Le Tour de France 2017 fait à nouveau des infidélités au Ballon d’Alsace en choisissant la Planche des Belles Filles, quand on aime…

CPM Planche des Belles Filles Tour 2017

Carte postale Tour de France 2017 Planche des Belles Filles  (collection JM)

N’oublions pas toutefois qu’il fut dès l’origine ou presque l’un des premiers sommets incontournables pour la Grande Boucle pendant de nombreuses années.

CPM Ballon d'Alsace Le sommet

Carte postale Ballon d’Alsace, le sommet (collection JM)

A défaut de Tour de France dans le département du Territoire de Belfort, je vous propose de revenir sur les éditions en ‘’7’’ !

Petit historique

Le Ballon d’Alsace a vu les coureurs passer à son sommet dès sa troisième édition en 1905, puis chaque année de 1906 à 1913, puis en 1930, de 1933 à 1937, 1952, 1961, 1982, 1997 et 2005.

CPA Ballon d'Alsace Grand Hôtel Stauffer Course Lederlin

Carte postale Ballon d’Alsace Course… d’autos

A ces passages, il faut y ajouter cinq arrivées jugées au sommet; en 1914, puis en 1967 et 1969, de nouveau en 1972 et la dernière fois en 1979.

Ballon d’Alsace

Pour la troisième année consécutive, les coureurs du Tour de France gravissent le Ballon d’Alsace le 12 juillet, lors de la 3ème étape entre Metz et Belfort.

Les deux précédentes avait vu René Pottier inscrire son nom sur ce col vosgien en 1905 puis récidivant en 1906.

CPA René Pottier

Carte postale René Pottier 

Ballon d’Alsace 1907

En 1907, 109 coureurs prenaient le départ de Paris le 8 juillet pour effectuer 4488 kilomètres en 14 étapes ; une de plus qu’en 1906. La 1ère étape les amenait à Roubaix où Louis Trousselier va franchir le premier la ligne d’arrivée devant Marcel Cadolle et Léon Georget.

Tour de France 1907

Tracé du Tour de France 1907 (création BF)

L’étape suivante entre Roubaix et Metz fut remportée par Emile Georget.

Pour cette 3ème étape, les coureurs quittent la ville messine le 12 juillet à 3 heures trente du matin pour tenter de rejoindre la Cité du Lion distante de 259 kilomètres avec le meilleur temps. Mais n’oublions pas qu’en 1907, Metz est en territoire allemand et donc, il faut refranchir la frontière qui va servir de départ réel à cinq heures du matin.

2012 07 07 Tour de France 1907 ER C

Dessin de Philippe Delestre (L’Est républicain, 7 juillet 2012)

La frontière était située à Novéant côté mosellan, nommé en allemand Neuburg im Lothringen , et à Arnaville côté français.

CPA Arnaville Frontiere Franco-Allemande

Carte postale La Frontière entre la France et l’Allemagne, à Arnaville

NA : Le Tour de France 2017 est passé par les villages de Novéant-sur-Moselle, son nouveau nom depuis 1955, et d’Arnaville lors de la 4ème étape entre Mondorf-les-Bains (Luxembourg) et Vittel, ce 4 juillet.

A l’approche du Ballon d’Alsace, le peloton était devancé par une douzaine de coureurs. A mi montée, le groupe n’en comptait plus que cinq avec Marcel Cadolle, François Faber, Gustave Garigou, Henri Lignon et Emile Georget. Ce fut ce dernier qui franchit le sommet, suivit de François Fabert, Henri Lignon et Marcel Cadolle.

CPA Emile Georget 2

Carte postale Emile Georget, dit Gros Rouge

Il ne suffisait plus que de foncer sur Belfort, ville d’arrivée.

Belfort, ville de passage en 1905 et 1906

Pour cette cinquième édition, Belfort fut ville d’arrivée pour la première fois. En 1905 et 1906, les coureurs ne firent que traverser la ville…

Au passage en 1905, ce fut René Pottier qui s’arrêta le premier au contrôle et prit une collation rapide; après avoir quitté Nancy depuis près une dizaine d’heures (9h53’). Il avait à ses trousses Hippolyte Aucouturier pointé seulement à 2 minutes qui d’ailleurs le devancera à Besançon bénéficiant d’un incident mécanique de son adversaire, et Louis Trousselierà 4 minutes, 3ème de l’étape.

CPA Hippolyte Aucouturier

Hippolyte Aucouturier, surnommé Le Terrible

En 1906, les coureurs partant de la même ville, devaient rejoindre Dijon le 8 juillet où René Pottier gagna l’étape avec une large avance sur Georges Passerieu et Marcel Cadolle relégués à près de 48 minutes, prenant au passage la tête du classement général.

CPA René Pottier Dijon

René Pottier, le vainqueur du jour à Dijon

Pour cette étape, à Belfort, les commissaires assuraient un contrôle fixe, où officiait Charles Chaussin*, devant l’Hôtel de l’Ancienne Poste, place Corbis.

*Charles Chaussin était le fils du commerce Chaussin spécialisé dans la vente de cycles, autos & armurerie, installé Quai Vauban.

CPA Belfort Hôtel Ancienne Poste

Carte postale Grand Hôtel de l’Ancienne Poste à Belfort (collection JM)

Il avait conservé son avance acquise au Ballon d’Alsace (4’30) sur ces deux premiers poursuivants. Il fut le vainqueur du Tour, certainement que le Lion lui avait donné un coup de patte… Il ne pourra pas renouveler son exploit l’année suivante car il se suicidait le 25 janvier !

Belfort, ville étape en 1907

Revenons à 1907 où Emile Georget était passé en tête au sommet du Ballon d’Alsace.

CPA Belfort Année 1907

Carte postale Belfort Année 1907 (collection JM)

L’arrivée était prévue sur le quai Vauban où la foule avait commencé à s’amasser dès 8 heures du matin; les places étaient sinon onéreuses, chères pour être aux premières loges… où officiaient les organisateurs, les commissaires, les chronométreurs, les journalistes… A 11 heures, la foule était compacte sur plusieurs rangs aux abords de l’arrivée.

La ligne était devant le Café Robin* où avait été dressé un arc de triomphe portant les inscriptions ‘’Tour de France cycliste organisé par l’Auto’’ et le mot ‘’Arrivée’’.

*Café Robin : Dans la presse de l’époque, on cite un Café Rollin situé Quai Vauban. Il n’existait pas dans le recensement de 1906 mais par contre, la présence du Café Robin au 2 rue de Dr Fréry qui donne sur la Quai Vauban, source de cette méprise. 

CPA Belfort Rue Fréry Quai Vauban

Carte postale Belfort Ex Café Robin au 2 rue Fréry et début Quai Vauban (collection JM)

Au contrôle, sous la responsabilité du directeur de la course M. Abram, de L’Auto, la famille Chaussin était à la manœuvre, car le père Bernard et le fils Charles faisaient partis des officiels pour enregistrer les arrivées. Leur activité dans la vente de cycles les prédisposait à s’impliquer dans l’organisation de l’arrivée du Tour à Belfort.

CPA Belfort Etablist Chaussin Quai Vauban

Carte postale Magasin de Cycles Chaussin, quai Vauban (collection JM)

Bien entendu, les clubs cyclistes belfortains étaient aussi associés dans l’organisation de l’arrivée, Le Cycle Belfortain, L’Etoile Sportive, Les Sports Réunis et Les Vélocipédistes Belfortains.

La sécurité, déjà, était assurée par des agents de police épaulés par des militaires du 42ème Régiment d’infanterie. En 1907, point de barrière de sécurité… un simple fil de fer était censé retenir les curieux !

CPA Belfort Quai Vauban

Carte postale Belfort Quai Vauban (collection JM) 

L’attente fut longue pour les spectateurs, il leur fallut prendre patience car l’horaire initial ne fut pas respecté suite à un départ retardé. La faim tenaillait certains car midi était largement dépassé, leurs estomacs criaient famine…

Enfin l’annonce est faite par un coup de trompette que le premier coureur était en vu… Emile Georget (1) arriva donc en solitaire et passa la ligne en vainqueur à 12h 46’18’’ avec une petite avance sur ses poursuivants.

CPA Emile Georget

Carte postale Emile Georget, le vainqueur à Belfort

Il remportait ainsi sa deuxième étape consécutive. Le suivant, Henri Lignon, arriva un peu plus de trois minutes plus tard, précisément 3’12’’ précédant le luxembourgeois François Faber à 3’57’’.

Emile Georget comme les autres coureurs devait encore aller effectuer son enregistrement à la Brasserie Vauban, tenue par Edouard Kohler. Au passage, il remporta la première prime de 450 francs dont 50 francs attribués par le conseil municipal.

CPA Belfort Brasserie Quai Vauban

Carte postale Brasserie Vauban, au n°37 du Quai Vauban (collection BF)

NA : Cette partie du Quai Vauban a été renommée Avenue Foch en 1929.

Avec cette victoire, Emile Georget, le coureur de l’équipe Peugeot-Wolber,  progressa au classement général d’une place en prenant la deuxième à la place de Marcel Cadolle derrière Louis Trousselier.

Il récidiva en 1910 en gagnant la même étape, la troisième, le 7 juillet.

NA : Le classement général était calculé à partir du classement obtenu dans les étapes. Le Maillot Jaune ne fut officiel qu’en 1919, il aurait toutefois été porté par le coureur Philippe Thys en 1913 !

CPA Coureur Philippe Thys Pub Raspail 1

Carte postale Illustration publicitaire Philippe Thys

A noter, qu’un coureur était arrivé à Belfort… par le train ! Il s’agissait de Charles Crupelandt qui à Baccarat va chuter avec de fortes séquelles, bras cassé et contusions multiples aux jambes.

Charles Crupelandt (Doc Wikipédia)

Charles Crupelandt, surnommé Le Taureau du Nord (document Wikipédia)

Il fut évacué par le Calais-Bâle et fut transporté à l’hôpital civil pour recevoir les soins liés à ses traumatismes. Son premier tour se terminait plus rapidement que prévu…

CPA Belfort Hôpital Cour

Carte postale de l’Hôpital de Belfort

Danjoutin, le dimanche 14 juillet

Les coureurs bénéficiaient d’une journée de repos dans la Cité du Lion avant de reprendre la route, dès potron-minet, le 14 juillet pour rejoindre Lyon. Le départ des 93 rescapés était donné à 2h30’ du matin devant le Café Muller à Danjoutin.

NA : Où était-il situé ? Mes recherches actuelles n’ont pas abouti à ce jour… j’ai trouvé un Emile Muller, chef de construction de bicyclette dans le recensement effectué en 1916 sur la commune ! Malheureusement, les adresses ne sont pas enregistrées. Probabilité qu’un café devait être associé à cette activité. Comme toujours, je suis preneur de l’information…

Comme l’avant-veille, la foule malgré l’heure matinale du départ s’était amassée dès une heure du matin aux abords du café. Des lampes à acétylène avaient été installées à la hauteur de la table de contrôle et tout autour, de nombreux lampions complétaient l’éclairage. 

CPA Danjoutin Grande Rue et Route de Montbeliard

 Carte postale Danjoutin Grande Rue et route de Montbéliard

L’accueil des coureurs par le public fut chaleureux et certains plus que d’autres furent acclamés : Garrigou, le champion de France, Georget, le vainqueur des deux étapes précédentes, Pottier, Trousselier, Cadolle…

Les coureurs devaient parapher le registre tenu par la famille Chaussin sous l’autorité du chef-consul de l’Union Vélocipédique de France, M. Lacreuse.

CPA Danjoutin Route de Montbeliard

 Carte postale Route de Montbéliard Danjoutin

A 3h09, le départ légèrement décalé, fut donné par le commissaire de la course. Les coureurs partaient pour une étape longue de 309 kilomètres qui vit la victoire de Marcel Cadolle devant… Emile Georget qui se consola avec la première place du classement général devant le vainqueur du jour.

CPA Marcel Cadolle

Carte postale Marcel Cadolle, le vainqueur à Lyon

Marcel Cadolle devra abandonner à la 7ème étape suite à une chute dans le sprint final à Nîmes où une charrette chargée de futailles de vin mal placée, va provoquer un écart des coureurs.

CPA Nîmes Souvenirs Vélo

Carte postale Souvenirs de Nîmes

Bousculé involontairement par un adversaire, tel le sort subit par Mark Cavendish le 6 juillet 2017 à Vittel, le deuxième au classement général va être projeté au sol provoquant la cassure de sa rotule et mettant fin à sa carrière de coureur...

Victoire de Lucien Petit-Breton à Paris

Le Tour de France 1907 fut remporté le 4 août par Lucien Petit-Breton devant le Gustave Garrigou et Emile Georget. Ce dernier avait pourtant gagné 6 étapes sur 14 (Metz, Belfort, Grenoble, Nîmes, Toulouse et Caen) et fut 7 fois premier au classement général.

CPA Lucien Petit-Breton

Carte postale Lucien Petit-Breton, surnommé L’Argentin

Lucien Petit-Breton avait à son palmarès, une seule victoire à Bayonne mais l’appropriation de la tête du classement général à partie de Bordeaux, lors de la 10ème étape, pour ne plus la quitter jusqu’à l’arrivée à Paris. Il est vrai qu’il va bénéficier d’un point du règlement, l’interdiction de changer de bicyclette pendant tout le parcours, ce que ne va pas respecter Emile Georget dans l’étape Bayonne-Bordeaux ! Il va être classé dernier du classement, 48ème. Cette décision provoqua aussi le retrait de l’équipe Alcyon dont le 2ème du classement, Louis Trousselier.

Lot de consolation, Emile Georget va être nommé ‘’Meilleur grimpeur’’.

CPA Ville d'Avray Tour de France 1907 Petit-Breton

Carte postale Lucien Petit-Breton au contrôle de Ville d’Avray

Seuls 33 coureurs passaient la ligne d’arrivée au Parc des Princes; ils étaient 109 au départ. Il faut dire que parmi eux, il y avait des ‘’touristes’’…

CPA Boulogne sur Seine Vélodrome Parc des Princes

Carte postale Le vélodrome du Parc des Princes à Boulogne-sur-Seine

Lucien Petit-Breton, de son vrai nom Lucien Georges Mazan, récidiva l’année suivante en remportant le Tour de France 1908.

Epilogue

Avec ce tour de 1907, Belfort montait de braquet dans l’organisation de cette compétition créée en 1903 par le journal L’auto, en devenant ville étape.

JM

Références presse : Journaux La Frontière et L’Alsace (Collection Archives municipales de Belfort),  L’Est Républicain

Références Web : Wikipédia, Site La Grande Boucle, Divers autres Sites...

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo ou un document, vous pouvez l’agrandir.

Appendice

(1) Emile Georget : Né le 21 septembre 1881 à Bossay-sur-Seine (Indre-et-Loire), fut un coureur cycliste titulaire d’un beau palmarès.

CPA Emile Georget 3

 

 

Dès 1905, il se hissait à la 4ème place du Tour de France, remporta sa première victoire d’étape lors de 1ère étape du Tour suivant à Lille avec une 5ème place au classement général. Il termina 3ème au Tour de 1907 (avec 6 victoires d’étape).

 

 

 

Après une nouvelle victoire à Belfort en 1910, il fut le premier vainqueur du Col du Galibier en 1911 avant de gagner à Grenoble et de terminer 3ème du classement général.

Plusieurs autres victoires à son actif : Six jours de Toulouse sur piste en 1906 avec son frère Léon, Paris-Hesdin en 1907, Paris-La Flèche en 1909, Bordeaux-Paris et Champion de France sur route en 1910, Paris-Brest-Paris et Circuit de Touraine en 1911, Bordeaux-Paris en 1912.

A ces victoires, il obtint de très places comme sur le Milan-San Remo de 1909 où il termina deuxième derrière Luigi Ganna.

Il est décédé le 16 octobre 1960 à Châtellerault.

---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---