Deux membres des Collectionneurs & Cartophiles du Territoire de Belfort à l’honneur de la presse de ce 28 juin. Il me semblait bien à propos de reprendre l’article de L’Est Républicain et de l’intégrer dans les articles du blog…

Ils ont été interviewés au sujet des caricatures de Léon Delarbre (1) qui furent exposées, en 1925, dans les vitrines du magasin Gillet Lafond installé  boulevard Carnot à Belfort.

Je laisse en l’état, hormis la mise en page adaptée au format du blog, l’article intitulé ‘’Au temps des caricatures politiques…’’ de la journaliste Christine Rondot de L’Est Républicain.

Pour mémoire, en cliquant sur une photo (ici du texte/photo) on peut l’agrandir pour permette une lecture plus aisée.

Je rajoute une petite bio sur le caricaturiste en appendice.

Caricatures Delarbre ER 28 juin 2017 aR1

Caricatures Delarbre ER 28 juin 2017 aR2

Caricatures Delarbre ER 28 juin 2017 bR1

                                          Caricatures Delarbre ER 28 juin 2017 bR2

Caricatures Delarbre ER 28 juin 2017 bR3

JM

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo ou un document, vous pouvez l’agrandir.

Appendice

(1) Léon Delarbre : Né à Masevaux (Haut-Rhin) le 30 octobre 1889, il rejoint Belfort en 1904 avec sa famille comme beaucoup d’alsaciens qui ne voulaient pas rester sous le joug prussien après la guerre de 1870. A partir de 1913, il fait ses études dans les écoles des beaux arts de Paris.

Photo Leon Delarbre

 

 

 

Après la guerre, en 1919, il reprend le métier traditionnel de la famille, horloger-bijoutier et commence à exposer ses peintures.

 

 

Il réalise, en autre, des caricatures pour la presse dont celles des gymnastes de l’équipe de France, réunis à Belfort pour le stage de préparation des Jeux Olympiques de 1924 à Paris.

Il participe à la décoration du théâtre rénové de Belfort tout en étant conservateur du musée de la ville à partir de 1929. Entre dans la résistance en 1941, arrêté en 1944, il est déporté dans les camps de concentration (Auschwitz, Buchenwald, Dora…). Pendant sa captivité, il réalise des scènes de la vie dans les camps sur des morceaux de papier et arrive à les sauvegarder. Après sa convalescence, il revient à l’Ecole des Beaux-arts et participe à la décoration de bâtiments à Belfort (vitraux église de Brasse, écoles primaires…) Il décède dans sa ville d’adoption le 20 mai 1974.

          ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---