Avec cette 5e partie, on arrive à l’inauguration du Monument aux Morts.

L’idée d’ériger un Monument aux Morts à Belfort, en l’honneur des morts pour la France lors de la Première Guerre Mondiale, fut actée lors du Conseil municipal du 27 novembre 1920. Après les phases de sélection du 1er et 2e degré, ce fut le projet de l’architecte Albert Le Monnier et du statuaire Georges Verez qui fut retenu le 9 avril 1922 et commandé le 28 janvier 1924.

Belfort CPA Monument aux morts Albert Le Monnier

1ère carte postale officielle du Monuments aux Morts de Belfort (coll. JM)

Comme présenté dans la 4e partie de l’article, la date de l’inauguration, avec quelques difficultés, fut en fin de compte fixée au 30 novembre 1924 !

NA : En fin de texte, un lien permet d’accéder à la 4e partie de l’article traitant du choix de la date et de l’organisation de l’inauguration.

Le grand jour est enfin arrivé !

NA : En fin de texte, un lien permet d’accéder à l’article sur le Square du Souvenir, lieu d’implantation du Monument.

La presse s'impliqua...

La presse locale qui avait été parfois très critique sur ce projet, tout au moins le journal L’Alsace, devint positive et informa ses lecteurs, avec fortes descriptions, sur le programme prévu pour l’inauguration du Monument présidée par le ministre de la Guerre, Charles Nollet en personne.

Dans son édition du 29 novembre, le journal La Frontière titrait tout simplement ‘’Inauguration du Monument élevée aux Belfortains morts pour la Patrie’’ et présentait une photo du Monument.

NA : Le journal La Frontière ne paraissait que les mercredis et samedis.

1924 11 29 Monument aux morts La Frontière p1a2R

Extrait du journal La Frontière du 29 novembre (coll. AMB)

Le cliché était du au mulhousien A. Gueiroard, maison réputée pour ses éditions de beaux ouvrages, incorporant photos et gravures.

Le tirage fourni au journal, après détourage, était du au photographe belfortain André.

De son côté, le journal L’Alsace titra ‘’Belfort honore ses enfants’’ avec un très beau dessin de Léon Delarbre reprenant ‘’à sa sauce’’ le haut relief du Monument dédié aux poilus.

1924 11 30 Monument aux morts L'Alsace p0d FB R

Le dessin de Léon Delarbre dans L’Alsace du 30 novembre (coll. AMB)

Etait aussi présent une photo du Monument détouré.

Le matin du dimanche 30 novembre 1924

Cette journée du 30 novembre, de par l’inauguration du Monument aux Morts, était consacrée au souvenir des Belfortains morts pour la France pendant le conflit de la Première Guerre Mondiale.

Belfort CPA Monument aux morts vu de face

Carte postale Le Monument aux Morts (coll. privée)

Si la veille, le Monument fut baigné par un vigoureux soleil, il en fut tout autre ce dimanche dédié au recueillement, la météo offrait un temps maussade avec une pluie enveloppante… comme pour marquer de son emprise la cérémonie où la tristesse était de mise !

9h00, arrivée du ministre

Le ministre de la Guerre, le général Charles Nollet fut accueilli à la gare de Belfort par les autorités civiles et militaires, dont le préfet Henry Mouchet,  le maire Noël Lapostolest, les généraux Baston, Petit et Duprez, les parlementaires du département…

 

Général Charles Nollet Pays de France R

 

 

Photo du Général Charles Nollet

 

NA : Parti la veille à 21h35 de Paris, il était arrivé à 4h28 en gare. Son wagon garé, lui avait permis de dormir quelques petites heures ainsi que les membres de sa suite, dont son officier d’Etat-major, son secrétaire… 

Carte photo AMB 8Fi0007-2_09

Carte photo Le ministre encadré par le préfet et le maire (doc. AMB)

Après quelques cordialités, le ministre passa en revue les troupes du 35e RI présentes en face de la gare, avant de monter dans son véhicule pour rejoindre la préfecture.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_03

Carte photo Les troupes devant la gare (doc. AMB)

La foule s’était massée sur le parcours prévu du ministre entre le parvis de la gare et la préfecture. Le cortège automobile était accompagné d’un peloton de gendarmes à cheval et d’un escadron de 80 sabres du 107e RAL (Régiment d’Artillerie Lourde).

Carte photo AMB 8Fi0007-2_13

Carte photo Le ministre à son arrivée à la préfecture (doc. AMB)

Après le passage du cortège, une partie de la foule se rendit au square du Souvenir ainsi que de nombreuses sociétés et associations, de délégations de la ville et des écoles… pour déposer des gerbes, des couronnes… ou de simples fleurs, au pied du Monument.

Belfort CPA Monument aux Morts 1924

Carte postale du Monument aux morts (coll. privée)

Dès 9h00, une permanence fut assurée par du personnel de la mairie pour accueillir ceux qui désiraient apporter un témoignage en ce jour de recueillement. Elle permettait les déposes sur le tertre gazonné tout autour de la base du Monument, par contre, la façade avant était réservée aux couronnes officielles de l’après-midi.

Belfort CPA Square Souvenir Monument aux morts 1 PPB 1924

Carte postale du Monument aux morts (coll. JM)

Entre autre, à 10h30, Arsène Zeller le président du Secours Français déposa une palme en bronze au Monument.

Les personnes chargées d’accueillir les familles et les représentants des sociétés, avaient aussi en charge de relever les noms des personnes déposant couronnes et gerbes.

10h30, le cimetière militaire

Dans l’enceinte de la préfecture, le chef de cabinet M. Bézagu présenta au ministre, dans l’ordre protocolaire les différents membres des corps constitués tant civils que militaires.

Charles Nollet put échanger avec de nombreuses personnalités conviées par le préfet Henry Mouchet et, avec des membres de la maison de l’Etat.

A 10h30, le ministre accompagné du Préfet et du maire se rendit au cimetière national derrière le Château pour y déposer une palme.

Belfort CPA Cimetière militaire

Carte postale Cimetière militaire (doc. JM)

Pendant que le ministre était pris pas ces obligations, se déroulaient les cérémonies religieuses en chaque lieu de culte, à l’église Saint-Christophe, au Temple protestant et à la Synagogue.

11h30, déjeuner au Tonneau d’Or

Après le pèlerinage mémoriel, le ministre et ses deux accompagnateurs rejoignirent les invités au Grand Hôtel du Tonneau d’Or où était prévu un déjeuner offert par la ville.

Belfort CPA Bd Carnot n°11 Grand Hôtel Graveur Souvenirs

Carte postale du Grand Hôtel du Tonneau d’Or (coll. JM)

Une soixantaine de convives participa à ce repas où on pouvait remarquer hormis le maire et le préfet, Paul Marx le président du Comité, le sénateur Laurent Thiéry, les députés Jean-Baptiste Saget et Edmond Miellet, les généraux Baston et Petit, des maires d’Alsace… mais pour ce moment solennelle, la ville n’avait pas invité que des personnalités mais aussi un poilu de chacun des anciens régiments de Belfort, des 11e Dragons, 35e RI, 42e RI, 49e et 50e RT (Régiments de Territoriaux), ainsi qu’un représentant de chacune des sociétés d’anciens combattants de 1870 et de 1914-1918, des mutilés, des veuves de guerre, des pupilles de la Nation et des anciens prisonniers de guerre.

Belfort CPA Rue Reiset n°1 Grand Hôtel Tonneau d'Or Salle à manger 3s

Carte postale Salle à manger du Grand Hôtel

Ce repas fut l’occasion d’échanges de remerciements, de salutations et surtout de pensée à tous ceux morts pour la Patrie, aux mutilés et anciens combattants qui ont libéré la France !

Après les discours du préfet et du maire, vint celui du ministre. Charles Nollet qui entre autre dit ‘’qu’il sait qu’à Belfort on a, au plus haut point, le sentiment de l’action et le sentiment du patriotisme éclairé’’ et remercia le maire de Belfort de son invitation, ‘’il se dit heureux d’être venu à Belfort, dans cette ville qui a joué un rôle si utile dans le passé, qui en joue encore un de premier plan dans le présent et en jouera un dans l’avenir pour la grandeur du pays’’.

Il était temps de rejoindre le Monument aux Morts.

L’après-midi du dimanche 30 novembre 1924

Bien entendu, pour cette importante inauguration, le Comité des Fêtes et la mairie avaient pavoisé tous les abords du Monument avec drapeaux, écussons, oriflammes…

Organisation du lieu de la cérémonie

Au regard de l’importance de cette cérémonie et de l’affluence attendue, le futur square du Souvenir fut crédité d’un plan pour permettre le bon déroulement de l’inauguration par la gestion des flux et des emplacements dédiés en fonction des entités représentatives.

1924 1 Plan AMB R

Plan du square du Souvenir orienté nord-sud (doc. AMB)

Le Monument tant attendu, s’élevait au centre de toutes les attentions en ce 30 novembre 1924. Sa blancheur se découpait en cette journée grisâtre. Toutefois, le Lion protecteur peut participer à la cérémonie de ce nouveau venu dans sa Cité !

Les tribunes

A droite du Monument, aux abords des arbres, était installée une tribune, séparée en trois parties, pour accueillir les invités. La partie centrale était réservée aux officiels, quant à la partie de droite, elle était destinée aux familles des morts et la partie de gauche aux pupilles de la nation, aux veuves de guerre et aux grands mutilés.  

1924 1 Plan AMB R Tribunes BF2

Extrait du plan pour situer les tribunes (doc. AMB)

Elle pouvait accueillir 250 personnes, loin de permettre à tous les représentants des familles de proposer une place assisse, car ils étaient plus de 1000. Même l’ajout de bancs, ne permit pas d’absorber la différence, beaucoup durent s’entasser sous les arbres.

1924 11 30 Belfort CPhoto Inauguration Monument aux Morts

Carte photo de la cérémonie (coll. JM)

La chaire destinée aux discours était positionnée entre la tribune des officiels et le Monument.

Les emplacements dédiés aux sociétés

Les emplacements de chaque côté de la tribune étaient attribués aux formations de musique. L’Harmonie des Usines et la Lyre Belfortaine, placées à gauche de la tribune et la musique militaire à droite. Un emplacement entre cette dernière et la tribune était alloué aux membres du Comité des fêtes.

1924 1 Plan AMB R Délégations BF2

Extrait du plan pour situer les délégations (doc. AMB)

L’autre côté du Monument était réservé aux délégations des sociétés belfortaines. Au pied, était prévu les drapeaux des régiments des 35e & 42e  RI, 11e Dragons et 47e RA devançant les drapeaux des sociétés.

1924 11 30 Belfort CPhoto Inauguration Monumt aux Morts 4Fi729 R

La cérémonie au Monument (coll. Privée)

A l’avant du Monument, à droite, un emplacement était déterminé pour les pompiers et à gauche pour les enfants des écoles.

Derrière lui, devaient prendre place des militaires pour former un mur d’une certaine manière, fermant l’accès.

12h45, filtrage des accès au Monument

A l’initiative de la municipalité, un service d’ordre avait été constitué sous la responsabilité du secrétaire adjoint, René Maudrux, assisté de l’officier de paix, Prosper Domaine, d’agents de police et l’apport des Eclaireurs Unionistes de Belfort, dirigés par le pasteur Paul Schmidt, qui avait répondu favorablement à la sollicitation du président du Comité, Léon Marx.

Comme prévu au plan, au service d’ordre, s’ajoutait un cordon de troupe qui interdisait l’accès au Monument par l’arrière.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_57

Beaucoup de monde en tribune et devant (coll. AMB)

L’ensemble fut mis en place dès 12h45, pour maîtriser les flux d’arrivée. A l’entrée du périmètre de sécurité, un contrôle des laissez-passer était assuré pour filtrer les entrées.

Aux différents emplacements définis, une personne était dédiée à l’accueil des invités qui devaient présenter une carte d’accès, de couleur différente en fonction du lieu attribué.

Laisser passer Cérémonie

Un exemple de laissez-passer (doc. AMB)

Les différentes délégations prirent place conformément au plan à partir de 13h00 en vue de l’inauguration.

Des milliers de spectateurs de Belfort et des villages voire d’autres départements, étaient venus s’associer à l’inauguration. Certains en s’infiltrant dans l’enceinte pour être au plus près de la cérémonie mais il n’y avait pas de la place pour toute cette foule venue participer à cette cérémonie de témoignage.

13h30, début de l’inauguration du Monument

La cérémonie débuta à 13h30 avec l’arrivée d’une partie des autorités, des nombreuses délégations et des invités. Vint ensuite le ministre et les autorités escortés par des agents cyclistes et des gendarmes à cheval.

Ils pénétrèrent dans le futur Square du Souvenir en passant entre les deux rangées des porte-drapeaux alignés formant une haie d’honneur donnant accès au Monument. Derrière eux, sur plusieurs rangs, se pressaient tous ceux, non invités, qui avaient pu se glisser pour prendre place à l’entrée du lieu de commémoration.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_23

Carte photo Les porte-drapeaux alignés (doc. AMB)

Après le passage des officiels, les porte-drapeaux rejoignirent leur emplacement défini, situé devant le monument.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_19

Carte photo Les porte-drapeaux devant le Monument (doc. AMB)

Après que les officiels eurent rejoint leur place dans la tribune, la Lyre Belfortaine exécuta la Marseillaise puis la Musique du 35e RI ouvra le ban.

Belfort 1925 09 27 CPA Lyre Belfotaine Harmonie municipale

Carte photo La Lyre Belfortaine en 1925 (coll. JM)

Le général Nollet, fut le premier à s’avancer devant le Monument pour y déposer une palme au nom de gouvernement. Des couronnes vinrent la rejoindre, offertes par la mairie, la préfecture…  Tout le parterre du Monument était recouvert d’un tapis de fleurs sous différentes formes (couronnes, gerbes, fleurs unitaires…).

14h15, appel aux morts

Vint ensuite l’appel des noms des 1081 morts par les représentant des régiments, le lieutenant Emile Py pour les 49e et 50e de la Territorial, le maréchal-des-logis Marnain et le cavalier Cuzeneau pour le 11e Dragons, le maréchal-des-logis Peugeot et le canonnier Dupuy pour le 47e RAC, le sergent Alex et le soldat Brugnot pour le 35e RI, provoquant un moment de profond recueillement.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_38

Carte photo Les militaires effectuant l’appel des noms (doc. AMB)

A cet appel, répondaient quatre conseillers municipaux, chevaliers de la Légion d’honneur, Edouard Deshaie, Pierre Dollfus, Emile Marlin et Victor Schlumberger, ‘’Morts pour la France’’.

Cette longue énumération enveloppa le public d’une grande tristesse voire de poignants chagrins surtout dans les rangs des familles entrainant aussi des larmes, tout au moins de la mélancolie.

Vu le nombre de la liste des belfortains Morts pour la France, cet hommage fut découpé en trois parties. Après le premier tiers de l’énumération, l’Harmonie de la SACM (Société Alsacienne de Construction Mécanique) interpréta la Symphonie de Beethoven, ce morceau ne fit qu’entretenir ce grand moment d’émotion et de communion.

Le deuxième intermède fut la présentation d’une poésie écrite par un journaliste de L’Alsace, J. Noury pour cette occasion.

1924 12 02 Monument aux morts L'Alsace p0cRR

Extrait du texte de la poésie parue dans le journal L’Alsace (coll. AMB)

Ce fut le soldat Dufour du 7e B.O.A.*, élève au conservatoire de Lyon, qui eut l’honneur de clamer les states de ‘’La voix de la statue’’

*B.O.A. : Bataillon d’Ouvriers d’Artillerie

En voici les premiers vers...

La voix de la statue

 

Pour vous glorifier, ô Poilus de Belfort,

N’attendez pas de moi des phrases fanfaronnes :

Acceptez fièrement ces robustes couronnes

Que la Cité vous offre. – Au prix de quel effort

Surhumain, mais aussi de quelles hécatombes,

De ruines, de pleurs, de deuils, de jeunes tombes,

Votre héroïsme a mérité

Le Ciel de l’Immortalité !

 

L’ALERTE

<< La France est en Danger !>> Quand rugit, au Château, Le Lion alertant réservistes, recrues,

Vous laissâtes en plan faucheuses et charrues,

Usines, ateliers, plume, comptoir, étau,

Pour, écartant les bras de douces fiancées,

De femmes, de mamans tremblantes, mais racées,

Offrir au Moloch menaçant

Le saint holocauste du sang !

 

LA RESISTANCE

Devant vos blocs de cœurs l’ennemi s’arrêta,

Etonné, rageur. Mais tels sangliers en bauges,

Des Dunes de la Flandre à nos forêts des Vosges

Presque cinq mois durant, le monstre, il s’incrusta…

Des gaz asphyxiants, obus, bombes, torpilles

Et sur vous ses minenwerfer

Crachaient des rafales de fer.

*Minenwerfer (lance-mines) : Pièce d'artillerie légère allemande utilisée durant la Première Guerre mondiale. Elle est le précurseur du mortier moderne et du lance-grenades.

CPA Un minenwerfer pris aux allemands

Carte postale Un minenwerfer pris aux allemands en Alsace (coll. privée)

NA : A la fin du texte, un lien permet d’avoir la totalité de la poésie.

Quand vint la fin de l’énumération des 1081 soldats Morts pour la France, la Musique du 35e RI ferma le ban.

15h15, Le temps des discours

L’inauguration fut l’objet de plusieurs discours, en voici quelques extraits...

Paul Marx, le président du Comité

Le premier fut de celui du président du Comité, de Léon Marx. Très long, il rappela que le choix s’était porté sur un monument spécifique pour Belfort, non standardisé, et qu’il soit pour les générations futures, le souvenir de la Première Guerre Mondiale.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_42

Carte photo Léon Marx lors de son discours (doc. AMB)

Montrant le haut du monument, rappela qu’il représentait la Victoire sans casque et sans arme, entourée par les soldats qui par leur héroïsme ont fait fuir l’envahisseur ! 

Belfort CPA Monument aux Morts Pärtie supérieure

Carte postale La partie supérieure du Monument (coll. FB)

Il rappela aussi que "Belfort fut toujours présent quand la patrie était en danger, 1814, 1815, 1870 et 1914… … grâce aux soldats de Legrand et de Lecourbe, des mobiles de Denfert, les poilus de 1914 ".

Il rendit honneur au ministre et s’adressant aux mères, aux veuves et aux enfants des Grands Morts, leur dit que ce Monument était le leur !

Noël Lapostolest, le maire de Belfort

Le maire, Noël Lapostolest, qui succéda à Léon Marx, remercia le président du Comité et les membres d’avoir su mener ce projet à terme. Il remercia aussi les souscripteurs qui avaient permis d’élever ce Monument, l’architecte Albert Lemonnier, le statuaire Georges Vérez, l’entrepreneur Tournesac et tous les travailleurs qui ont mis la main à sa réalisation.

Il s’adressa au ministre pour lui présenter ce Monument comme le noble tribut de la reconnaissance à tous ceux qui ont donné leur vie à la Patrie, à tous ceux qui ont combattu vaillamment et à tous ceux qui ont souffert de la guerre, mutilés, veuves, enfants, parents…

Carte photo AMB 8Fi0007-2_44

Carte photo Noël Lapostolest lors de son discours (doc. AMB)

Il précisa que ce "Monument rejoignait le Monument des Trois Sièges, personnification de la vaillance des Belfortains, la statue Quand-Même soutient de l’espoir des Alsaciens, le Lion, symbole de la loyauté et du courage".

Il souhaita aussi, que cette Victoire soit le geste final de la période belliqueuse de l’humanité.

Laurent Théry, le sénateur

Vint ensuite, le discours du sénateur Laurent Thiéry qui intervint, aussi,  aux noms de ses collègues de la chambre des députés, Jean-Baptiste Saget et Edmond Miellet.

Il revint sur le sacrifice des Belfortains tombés, pendant l’horrible tourmente de 1914-1918, pour le salut de la patrie, pour le salut de tous; sacrifiant leur vie et affectant leur famille. Souligna qu’ils font partie de tous ces poilus de France, à qui on doit notre liberté, nos biens, notre terre, voire notre existence !

Carte photo AMB 8Fi0007-2_46

Carte photo Laurent Thiéry lors de son discours (doc. AMB)

Il poursuivit par ces mots "C’est à notre tour de savoir être généreux et de ne jamais oublier nos vaillants défenseurs et leurs familles, quelles que soient les difficultés de l’heure présente, le nombre des années qui ont déjà fui et de celles qui s’écouleront encore".

Après une partie de son discours plus politique, il revint sur l’objet de cette journée en appelant à honorer la mémoire des vaillants fils de cette glorieuse cité et à s’associer fraternellement aux douleurs inapaisées des familles.

Charles Nollet, le ministre de la Guerre

Le dernier discours fut celui du ministre de la Guerre, Charles Nollet. Il salua en son nom et au nom du gouvernement, la mémoire des belfortains morts pour la Patrie. Il associa à cet hommage, les mutilés et anciens combattants, qui pendant plus de quatre longues années ont souffert.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_48

Carte photo Charles Nollet lors de son discours (doc. AMB)

Puis il tint par ses paroles "Messieurs, si j’ai tenu à venir apporter moi-même aux enfants de Belfort tombés au champ d’honneur l’hommage de la France, c’est qu’il est peu de villes qui aient payé à la Victoire, un aussi lourd tribut. La trop longue liste que nous venons d’entendre atteste en même temps que la grandeur du péril couru des vertus profondes d’une rare habituée à regarder le danger de près et en face".

Il poursuivit son discours en soulignant l’importance de la place forte de Belfort pour protéger le pays et revint sur le courage des poilus pendant ce conflit, se permettant de faire un parallèle avec la résistance développée par les défenseurs de la ville lors du Siège de 1870…

Pour clôturer le temps des discours, l’Harmonie de la SACM interpréta Le chant du départ.

NA : Ce chant révolutionnaire fut écrit en 1794 par Étienne Nicolas Méhul pour la musique et Marie-Joseph Chénier pour les paroles.

La décoration de Mademoiselle Louise Lindimer

A l’occasion de l’inauguration du Monument, fut décorée l’infirmière dévouée Mademoiselle Louise Lindimer qui soigna tant de blessés, accompagna les morts à leur dernière demeure, entretint et fleurit leurs tombes. Le général Nollet épingla la Légion d’honneur, au rang de chevalier, sur son corsage et lui donna l’accolade. Des dames vinrent l’embrasser, Mesdames Grosborne, Viellard, Devillers, Lapostolest et Zeller.

CPA Infirmière & poilus R

Carte postale Une infirmière au chevet d’un poilu

Rouge de confusion, elle fut félicitée par la maire, le préfet, le sénateur, les députés…

16h00, le défilé

Pour clôturer la cérémonie, se déroula le défilé sous l’ordre du Général Petit, au son de la musique du 35e RI. Le ministre de la Guerre apprécia beaucoup de voir un défilé aussi bien fourni avec les militaires, les pompiers, les gendarmes, les sociétés des anciens combattants, les mutilés, les diverses sociétés patriotiques avec leurs drapeaux, la Sainte-Barbe, la Baïonnette… et encore bien d’autres sociétés. Il revint aux défenseurs de 1870 de fermer la marche avec le drapeau du Siège porté par le vétéran Pérodin.

Carte photo AMB 8Fi0007-2_40

Carte photo Le public (doc. AMB)

La fin du défilé sonna la dislocation de la cérémonie qui coïncida avec le début de l’éclairage de différents lieux dont celui du Monument.

16h30, lunch à la mairie

Toutefois, un lunch fut offert par la municipalité en l’honneur du ministre dans la salle d’honneur de l’hôtel de ville, servi par le personnel de l’Hôtel Excelsior.

1924 11 27 Courrier Hôtel Excelsior au Maire R

Extrait du courrier du directeur Gaston Excelsior au maire (doc. AMB)

Charles Nollet apprécia, sinon le lunch, les tableaux historiques présent en ce lieu.

Belfort CPA Salle honneur Hôtel de ville R

Carte postale de la Salle d’Honneur de la l’Hôtel de Ville (coll. JM)

Une autre personne était à l’honneur, l’infirmière Louise Lindimer qui fut à nouveau félicité par les invités.

17h30, départ du ministre de la Guerre, Charles Nollet

Le ministre dut se libérer de cette assemblée pour rejoindre la gare de Belfort pour prendre le train de 17h48 à destination de Paris, où son wagon avait été accroché. Une foule importante avait pris place devant l’Hôtel de Ville pour le voir une dernière fois et le remercier de sa présence à la cérémonie.

Belfort CPA Av Gare n°4X Gare Cour CAP 15

Carte postale Le parvis de la gare de Belfort (coll. JM)

Il salua la foule enthousiaste et monta dans sa voiture à destination de la gare. Et là aussi, la foule avait envahi son parvis et lança des ‘’Vive Nollet’’ à son arrivée. Avant de rejoindre son wagon, il félicita le chef de gare, M. Carriot, pour le service rendu et les attentions prodiguées.

Belfort CPA Av Gare n°4X Gare Quais Vue sud Lardier 60

Carte postale Les quais de la gare de Belfort (coll. JM)

Avec le départ du ministre, se terminait cette journée dédiée aux belfortains Morts pour la France dont le souvenir était mémorisé par ce Monument élevé dans ce futur square du Souvenir.

Epilogue

Quatre ans après la décision du conseil municipal de Belfort d’ériger un Monument aux Morts à la mémoire des Belfortains Morts pour la France, celui-ci était inauguré par le ministre de la Guerre, Charles Nollet, devant une très forte affluence. Ce fut un grand moment de solennité partagé avec tous ceux qui voulaient être présents en cette journée du 30 novembre 1924 !

Belfort CPA Monument aux Morts La nuit

Carte postale La nuit est tombée sur le Monument…  

Par la même, le Monument aux Morts devenait l’élément central du futur square de Souvenir.

Et la suite…

Non, ce n’est pas la dernière partie de cet article ! Il reste encore quelques  éléments à traiter concernant le Monument, si je veux être complet et mettre un éclairage particulier sur un élément qui a provoqué sa rédaction !

Donc à suivre…

JM

Lien pour accéder aux articles cités

Pour consulter les parties précédentes de l’article : Cliquer ici

Pour consulter la partie préparation de l’inauguration : Cliquer ici

Pour consulter l’article sur le square du Souvenir : Cliquer ici

Pour consulter la poésie La Voix de la Statue de J. Noury : Cliquer ici

Références textes : Dossier sur le Monument aux Morts des Archives municipales de Belfort (AMB), les journaux La Frontière (collections AMB) et L’alsace (collection AMB).

NA : Une grande partie des visuels est réalisée à partir des cartes photos possédées par les Archives municipales de Belfort.

Référence Web : Wikipédia

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir.

---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---