Lors d’une dernière acquisition de cartes postales sur Belfort, je fus intrigué par le texte porté sur l’une d’entre elles… en voici la teneur à travers ce nouvel article où j’y ajoute quelques compléments et/ou digressions comme d’habitude…

Belfort 1904 05 01 CPA Maison Iltis 126 fbg Vosges

Carte postale apportant le sujet de l’article

Hormis que le texte signale une élection municipale se déroulant un 1er mai, un jour de Fête du travail… ce ne fut pas une première (déjà en 1892) mais une dernière, il rapporte aussi des incidents qui se sont déroulés envers une maison et ses occupants !

Belfort 1904 05 01 CPA Maison Iltis 126 fbg Vosges R4

Voici un zoom sur le texte présent sur la carte

Cette carte représente une maison du faubourg des Vosges, renommé depuis 1921 avenue Jean Jaurès. Située face à l’ancienne place du marché devenue le square de la Roseraie*, elle est implantée à l’intersection avec la rue du Lavoir.

Square de la Roseraie : Le square Carlos Bohn, mieux connu sous le nom du square de la Roseraie, est apparu en 1931, remplaçant la place du marché. Il est dédié à la rose d’où son patronyme.

CPA Belfort Place du Marché 1910-14

Carte postale de la place du marché (collection BF)

Pour mémoire, l’article écrit sur ce square belfortain : Cliquer ici

Initialement adressée au 126 du faubourg des Vosges, suite à une reconfiguration de la bâtisse, elle porte maintenant l’adresse du 26 rue du Lavoir. Son accès a été fermé sur l’avenue et un nouveau a été ouvert sur cette rue.

Plan Belfort 1918 Extrait R

Plan pour situer la maison (point rouge), en jaune le faubourg des Vosges, en vert la rue du Lavoir, en bleu la place du Marché et à gauche l’usine SACM (Pour mémoire, cliquer sur une image pour l'agrandir)

Actuellement, elle est occupée par le PAS Jean Jaurès, Point Accueil Solidarité du Conseil général.

IMG_28453

Photo actuelle de la maison, la façade a été restructurée

Au 1er mai 1904, cette maison accueillait, en son rez-de-chaussée, deux activités avec enseigne en façade. A droite officiait un artisan peintre-vitrier, Casimir Hornecker Fils.

Belfort 1904 05 01 CPA Maison Iltis 126 fbg Vosges R1

Extrait de la carte postale, la partie de l’artisan avec son enseigne

1904 05 05 Publicité Casimir Hornecker L'Alsace

Publicité présente dans le journal L’Alsace de cette période

A gauche, un commerce de débit de boissons avec restauration était tenu par Madame veuve Iltis. Dans l’annuaire de 1898, à cette adresse était déjà installé Mme veuve Iltis-Phocas qui tenait un cabaret et dans celui de 1902, Mme Iltis veuve Phocas tenait une auberge.

Belfort 1904 05 01 CPA Maison Iltis 126 fbg Vosges R2

Extrait de la carte postale, la partie bar-restaurant

En ce 1er mai 1904, le premier tour des élections municipales se déroula et le résultat peut-être, l’enivrement de certains surement, provoqua au moins ce vandalisme, de la part d’apaches, envers cette maison du faubourg.

Belfort 1904 05 01 CPA Maison Iltis 126 fbg Vosges R3

Extrait de la CP on perçoit les dégradations extérieures (volets, fenêtres…)

Il est vrai qu’à cette époque les élections étaient l’occasion d’affrontements et pas toujours que verbaux…

Voici ce qu’en rapportait l’édition du 4 mai du journal de L’Alsace, qui au demeurant était d’orientation conservatrice et supportait la liste concurrente à celle du  maire sortant, Charles Schneider (1). 

1904 05 05 En-tête journal L'Alsace

En-tête du journal L’Alsace

Dès le titre, le ton était donné :

1904 05 05 Commerce Iltis L'Alsace R1

Je vous laisse découvrir l’article… où le journaliste emploie des mots bien frappants pour rapporter, à ses lecteurs, les faits survenus à l’encontre de cet établissement qui devait être, je suppose, un lieu de rencontre des partisans de la liste électorale nationaliste, soutenue par ce même journal,  qui s’était constituée pour affronter la liste sortante radicale.

1904 05 05 Commerce Iltis Pillage L'Alsace R

Dans ce même journal, dans l’édition du 5 mai, il est rapporté que le parquet a entrepris son enquête dès le lundi et a déjà mis sous les verrous trois Apaches…

Et du côté du soutien affiché à la liste Schneider, qu’écrit le journal La Frontière à ce sujet ?

1904 05 05 En-tête journal La Frontière

En-tête du journal La Frontière

Dès le titre, on peut s’attendre à une version différente de l’évènement…

1904 05 05 Election municipales La Frontière p3R2

L’article de La Frontière me désoriente un peu car le journaliste situe le déroulement des faits non pas au bar-restaurant de la veuve Iltis mais… auFort Chabrol !

A ma connaissance, le Fort Chabrol était le nom donné à la Maison du Peuple* située à quelques mètres dans la rue du Lavoir ! Information que reprend une carte postale de ce lieu.

Belfort CPA Maison Peuple Rue du lavoir 1900-03 1a

Carte postale de la Maison du Peuple dite Fort Chabrol (collection BF)

*Maison du Peuple dite Fort Chabrol : Cette Maison du Peuple a été construite en 1900, rue du Lavoir, par et pour la Ligue de la patrie française crée en 1898, de droite nationaliste et antidreyfusarde. Ce lieu fut le théâtre de nombreux incidents entre les partisans de la droite et de la gauche d’où son appellation ‘’Fort Chabrol’’ par analogie au retranchement pendant 38 jours d’insurgés menés par Jules Guerin, le président de la Ligue antisémitique et directeur du journal L’Antijuif, en septembre 1899 dans l’immeuble du Grand Occident de France, au 51 rue Chabrol, où il refusait d’être arrêté.

CPA Paris Fort Chabrol

Carte postale illustrée pour l’affaire du Fort Chabrol à Paris

NA : Le hasard va me donner l’occasion d’en apprendre un peu plus sur cette maison du faubourg des Vosges. Mais poursuivons le déroulé de l’article.

Là aussi, je vous laisse découvrir l’article de La Frontière dans son édition du 5 mai 1904…

1904 05 05 Election municipales La Frontière p3R1

Face à cette autre version, deux hypothèses, soit le journaliste cherche à provoquer la confusion ou soit, il considère que cette maison est d’une certaine manière un Fort Chabrol ?

Peut-être, que le journal Le Haut-Rhin Républicain peut-il nous apporter un autre éclairage ?

1904 05 05 En-tête journal Le Haut Rhin

En-tête du journal Le Haut-Rhin Républicain

Dans son édition du 5 mai, le journal rapporte lui aussi les exaltations commises sur la maison et ses occupants ! Pas de titre ronflant, seulement nommé vandalisme, le journaliste dans son article apporte quelques informations supplémentaires.

Et comme les fois précédentes, je vous laisse lire son article…

1904 05 05 Maison Iltis 3R Le Haut Rhin

Apparemment, le journaliste rapporte les faits ni sans exagération ni sans angélisme à l’inverse de ses confrères qui avaient, à ne pas en douter, des arrières pensées politiques !

Par contre, les appartements de l’artisan du rez-de-chaussée et à l’étage ont eux aussi souffert du passage des apaches !

Confirmation que trois des protagonistes ont été rapidement mis sous les verrous par la maréchaussée.

Quelques éclairages supplémentaires…

Lors de mes recherches aux archives départementales, j’ai rencontré Bruno K. qui m’a donné quelques informations concernant cette maison.

Photo Armand Viellard Col SBE

 

Elle appartenait à Armand Viellard (1842-1905), l’héritier des Forges de Morvillars, maire de cette même localité de 1871 à 1905 et député du département à 3 reprises (de 1885 à 1889 et de 1893 à 1902).

 

 

Photo d’Armand Viellard (collection SBE)

 

Il est le fondateur du journal L’Alsace créé en décembre 1903 et imposa une ligne éditorialiste politisée et en phase avec ses conceptions nationalistes.

Ce fut lui qui fit construire la Maison du Peuple en bout de sa bâtisse.

Belfort CPA Maison Peuple Rue du lavoir 1900-03 2

Carte postale de la Maison du Peuple

Concernant la maison du 126 du faubourg des Vosges, elle était occupée, cela va de soi, par des sympathisants du propriétaire.

Ces élections municipales

Quelques mots sur cette élection où les belfortains étaient appelés à choisir entre deux listes principales, la liste sortante emmenée par le maire Charles Schneider nommée ‘’Liste radicale de La Frontière’’ contre la liste sinon nationaliste, tout au moins conservatrice nommée ‘’Liste de L’Alsace’’. Les deux listes se disant républicaines au demeurant. Il y avait aussi la ‘’Liste du Réveil social‘’ et deux candidats hors liste.

1904 04 28 Election municipale La Frontière p5R

La liste La Frontière

Avec le nom donné aux listes, on peut mesurer l’alliance, à minima, sinon la féodalité, entre un courant politique et un journal, voir l’inverse !

1904 04 27 Elections 2 L'Alsace

La liste L’Alsace

Pour cette élection, le Haut-Rhin Républicain qui était le journal de l’ADR (Alliance Démocratique Républicaine) supporta la liste La Frontière en échange de l’absence de candidat radical pour les élections sénatoriales prévues le 15 mai.

Inversement le journal La Croix de Belfort supportait la liste L’Alsace.

Journal La Croix de Belfort

En-tête du journal La Croix de Belfort

La liste sortante va remporter haut les suffrages avec tous ses membres élus avec une avance plus que confortable; avec un échantillon compris entre 2981 à 2625 voix. Le premier candidat de la liste seconde ne récoltant que 1298 voix et 1079 voix pour le dernier.

Photo Charles Schneider Livre Maires de Belfort R

 

Charles Schneider, né à Colmar le 19 mai 1851, va obtenir ainsi un 3ème mandat, lui qui était élu depuis 1894; il conservera son poste jusqu’à son décès le 8 décembre 1914. Il fut aussi président du Conseil général de 1901 à 1914 et député de 1902 à 1914.

 

Photo de Charles Schneider, maire réélu en 1904

 

Que devint la maison ?

Quelques années plus tard, la maison changea d’enseigne tout en conservant le même type de commerce mais avec une nouvelle appellation, La Brasserie Nationale ! Le nom de l’enseigne ne fait pas de mystère sur la couleur politique du propriétaire des lieux !

Belfort 1911 CPA Maison 126 fbg Vosges

Carte postale de la bâtisse en 1912

Quant à l’artisan Casimir Hornecker, lui était parti s’installer au 11 rue de Madagascar dans un premier temps (annuaire 1912) puis au n°1 du faubourg des Ancêtres, côté place Corbis (annuaire 1922). Il préférait, certainement, remplacer des vitres de ses clients plutôt que les siennes…

Publicité Hornecker 1912

Publicité pour l’artisan (annuaire 1912)

Après la 1ère Guerre Mondiale, la maison accueillit le Dispensaire Franco-Américain.

Belfort CPA Av J Jaurès 1921-30 R1

Carte postale A droite, la bâtisse après 1920 (collection BF)

Ce fut sous l’initiative de plusieurs entités américaines (Croix RougeFondation Rockefeller…) que furent créés les dispensaires pour lutter, en autre, contre le fléau de la tuberculose.

Belfort CPA Av J Jaurès 1921-30 R2

 Zoom sur l’enseigne

Comme écrit en début de texte, la maison est actuellement utilisée comme  Point d’Accueil Solidarité (PAS) du département.

Epilogue

J’ai préféré structurer cet article dans le déroulement de mes recherches.

Sans cette rencontre opportune, je n’aurai pas pu apporter un éclairage aussi précis sur cette maison !

De plus cet article est en phase avec l’actualité de l’élection présidentielle en vue. Si les armes à feu ne sont plus des éléments de langage et si la presse, en général, n’est pas aussi marquée politiquement qu’à l’époque, elle est toujours bien présente dans l’arène politique… et joue un jeu qui peut troubler le débat démocratique, même si elle s’en défend !

JM

Référentiel : Les journaux L’Alsace, La Frontière, Le Haut-Rhin Républicain et La Croix de Belfort (collections Archives municipales de Belfort et Archives départementales du 90), Annuaires 1898, 1912 et 1922 (collections Archives Archives départementales du 90 et BF), Wikipédia...

Mes remerciements à Bruno K.

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo, vous pouvez l’agrandir.

            ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---