Après deux Coupes du Monde organisées par la Federation International and European of the Feminine Football (Fédération Internationale et Européenne de Football Féminin) en 1970 et 1971, celle-ci dut se résoudre à se dissoudre suite à la démission de toutes les nations.

Epingle ROFCA JM

 Epinglette avec sigle de la ROFCA (coll. privée)

Une nouvelle Fédération va reprendre le flambeau pour remettre sur pied une telle compétition, il s’agit de la Republic of China Football Association (Fédération de football de la République de Chine).

Par contre, il fallut attendre 1978 pour qu’elle voie le jour !

ROCFA : Republic of China Football Association

En 1977, une nouvelle tentative d’organiser une Coupe du Monde fut initiée par la ROCFA (Republic of China Football Association), la fédération de football de la République de Chine.

Elle convia de nombreux pays à participer à Taiwan en 1978 à The Women's World Invitation Tournament ou The Chunghua Cup.

CPM Taiwan Taipei 1

Carte postale de Taipei à Taiwan (coll. privée)

A l’image des deux éditions de 1970 et 1971 organisées par la FIEFF (Federation International and European of the Feminine Football), peu de nations répondirent à l’appel de la ROFCA car cette démarche n’avait pas l’assentiment de l’UEFA. Par contre, la FIFA donna son accord.

Le tournoi, The World Women’s Football Tournament fut fixé en octobre afin de coïncider avec le 20e anniversaire de la Fête Nationale de la République de Chine, célébrée le 10 octobre.

CPM Taiwan Taipei Parade R

Carte postale Taipei Parade du 10 octobre (coll. privée)

Le régime taïwanais voulait montrer sur la scène internationale son existence face à la Chine communiste.

1978, Coupe du Monde à Taipeh

Malgré cette faible adhésion, la ROFCA organisa ce tournoi international, le WWFT, avec la participation de treize nations mais avec seulement trois équipes nationales complétées par dix équipes de club…   

Carte Taïwan CM 1978 1981 Taipei

Carte de l’ile de Taiwan (doc. JM/BF)

Equipes participantes

Les 3 équipes nationales présentes furent l’Australie, Taipei chinois et la Thaïlande.

Les autres nations présentes par l’intermédiaire des clubs, étaient l’équipe de Northwood pour l’Angleterre, Union SC Landhaus de Vienne pour l’Autriche, IODE Roadrunners de Vancouver pour le Canada, Danemark XI pour le Danemark, Sting Club Soccer de Dallas pour les Etats-Unis, HJK Helsinki pour la Finlande, la Polynésie pour Hawaii, Hackås IF pour la Suède et SV Seebach de Zurich pour la Suisse.

La France qui participait, elle aussi, à cette nouvelle compétition, avait eu confiance au même club leader en féminine, en envoyant l’équipe du Stade de Reims.

Carte Monde CM Taïwan 1978

Carte avec les pays participants (doc. JM/BF)

Ce tournoi international se déroula du 9 au 23 octobre 1978.

Les 13 équipes étaient réparties dans trois poules (deux de 4 équipes et une de 5 équipes) où les deux meilleures équipes de chaque groupe étaient qualifiées :

Groupe 1 : Taipei, Danemark XI, Polynésie (Hawaii) et SV Seebach Zurich (Suisse)

Groupe 2 : Australie, Hackås IF (Suède), Sting SC Dallas (Etats-Unis) et Union SC Landhaus (Autriche)

Groupe 3 : HJK Helsinki (Finlande), Thaïlande, IODE Roadrunners Vancouver (Canada), Northwood (Angleterre) et Stade de Reims (France)

Poules qualificatives

La phase qualificative se déroula du 11 au 17 octobre; les deux premières équipes de chaque groupe étaient qualifiées pour la phase finale.

Les matches se déroulèrent à Taipei.

CPM Taiwan Taipei Temple R

Carte postale Taipei Temple Longshan (coll. privée)

Groupe 1 avec 4 équipes

Pour le match d’ouverture du 11 octobre, l’équipe de Taipei rencontrai la Polynésie qu’elle défit sur le score de 2-0. Elle confirma, le 15, avec le même score contre les suissesses du SV Seebach Zurich. Lors de son dernier match le 17 octobre, elle le remporta aussi sur un score plus étriqué, 1-0 contre le club de Danemark XI.

Avec 3 victoires au compteur, Taipei prenait la tête du groupe 1.

Pin's Taïwan R

Pin’s drapeau Taïwanais (coll. privée)

La 2e place revint aux zurichoises du SV Seebach grâce au goal average car elle écrasa la Polynésie avec un 8-2 le 17 octobre, après avoir obtenu un nul, 0-0 contre l’équipe danoise le 14 octobre.

Pin's Suisse FB

Pin’s drapeau Suisse (coll. privée)

Danemark XI finissait 3e ex aequo, elle n’avait battue que la Polynésie le 16 octobre par le plus petit score, 1-0 !

La Polynésie terminait dernière du classement avec 3 défaites.

Groupe 2 avec 4 équipes

Les équipes du Groupe 2 jouèrent sur 3 jours consécutifs leurs trois matches, les 14, 15 et 16 octobre.

Dans ce groupe 2, se furent les suédoises du club de Hackås IF qui s’adjugèrent de la première place. Après un nul (1-1) lors de leur première rencontre contre l’équipe des Etats-Unis, le Sting SC Dallas, elles gagnèrent, le lendemain, 1-0 contre les viennoises de l’Union SC. Elles firent de même le 16 octobre contre l’Australie.

Pin's Suéde

Pin’s drapeau Suèdois (coll. privée)

La deuxième place revint aux Etats-Unis, le Sting SC Dallas, qui fit un nul, 1-1 contre l’Australie lors de leur 2e match et remportèrent la dernière rencontre, 1-0, contre les autrichiennes de l’Union SC Landhaus.

Pin's Etats-Unis

Pin’s drapeau Américain (coll. privée)

L’Australie prit la 3e place devant les autrichiennes de l’Union SC Landhaus qui avait perdu son match contre cette équipe.

Groupe 3 avec 5 équipes

Le Groupe 3 comprenait cinq équipes au lieu des quatre pour les deux autres groupes.

Contre toute surprise, ce fut l’équipe du Stade de Reims qui prit la première place du Groupe 3 ! Dès sa première rencontre le 11 octobre, elle prit l’ascendant sur le club canadien IODE Roadrunners, avec un 4-0. Le 14 octobre, elle récidiva avec 6-0 contre la Thaïlande. Toujours aussi prolifique en termes de but, elle passa un 4-1 aux anglaises de Northwood.

Capsule dont Reims

Capsules de champagne dont celle du club de Reims (au milieu)

Cette série prit fin lors du dernier match le 17 octobre contre les finlandaises du HJK Helsinki, l’autre équipe monstre du Groupe. Elles se partagèrent les points et zéro but fut marqué… et le même nombre de points !

NA : Reims avait toutefois un meilleur goal-average avec 14 buts marqués et un contre sur l’ensemble de la compétition, tandis qu’Helsinki n’avait que 13 buts marqués pour et 0 contre.

Le 14 octobre, les finlandaises du HJK Helsinki avaient passé un 4-0 aux anglaises de Northwood. Le lendemain, les thaïlandaises allèrent chercher 3 fois le ballon au fond de leur filet. Le 16 octobre, les canadiennes du club IODE Roadrunners furent laminées avec un 6-0.

Pin's Finlande 2

Pin’s drapeau Finlandais (coll. privée)

La Thaïlande prit la 3e place devant Vancouver et Northwood.

Phase finale

Les 6 équipes qualifiées Taipei, SV Seebach Zurich (Suisse), Hackås IF (Suède), Sting SC Dallas (Etats-Unis), HJK Helsinki (Finlande) et Stade de Reims (France), se retrouvèrent dans un mini championnat se déroulant du 18 au 21 octobre pour déterminer le classement final.

Photo Taïwan Taipei Chungshan Soccer stadium R

Chungshan Soccer Stadium de Taipei ou stade municipal (démoli en 2008)

Pour cette seconde phase de la compétition, les équipes jouèrent un match par jour.

Pour les équipes s’étant déjà rencontrées lors du premier tour, leurs résultats étaient comptabilisés sans rejouer :

Stade de Reims – HJK Helsinki : 0-0

Hackas IF (Suède) – Sting SC Dallas : 1-1

Taipei – SV Seebach Zurich : 2-0

Les deux équipes qualifiées du Groupe 3 vont prendre l’ascendant sur les autres équipes lors de cette phase finale !

Le 18 octobre, les finlandaises HJK Helsinki prirent le dessus sur les américaines avec un 2-0. Elles partagèrent les points avec les suissesses, le lendemain et les chinoises avec des scores vierges, le 20 octobre. Enfin lors de leur dernier match, elles scorèrent 4-0 contre les suédoises.

Les françaises du Stade de Reims, le 18 octobre, gagnèrent 1-0 contre les suissesses du SV Seebach. Le lendemain, elles passèrent un 5-0 aux suédoises du Hackås IF. Elles durent se contenter d’un match nul (0-0), le 20 octobre, contre les américaines du Sting SC Dallas. A nouveau pour leur dernier match, elles durent se contenter d’un match nul (0-0) avec les chinoises de Taipei.

Photo Stade de Reims 197X 2

Equipe de Reims (1978 ?)

Taipei termina à la 3e place avec 6 points devant Sting SC Dallas (4e, 6 points), SV Seebach Zurich (5e, 2 points) et Hackås IF (6e, 2 points).

NA : Malgré le même nombre de points pour Taipei et les américaines, les chinoises avaient un meilleur goal average (+6 -4 / +6 -5).

Donc les équipes de Reims et d’Helsinki finirent avec le même nombre de points (7) et le même goal-average (+6). Comme elles avaient fait match nul (0-0) lors de leur rencontre en poule qualificative, elles furent déclarées vainqueurs ex-æquo.

Photo 1978 CM Taïwan France Finlande Victorieuses R

Equipes Reims et HJK Helsinki pour la photo de groupe (Photo L’Union)

Elles durent se partager le Trophée !

Les organisateurs ne s’attendant pas à une telle situation, durent refaire fabriquer un 2e Trophée !

Photo 1978 CM Taïwan Remise Coupe Reims HJK Helsinki

La remise du trophée aux deux capitaines, Renée Delahaye pour le Stade de Reims et ??? pour le HJK Helsinki (Photo L’Union)

Avec leur troisième place, les taïwanaises montaient sur le podium.

Pin's Ballon France & Finlande

Pin’s Drapeaux des 2 vainqueurs du tournoi (JM/FB)

Suite à ce double vainqueur non envisagé… l’organisateur du refaire aussi fabriquer une deuxième série de médailles.

Médaille Taipei 1978

Médaille pour les joueuses des 2 équipes victorieuses

Parallèlement au championnat des 6 équipes qualifiées, des matches des équipes éliminées furent organisés pour classer l’ensemble des équipes.

7e : Danemark XI
8e : Australie
9e : Thaïlande
10e : Northwood (Angleterre)
11e : Union SC Landhaus Vienne (Autriche)
12e : Polynésie (Hawaii)
13e : IODE Roaddrunners Vancouver (Canada)

Cette compétition, The World Women’s Football Tournament, fut pour la ROCFA, une belle vitrine malgré la faible représentation d’équipes nationales. Elle eut même, à l’entame de la compétition, un invité un peu particulier,  un typhon !

La ROCFA, Republic of China Football Association, la fédération de football de la République de Chine devra modifier son appellation en 1981 suite aux pressions de la Chine populaire sur les instances internationales politiques et sportives qui veut être la seule ‘’Chine’’ reconnue !

Pin's CTFA

Pin’s Logo de la CTFA (coll. privée)

La ROCFA devint la CTFA (Chinese Taipei Football Association),

Le parcours de Reims

A noter que le trajet pour la délégation rémoise avait été chaotique pour arriver à bon port. Partie d’Orly le 6 octobre, elle n’arriva à Taiwan que trois jours plus tard suite à un détour imprévu par le Bahreïn ! Leur avion était tombé en panne.

CPM Orly Aéroport Entrée aérogare

Carte postale Aéroport d’Orly, entrée de l’aérogare (coll. privée)

Une des composantes de ce tournoi fut le temps ou plutôt un typhon qui s’invita dès le début du tournoi provoquant par la même un report de 2 jours de son début réel et laissant des terrains gorgés d’eau. Après leur 1ère rencontre le 14 octobre, les françaises durent jouer les 2ème et 3ème matches dans la même journée du 16 octobre à 13 heurs puis à 19 heures, et le lendemain leur dernier match de poule.

Ecusson Stade de Reims

Ecusson Stade de Reims

La sélection française

L’équipe de Reims était composée de : Marie-Louise Butzig, Danielle Vatin, Claude Bassier, Dormois, Renée Delahaye (Cap), Marie-Bernadette Thomas, Patricia Moine (Batteux), Véronique Roy (Brassart), Rachèle Pigeon, Rachèle Vilarinho, Isabelle Musset, Armelle Binard,   Christine Scharo, Nicole Abar, Ghislaine Souef, Marie-Agnès Plantagenet 

Photo 1978 CM Taïwan Tour d'honneur France Finlande

Le tour d’honneur des deux équipes (Photo L’Union)

Les françaises furent récompensées par deux autres trophées dont celui de la meilleure buteuse qui revint à Christine Scharo avec 7 buts marqués lors du tournoi et du meilleur milieu à Véronique Roy.

Epilogue

Pour cette troisième Coupe du Monde, organisée par la ROCFA, non reconnu par l’UEFA mais acceptée par la FIFA, fut une belle réussite. Après l’Italie, le Mexique, Taipei avait ajouté une nouvelle marche à la construction d’une future Coupe du Monde de Football Féminine officielle.

Mais une nouvelle fois, elle s’était déroulée au travers de clubs et non avec des véritables sélections nationales !

Cocorico, la France par l’intermédiaire du Stade de Reims obtenait un Trophée international.

Qu’elle va être la suite de cette nouvelle étape ?

A découvrir dans la cinquième partie de cet article…

JM

Liens pour accéder aux articles cités

Pour consulter le sommaire des articles sur cette compétition : Cliquer ici

Pour consulter la suite de l’article : Cliquer ici

Référence Web : Wikipédia, Divers Sites…

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo, vous pouvez l’agrandir.

---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---