • Paris vomit,
  • Vomit les rêves
  • Paris frémit,
  • Frémit d’un fiel
  • Que gueuseries
  • Blafardes sèment
  • Aux confins des bouges
  • Où rien ne bouge

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 109

Qu’ai-je fait pour souffrir… (Photo Bill Bocquet)

Mais, j’ai bien faim de pain, Seigneur ! Et de baisers
Un grand besoin d’amour me tourmente et m’obsède.
Et sur mon banc de pierre rude se succèdent
Les fantômes de Celles qui l’auraient apaisé.

Sous off d’honneur

Ici apparaît l’importance d’un de ses meilleurs amis, Eugène Chatot (4) à qui il écrit une longue lettre lors de son passage sous les drapeaux à Nancy de fin 1900 à 1903 où il expose son mal de vivre et son aversion à la vie militaire.

Photo Eugènr Chatot Collège Ramsgate 1902

 

 

‘’Jamais il n’a été écrit sur l’armée une ligne qui ne fût bien en dessous de la vérité. C’est effrayant. Malgré mon imagination créatrice, je n’avais pas la plus pâle idée de ça. Je suis bien seul aujourd’hui en ce dimanche, consigné au quartier…’’

 

NA : Pour moi, Eugène Chatot est l’ange protecteur du poète. Il l’aura aidé toute sa vie depuis sa rencontre au collège à Baume-les-Dames et lui a fait, en autre, rencontrer Louis Pergaud.

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 110

Les corvées sans passion… (Photo Bill Bocquet)

Dire que son capitaine veut qu’il devienne sous-officier… un comble lui qui est plutôt antimilitariste !

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 111

Seule l’écriture compte… (Photo Bill Bocquet)

Si le début de sa lettre est un flot de révoltes, par la suite, les mots s’adoucissent. Ainsi, il termine sa missive sur une note positive, il vient d’être informer de l’obtention de deux petits héritages qui vont lui permettre, un temps, de tourner le dos à l’infortune…

‘’Mon Ami. J’ai reçu de Belfort des nouvelles inattendues. Outre l’héritage de ma mère, j’ai reçu une part échue depuis deux ans…

Quelque argent pour éditer enfin mes poèmes.’’

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 112

Les corvées sont sans passion quelque soit le côté… (Photo Bill Bocquet)

Là aussi, Francis Décamps laisse place aux vers du poète

Lève les yeux pour la prière,
Le ciel au loin s’image et luit;
Les Dieux sont tombés dans la nuit
Comme des fruits dans la poussière.
Les Dieux sont morts, la sotte affaire !

Cueillir les secrets de l’aube

Avec ce passage, un autre moment important de la vie du poète, est la rencontre de Louis Pergaud (5) en 1903. Son intrusion dans la vie du couple doubiste va le désunir et réunir les deux nouveaux amis à Paris !

  • C’est sous mes ailes d’Ange effaré
  • Que tu veux, Louis, être apparié
  • Alors approche que je te confesse
  • Je ne vois en elle qu’une chasseresse
  • Jeux dangereux
  • Que de vivre à deux
  • Dans l’unique flamme,
  • Et lumière frêle d’une seule âme

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 113

Des notes aux vers  … (Photo Bill Bocquet)

Deubel, dans son poème Si vivre est bon extrait de ses Tercets, décrie ses instants de plénitude dans cette région d’accueil momentanée…

Si vivre est bon, que vivre libre est doux !
Ainsi je vis, en regardant le Doubs
Mettre son anse à l’urne des saisons.
Les toits légers fourbissent leurs élytres.
Mon doux regard est le regard des vitres
Dont les yeux clairs s’ouvrent sur l’horizon.
C’est le bonheur auquel ma vie aspire,
C’est le bonheur que ma flûte respire
Et que j’attends au seuil de ma maison.

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 114

Des vers aux notes… (Photo Bill Bocquet)

Les arts

On aborde avec ce tableau, un période de répletion pour le poète qui grâce  à son pécule pour effectuer son voyage en Italie en fin 1903, dans la ville de Florence où élégance rime avec exubérance !

  • Rejoindre Florence
  • Et se fondre en mes songes
  • Visions d’enfance
  • Où le réel se plonge

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 115

L’exubérance est de scène… (Photo Bill Bocquet)

  • Coule l’Alcool
  • Sous un soleil plombé d’or
  • Folle Barcarolle
  • Arbore l’enchantement des accords

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 116

Masqué lui qui voulait être reconnu ! (Photo Bill Bocquet)

A son texte, Francis Décamps a joint des vers du poème Refuge

Enivre-moi jusqu’au silence de la mort
De ta clarté, de ta splendeur, de ton décor,
Et ferme autour de moi les yeux du souvenir.

et ceux d’A l’aube d’été

Déesse aux doigts fluets qui défait les nuages
Par quoi le rêve tendre et familier reluit
Et qui serre en chantant, comme un bandeau bleui
L’ogive d’un ciel par au front des paysages

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 117

La scène est tout aussi exubérante… (Photo Bill Bocquet)

Choc d’un prélude

Une nouvelle partie purement instrumentale où le poète trop pris par les vers qu’il couche sur ses notes destinées aux revues telle L’Ile sonnante, laisse place à la musique emplir la scène de notes…

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 118

Pour ces notes, il faut du cor … (Photo Bill Bocquet)

Du haut de ma citadelle

De retour à Besançon en 1912, avec une euphorie transitoire liée à un nouvel héritage, le poète s’offre un peu de pain blanc après avoir mangé beaucoup de pain noir dans ces années passées…

  • Jouer à l’Aristo
  • Dîner aux chandelles
  • Mystifier l’Hidalgo
  • Fier et sensuel
  • Goûter aux luxures dans un océan de soie… benoît,
  • Parodier le badaud
  • Devant la Citadelle
  • Plier son cœur au chaud
  • Dans sa chambre d’hôtel

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 119

 

 

 

Léon Deubel vit ses instants où il peut s’adonner à ses vers sans contraintes… (Photo Bill Bocquet)

 

 

 

 

  • S’euphoriser d’un rien
  • D’un bain de jouvence
  • Etre l’Académicien
  • De toutes les apparences
  • Et finir, repu de tant d’incohérentes abondances.

A ces vers, Francis Décamps a choisi ceux du poème Le choc pour compléter ce dixième tableau…

Qu’y a-t-il ? Je ne sais que croire...
Est-ce toi qui coules, ô nuit !
Vous, étoiles ! Qui venez boire
En troupeaux d’or au fond des puits ;
Toi, mon front, ma tète, ma main !
Vous, ma vie heureuse et féconde !
Un choc m’a réveillé soudain...

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 120

Eclatons-nous sous la lune… (Photo Bill Bocquet)

Où sont les routes de mes déroutes

L’avant-dernier tableau se situe sur la période s’étalant de fin 1912 à début 1913, où le poète voyagea beaucoup (Belgique, Nord de la France, Allemagne, Paris) sans donner de nouvelles; une période assez mystérieuse de sa vie !

  • Où sont les routes de tes déroutes !
  • Où sont les couleurs de ton ciel !
  • Où sont les déroutes de tes doutes !
  • De quel voyage es-tu Deubel ?
  • Où sont les doutes sur ta route ?
  • Deubel as-tu rejoint le ciel ?

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 121

Incantations… (Photo Bill Bocquet)

Début juin 1913, il retourne chez le couple Chatot et proposa d’effectuer un pique-nique au bord de la Marne… Quelle était son arrière-pensée ?

  • Ouh… Visite courtoise…
  • Attifé de mon plus beau chapeau
  • Ouh… Une mise en page…
  • Où j’endosserai le Smoking sur mes oripeaux
  • Une dernière Chimère…
  • Pour une ultime Clairière…
  • A bientôt peut-être !

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 122

Deubel, son ombre veille à ses vers  (Photo Bill Bocquet)

Avant d’aborder le dernier tableau, Francis Décamps laisse au poète le soin de planter le décor final via son poème Epitaphe, titre repris pour nommer cet opéra-rock !

J’ai voulu que ma vie entière
Fût comme une arche de clarté
Dont la voussure large et fière
Descendît vers l’éternité
Et traversât dans la lumière
Le torrent noir de la Cité.

Epitaphe

Pour ce final dramatique qui voit Léon Deubel se suicider sur les bords de la Marne le 6 juin 1913, plus précisément au lieu-dit Les Sept Arbres à Maisons-Alfort, Francis Décamps a écrit une épitaphe qui sied bien à la théâtralisation de son départ, lui le poète incompris… lui le poète maudit !

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 124

Francis Décamps aux claviers (Photo Bill Bocquet)

  • Au pied d’un pont levis
  • Je songe aux remparts
  • Aux remparts de ma vie
  • Sans gloire
  • Spéculant mes écrits
  • Que je concède aux trottoirs
  • Aux trottoirs de l’oubli
  • Notoire

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 125

Au revoir l’artiste… (Photo Bill Bocquet)

  • Puis enfin ! Voici venu le temps
  • Le temps du mariage
  • Vielle Dame faucheuse m’attend
  • M’imposant ses adages
  • La voilure des noces gonflée
  • M’encourage à la proue
  • La sirène vient m’apprivoiser
  • Me glissant la corde au cou..
  • Une mise à genou…
  • Pour la postérité

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 126

L’ombre de Deubel ou celle de Décamps… (Photo Bill Bocquet)

  • Dans les derniers battements de l’ultime Voyage
  • Seul mon regard poètique peut encore s’émerveiller
  • Je pleure… Je crie… J’explore… J’étouffe…
  • J’arrive…
  • Je meurs !

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 123

Elle a beaucoup voyagé… (Photo Bill Bocquet)

Rappel

Comme Léon nous avait quitté, à nouveau, ce furent les Gens de la Lune qui assumèrent ce rappel en balançant deux morceaux phares du groupe ‘’Gens de la Lune’’ et ‘’C’no peran’’.

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 129

Les Gens de la Lune dégagés de leurs oripeaux… (Photo Bill Bocquet) 

Epilogue

J’avais déjà bien aimé le concert de 2013 d’où ma volonté d’une piqure de rappel et comme les films à grand spectacle, une deuxième séance permet de mieux s’imprégner de l’ensemble de l’œuvre.

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 130

Chapeau les artistes… (Photo Bill Bocquet)

Surtout qu’après plusieurs présentations, cet opéra-rock à la sauce rock-progressif a beaucoup muri. Il est plus aboutit tant musicalement que par sa scénarisation.

Billet Concert Gens de la Lune Epitaphe 10 janv 2016

Billet d’entrée du concert

Cet opéra-rock va être édité en DVD (très prochainement) dont une partie a été filmée en ce dimanche 10 janvier 2016 à la Maison du Peuple de Belfort.

CD Gens de la Lune Epitaphe p01

 

Il est sorti en 2014 en CD; tel un petit écrin, type livre de poche, accueillant les deux CD et un très beau livret avec les textes de ce concept. L’ensemble a été joliment illustré par Ellen van Werkhoven.

 

 

La boutique des Gens de la Lune : Cliquer ici

En attendant la sortie du DVD, voici quelques vidéos sur You Tube

Triste Mardi-Gras : Cliquer ici

Le beaume érotique : Cliquer ici

Mon axiome bleu indigo : Cliquer ici

Epitaphe : Cliquer ici

Mais rien ne remplace d’assister au concert…

 

NA : Avant d’entrer dans l’univers deubelien à la sauce Gens de la Lune, une première partie était assurée par Jean Philippe Apro qui venait de sortir du studio pour enregistrer son album ‘’La main’’. Seul avec sa guitare, il a fait partagé son univers musical avec quelques chansons aux paroles bien senties…

Jean-Philippe Apro-Photo ER

Jean Philippe Appro (Photo Est Républicain)

Pour entrer dans son univers (Vidéos sur You Tube) : Cliquer ici

 

Remerciements : A Laurent Carpentier (pseudo Bill Bocquet) pour l’autorisation accordée à utiliser ses photos.

Références : Wikipédia, Livre ‘’Ange, le livre des légendes, Fascicule Epitaphe (Le Granit)

JM

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo, vous pouvez l’agrandir.

Légendes

(1) Léon Deubel : Léon Deubel est né à Belfort le matin du 22 mars 1879; il est le fils de Louis Joseph Deubel et de Marie Joséphine Mayer.

Livre Une arche de clareté Léon Deubel R

Ses parents tenaient un petit hôtel où on pouvait casser la croûte, l’hôtel du Nord. Il était situé dans le faubourg de France à la hauteur du n°47.

Pour découvrir la suite : Cliquer ici

(2) Francis Decamps : Né le 17 mai 1952 à Héricourt. Après des études jusqu’au CAP de Mécanique Générale, il entre chez Alsthom qui va lui permettre de s’acheter son premier orgue à lui. Après plusieurs participations à des groupes locaux (Pare-Chocs, Evolution), il forme avec son frère Christian le groupe Ange en 1969. Le groupe français va sortir son premier 33 tours Caricatures en 1972 après trois 45 tours dans la mouvance rock progressif. Beaucoup d’autres suivront mais en 1995, Christian quitte le groupe après une trentaine d’albums.

Gens de la Lune Epitaphe Bill Bocquet 132

Il va composer pour les autres et mettre son expérience au bénéfice d’autres jeunes artistes. Puis en 2007, il fonde un nouveau groupe Gens de la Lune avec.

(3) Gens de la Lune : Francis Décamps fonde le groupe en 2007 avec Jean-Philippe Suzan après plusieurs années de travail ensemble.

Gens de la lune Epitaphe

 

 

 

En 2008, sort le 1er album du groupe ‘’Gens de la Lune’’ avec Olivier Fisjean à la guitare, James Kass à la basse et Bernard Reichstadt à la batterie. En 2011 sort ‘’Alors joue ?’’ et enfin ‘’Epitaphe en 2014’’. Les membres du groupe ont évolué pour atteindre la line up actuelle depuis 2013.

 

           Line up du groupe pour Epitaphe

(4) Eugène Chatot : De son vrai nom, Eugène Claudius né le 3 septembre 1880 à Gizia (commune du Jura, située au sud de Lons-le-Saulnier).

Pour découvrir la suite : Cliquer ici

(5) Louis Pergaud : Né à Belmont (Doubs) le 22 janvier 1882.

PM Louis Pergaud Dessin JM Petey

 

Après des études studieuses basées sur la lecture qui l’emmenèrent à suivre la voie de son père, il devint instituteur en 1901 ayant obtenu son diplôme à l’Ecole Normale de Besançon.

 

Carte postale Louis Pergaud (dessin Jean-Marie Petey)

 

 

Pour découvrir la suite : Cliquer ici

                     ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---