MAJ le 30 octobre 2017

En 2016, le Marché aux puces fêterait son demi-siècle d’existence si l’on en croit Claude Struck qui s’en approprie la création même si certains réfutent cette idée.

Plaquette Puces belfort 50 ans

 Plaquette de l’Office du tourisme émise pour le cinquantenaire

Un petit historique

Dans tous les cas, il est de fait qu’il fut l’un, sinon le promoteur de ce concept via sa démarche dès septembre 1966 où il effectua, seul, un déballage de vieux objets sur la place de la Grande Fontaine. Il reconduit cette vente au déballage un peu particulière le mois suivant. Apparemment, cette opération type vide grenier attira un nombreux public.

Photo Place Grande Fontaine 1950-60

Photo de la place de la Grande Fontaine années 60 (collection BF)

Au mois de mars de l’année suivante, Claude Struck n’était plus seul, d’autres brocanteurs ou menant des activités similaires l’avaient rejoint dont le propriétaire de la Galerie du Vieux Belfort, Marc Hudier (livres anciens…), Alfred Hacquemand* un collectionneur-vendeur… et tous s’installèrent sur le même lieu avec un rythme mensuel. Le marché aux puces de la vieille ville était lancé.

*Il rejoindra notre association, les Cartophiles & Collectionneurs du Territoire de Belfort (CCTB) dès sa création en 1982.

CPM Belfort Galerie du Vieux Belfort

Carte postale éditée par la Galerie de Vieux Belfort (en 1983-84)

Sur cette place, il va ouvrir son magasin Le Grenier en 1967, sis au numéro 2, où est actuellement installé le magasin Art & Traditions.

IMG_24438R

Photo du magasin actuel Art et Traditions

Suite aux opérations de démolition liées à la rénovation des immeubles de la vieille ville, il fut contraint de déménager dès 1969. Toutefois, il put négocier et acquérir le magasin situé en face, appartenant à Monsieur Roucayrol au 2* rue du Général Roussel (1).

*Initialement, le magasin portait le numéro 18 de la rue du Général Roussel. La numérotation des immeubles fut modifiée suite à la rénovation de ce secteur.

IMG_24440R

Photo du magasin actuel Antic’Arts

NA : Une petite particularité à signaler, pour ce magasin comme d’autres de la vieille ville situés en coin de rue, la façade et l’accès pour les clients ne se trouve pas à son adresse mais sur l’autre rue. La façade et l’entrée de la boutique Antic’Arts donnent sur la place de la Grande Fontaine.

Avec ce nouveau lieu, il profita d’un espace disposant d’une plus grande surface d’exposition et surtout put rester sur cette place; elle était pour lui un peu emblématique, vu les circonstances.

Cachet Le Grenier Belfort

Cachet du magasin Le Grenier (en 1986)

Peu à peu, le nombre d’exposants va augmenter pour atteindre la petite centaine, la place ne pouvant plus les accueillir tous, ils devront migrer sur les rues avoisinantes.

Cette situation d’expansion fit que le bénévolat ne pouvait plus gérer cet accroissement du nombre d’exposants avec les contraintes associées (circulation, sécurité…). En 1976, la mairie prit en charge l’organisation du marché aux puces.

CPM Belfort Marché aux puces R

 Carte postale du Marché aux puces (éditée en 1977)

En 1989, il lance les puces d’hiver à Andelnans permettant de supprimer la trêve des brocanteurs imposée par les conditions hivernales de janvier et février.

En récompense de ses initiatives et de son implication au développement de cette manifestation ancrée dans la Cité du Lion, le créateur du marché aux puces, Claude Struck reçut la médaille de la ville par le maire Jacky Drouet, le 5 décembre 1998. Au printemps, il avait fermé son Grenier.

Claude Struck Médaille ville Le Pays 6 déc 1998 Photo

Claude Struck avec le maire Jacky Drouet lors de la cérémonie (photo Le Pays)

L’année suivante, il reçu une nouvelle médaille, celle du Tourisme le 15 juillet, décernée par le secrétaire d’état au tourisme.

 

Belfort CPM Place d'Armes Damien Eschbach

Carte postale illustrée par Damien Eschbach

 

Après ce petit historique, découvrons, le marché aux puces d’aujourd’hui…

 

 

Petit reportage d’une ballade en ce 3 avril 2016

Malgré un soleil timide, j’ai décidé d’effectuer un reportage photographique sur ce rendez-vous mensuel belfortain du premier dimanche du mois, de mars à décembre. La brocante se déplaçant au parc d’exposition d’Andelnans en janvier et février.

IMG_24306

Avant d’entrer plus en avant sur le marché aux puces, prenons le temps de contempler les deux magnifiques parterres de tulipes que les jardiniers des espaces verts ont réalisés sur le perron de la mairie.

IMG_24252

                                          IMG_24251

Après ce détour botanique, restons sur la place d’Armes, dominée par l’église Saint-Christophe en cours de réfection, où de nombreux brocanteurs ont installé leurs étals ou déposé simplement leurs objets à même le sol.

IMG_24332

Les transactions entre vendeurs et clients, voire les simples renseignements demandés par les badauds ne sont pas perturbés par les notes silencieuses du kiosque de musique…

IMG_24253

Les milliers, que dis-je, les dizaines de milliers d’objets exposés ne sont là que pour être acquis par des acheteurs potentiels. Certains profitent d’une exposition plus attractive leur donnant une chance supplémentaire pour passer dans d’autres mains…

IMG_24254  IMG_24255

A l’opposé de la mairie, le Moblot et l’Alsacienne de la statue Quand-Même regardent avec bienveillance ce manège de la matinée où de plus en plus de visiteurs arrivent, regardent, jaugent, touchent, discutent… et inversement, de moins en moins d’objets restent sur les étals.

IMG_24324

Dans la masse des objets exposés des différents stands, des opportunités de combinaisons ou de mariages existent, comme le suggèrent les deux photos suivantes où une chambre d’enfant peut accueillir ce baigneur bien seul.

IMG_24320  IMG_24319

Poursuivons notre ballade plus avant en remontant la Grande Rue où les voitures sont interdites, ce qui parait normal au regard de ce type de déballage, quoi que…

IMG_24257

car je découvre un bouchon formé par un flot de voitures comme bloquées en attente au péage…

IMG_24258

Petite particularité, elles sont toutes d’un autre siècle !

IMG_24260

Ici le bruit de fond des échanges entre brocanteurs et acheteurs potentiels laisse entendre la douce musique d’un saxophoniste délivrant des notes gratuites, exemptes de justificatif…

IMG_24262

                                         IMG_24266

Toujours, aux abords de la Petite Fontaine, d’autres émetteurs de notes sont aphones ne perturbant point ainsi la mélodie délivrée par le musicien pratiquant avec son instrument à vent*.

*Le saxophone ne fait pas partie de la famille des cuivres.

IMG_24263

Quittons la Grande Rue pour prendre la rue de la Grande Fontaine,

IMG_24268

et redescendre via la rue des Bons Enfants. Là aussi, les étals sont riches d’objets de grandes variétés, qu’ils soient de collections ou pas, très souvent, utilisés simplement à titre de décoration.

IMG_24269  IMG_24270

IMG_24272  IMG_24273

Si suspendre du linge est interdit, suspendre des cartes botaniques ne l’est point ! Pour les conserver, ne faut-il pas faire sécher les plantes…

IMG_24276

Grace à ces cartes, nous arrivons rue du Général Roussel.

IMG_24278  IMG_24277

Si l’orgue de la messe domine à l’intérieur de Saint-Christophe, derrière la cathédrale, un duo de guitaristes apporte un peu de chaleur à défaut de soleil.

IMG_24280

Peu après, je découvre une famille d’ours en fâcheuse posture. Elle ne semble pas avoir eu les attirances des promeneurs, il faut dire que le brocanteur n’avait pas essayé de les mettre en valeur ou inversement, le peu de volonté du brocanteur à les mettre en évidence, fit que les promeneurs, acheteurs potentiels, n’ont point jeté leur dévolu sur ces peluches.

IMG_24282

A défaut de rayon de soleil, la lumière peut venir de l’éclairage où deux types s’opposent, la bougie et l’électricité.

IMG_24285  IMG_24284

Cet enchevêtrement de chaises n’est pas destiné aux badauds fatigués par cette sortie dominicale mais elles sont en attente d’acheteurs et, en attendant, se reposent, elles !

IMG_24283

La sortie de la rue du Général Roussel débouche sur la place de la Grande Fontaine. Donc, c’est sur cette place qu’est né en 1966, un premier déballage, minimaliste, qui deviendra au fil du temps, le Marché aux puces de Belfort.

IMG_24290

Il va voir sa popularité s’accroître pour dépasser largement le cadre du département, de la région et même les frontières du pays, puisque allemands et suisses viennent en nombre pour acquérir de nombreux objets.  C’est un peu de notre patrimoine qui s’expatrie…

IMG_24288  IMG_24287

Même à la lumière de cette lampe, je ne connaissais pas cette variété de gramophone transformé en tourne-couverts… les microsillons pourraient-ils être gravés au couteau ?

IMG_24289  IMG_24292

Avant de quitter la place, devant la boutique Antic’Arts, un plâtre rappelle que nous sommes dans la Cité du Lion…

IMG_24295R

Revenons vers la place d’Armes via la rue du Canon d’or où sont installés d’autres brocanteurs devant le Palais du Gouverneur et devant l’antiquaire qui, lui, a baissé la grille de fermeture.

IMG_24300  IMG_24296

Dans l’exposition de leurs objets à vendre, des brocanteurs les regroupent par thème ou sont, eux-mêmes, spécialisés dans un thème (verroterie, opaline, vieux grès, poupées, meubles…).

IMG_24297  IMG_24301

IMG_24302  IMG_24303

Dans ce secteur, pas de musicien… le violoniste est peut-être au violon* et son violon a perdu ses cordes ! Les spectateurs dépités ont quitté leur chaise faute de musique.

*Dans le rue des Boucheries, la rue à gauche de la mairie, est implantée la prison.

IMG_24304

La balade se termine en revenant sur la place d’Armes où d’autres objets s’étalent sur les étals ou à même le sol, la fragilité étant l’un des critères du choix. Les plus fragiles sur les tables, les autres au sol.

NA, question : Pourquoi mettre les objets les plus fragiles sur la table, s’ils tombent, la probabilité tend à penser qu’ils vont casser… au sol les plus fragiles ne risquent-ils pas moins, surtout si l’on les dépose sur une bâche ?

IMG_24308  IMG_24310

Manque de pot malgré le grand nombre présent sur l’établi, le brocanteur voisin ne veut pas qu’on teste sa chaise longue.

IMG_24305  IMG_24309

Si une majorité d’objets sont de petites tailles, d’autres sont de dimensions imposantes ou volumineuses, il faut avoir prévu son coup et leur coût pour les ramener à la maison. Une sacoche de vélo ou un sac à dos, ne fera pas l’affaire.

IMG_24334  IMG_24318

IMG_24315  IMG_24335

Souvent en fin de matinée, les dernières transactions entre acheteurs et exposants débouchent positivement; ces derniers étant enclins à baisser leur prix pour éviter de remballer leurs objets.

IMG_24307

Si les organisateurs du FIMU sont en recherche de bénévoles, ce brocanteur, lui, est en recherche d’un musicien et de spectateurs !

IMG_24313

Pourtant on dit que tout finit par une chanson, ‘’Pas là’’ comme le chante Vianney depuis 2014.

Epilogue ou quelques instantanés récents ou moins…

A l’ouverture du marché aux puces du 2 mars 2014, seul le socle de la statue Quand-Même était présent.

Belfort Marché aux puces 2 mars 2014 Photo BF 3

Elle n’a retrouvé son socle que le 10 juillet 2014.

Il y un an, le kiosque à musique était lui emmailloté pour sa réfection.

Belfort Marché aux puces 5 avril 2015 Photo BF 1R

Plus loin dans le passé, le 5 mars 2006, pour le premier marché aux puces de l’année, l’épaisseur de la neige avait gelé les brocanteurs, un seul courageux s’était installé !

Belfort Marché aux puces 5 mars 2006 Photo BF 1

 

Reportage photographique : JM, hors les 3 dernières photos qui appartiennent à mon ami Bernard (BF).

Références presse : Le Pays, L’Est Républicain

Référence Web : Wikipédia, autres

Mes remerciements à Claude Struck pour les informations fournies.

JM

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo, vous pouvez l’agrandir.

Légende

(1) Général Roussel : Jean Pierre François Dieudonné Roussel, plus connu sous le nom de Pierre Roussel, est né à Belfort le 29 mai 1782, au numéro 6 de la Grande-Rue, une plaque apposée sur la façade de l’immeuble le rappelle.

Dès 1798, il s’engage au 12ème Régiment de Chasseurs à cheval mais sa grande taille (près de 2 mètres) pose problème pour monter à cheval. Il rejoint donc l’infanterie peu après, le Bataillon Auxiliaire du Mont-Terrible (Suisse). Il participe aux campagnes de la République avec l’Armée du Rhin puis aux campagnes napoléoniennes dans le 94ème Régiment d’Infanterie de Ligne. Grace à sa bravoure, il va monter en grade rapidement, sous-lieutenant dès 1804, capitaine en 1811, année où il obtient la Légion d’honneur.

Sous la Restauration, il est chargé d’organiser le 10ème Régiment d’Infanterie de Ligne. Lors de la bataille de Waterloo le 18 juin 1815, le colonel et son régiment est un des derniers à se retirer en ordre. De retour à Paris, il est mis en retraite. Dès 1822, il est rappelé pour commander le 28ème Régiment d’Infanterie de Ligne et effectuer la campagne d’Espagne en 1823 où il va obtenir l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il prend la tête du 3ème Régiment d’Infanterie de Ligne pour l’expédition d’Alger en 1930 où il se distingue à nouveau. Il est nommé Commandeur de la Légion d’honneur.

De retour en France, il est nommé Maréchal de camp en 1834 et va commander les départements de Vendée, de la Moselle et de la Haute-Saône.

Il rentre définitivement à Belfort en 1848 après avoir bien servit son pays pendant 50 années. Sa retraite fut brève car il décéda le 19 mars 1851 et fut inhumé au cimetière de Brasse.

        ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---