Après bien des tergiversations, la FIFA (Federation International Football Association) dut se résoudre à organiser cette nouvelle compétition féminine, la Coupe du Monde de football féminin.

Il est vrai que c’est plutôt l’UEFA qui avait planté ses crampons pour freiner au maximum la réalisation d’une telle épreuve internationale.

Logo Confédération FIFA

Logo FIFA

Mais la FIFA, avant d’organiser cette future manifestation, imposa un test officiel… en Chine en 1988, The FIFA Women's Invitation Tournament,

 

FIFA : Federation International Football Association

Il fallut attendre 1986 pour que la FIFA décide d’organiser, à terme, une Coupe du Monde de football féminin.

Ce fut lors de son congrès en juin à Mexico que la majorité des fédérations entérina cette proposition mise à l’ordre du jour par la Norvège, soutenue par plusieurs fédérations européennes. La date envisagée pour cette nouvelle compétition était ciblée pour 1990.

CPM Mexico City R

Carte postale Mexico

Il faut dire que la FIFA et l’AFC (Asian Football Confederation) cherchaient à contrer l’emprise de la CTFA (Chinese Taipei Football Association), la Fédération taïwanaise, qui depuis la fin des années 70 a tenté de fédérer les fédérations d’Asie mais aussi celles d’Europe et d’Amérique afin de créer une Fédération internationale de football féminin autonome, la WIFF Women’s International Football Federation) !

La ROCFA (Republic of China Football Association), devenue la CTFA en 1981, organisait depuis 1978 à Taïwan une compétition internationale où participaient équipes nationales et clubs représentant d’autres nations plus frileuses vis-à-vis des impositions de boycotte de l’UEFA.

Pin's AFC

Logo CTFA (coll. privée)

Mais aussi en Europe, avec la FIGCF (Federazione Italiana Giuoco Calcio Femminile) qui organisait depuis 1984, son Mundialito, une compétition calquée sur le projet d’une Coupe du Monde, dans un format plus modeste avec 4 à 6 équipes internationales.

Logo FIGC Wikipédia

Logo FIGCF (coll. privée)

Avant de lancer cette 1ère Coupe du Monde, l’UEFA suggéra à la FIFA d’organiser, avant, une compétition test. Initialement prévu en 1987, elle fut reportée à l’année suivante. Elle fut attribuée à la Chine, choisie pour l’organiser, affichant ainsi une volonté (rivalité) face à la compétition développée par la CTFA !

1988, The FIFA Women's Invitation Tournament

Après bien des pérégrinations, le tournoi test fut organisé avec l’aide de l’AFC. Il se déroula en Chine, du 1er au 12 juin 1988 dans la région de Guangdong située au sud-est du pays, sous l’appellation The FIFA Women's Invitation Tournament.

Carte Chine 1988

Carte de la Chine, région de Guangdong encadré (doc. JM/BF)

La FIFA avait demandé que chacune des six Confédérations de football soit représentée pour cette compétition test en vue de mettre en place la future Coupe du Monde de football féminin.

Logo Chine 1988

Panneau annonçant la compétition (Document FIFA)

Equipes participantes

Pour la première fois en 1988, un tournoi international féminin impliquait l’AFC (Confédération Asiatique de Football), la CAF (Confédération Africaine du Football), la CONCACAF (Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes), la CONMEBOL (Confédération sud-américaine de football), l’UEFA (Union Européenne des Associations de Football) et l’OFC (Confédération du Football d'Océanie).

Carte Monde Confédérations

Carte de l’implantation géographique des 6 confédérations (doc. JM/FB)

Pour cette première pré Coupe du Monde en Chine intitulée The FIFA Women's Invitation Tournament, les nation participantes étaient les suivantes :

Afrique : Côte d’Ivoire

Amérique du Nord : Canada et Etats-Unis

Amérique du Sud : Brésil

Asie : Chine, Japon et Thaïlande

Europe : Pays-Bas, Norvège, Suède et Tchécoslovaquie (choix de l’UEFA)

Océanie : Australie

Carte Monde CM FIFA Chine 1988 bis

 Carte avec les pays participants (doc. JM/BF)

Organisation du tournoi

La compétition se déroula dans la région de Guangzhou, située au sud-est de la Chine, où furent accueillies les 12 équipes. L’ensemble des matches se déroulèrent dans les villes de Foshan, Guangzhou, Jiangmen et Panyu.

Carte Chine 1988 Détail R

Région de Guangzhou, 3 autres villes accueillant la compétition (doc. BF)

Les 12 équipes furent réparties dans trois poules où les deux premières places étaient qualificatives ainsi que les deux meilleurs troisièmes pour les quarts de finale.

Groupe A (Foshan & Guangzhou) : Canada, Chine, Côte d’Ivoire et Pays-Bas

Groupe B (Jiangmen): Australie, Brésil, Norvège et Thaïlande

Groupe C (Panyu) : Etats-Unis, Japon, Suède et Tchécoslovaquie

Programme officiel Chine 1988

Programme officiel de la Coupe du Monde

Phase qualificative

Les rencontres de la phase qualificative se déroulèrent du 1er au 5 juin, avec un match tous les jours.

Groupe A

Les stades de Guangzhou et de Foshan reçurent les équipes du Groupe A.

Photo Chine Guanszhou Tianhe Stadium R

Photo Guangzhou Tianhe Stadium (coll.  privée)

La première place du Groupe A revint à la Chine qui fit le plein de points (6) en ayant gagné ses trois matches.

Les chinoises jouèrent le match d’ouverture le 1er juin, à Guangzhou, contre les canadiennes qui ne purent résister, perdant 0-2. Elles gagnèrent 1-0 contre les néerlandaises et passèrent un 8-0 aux ivoiriennes (sans jeu de mots).

Pin's Chine 2

Pin’s Drapeau Chinois (coll. privée)

Le Canada s’adjugea la deuxième place au détriment des Pays-Bas malgré le même nombre de points (3) mais avec un meilleur goal average (+4 / +2).

Après leur premier match perdu contre la Chine, les canadiennes passèrent un 6-0 aux malheureuses ivoiriennes le 3 juin à Foshan et se contentèrent d’un nul 1-1 contre les néerlandaises, lors de leur dernier rencontre.

Pin's Canada 2

Pin’s Drapeau Canada (coll. privée)

Les Pays-Bas qui n’avaient battu les ivoiriennes que sur le score de 3-0, n’étaient pas qualifiés, laissant la 2e place au Canada.

La Côte d’Ivoire qui termina dernière avec 0 point et 17 buts encaissés, avait sauvé l’honneur en marquant contre la Chine, un but.

Groupe B

Les rencontres du Groupe B étaient localisées à Jiangmen.

Photo Chine Jiangmen Stadium

Photo Jiangmen Stadium (coll. privée)

Dans le Groupe B, plus qu’équilibré car trois équipes terminèrent avec le même nombre de points (4) !

Une nouvelle fois, ce fut le goal average qui classa ces trois équipes.

La première place revint au Brésil. Après avoir perdu 1-0 contre l’Australie le 1er juin, les brésiliennes remportèrent 2-1 leur 2e rencontre face aux norvégiennes. Le dernier match vit les thaïlandaises aller chercher le ballon par 9 fois au fond de leur filet, permettant au brésiliennes de posséder un goal average de +9, synonyme de première place.

Pin's Brésil 2

Pin’s Drapeau Brésilien (coll. privée)

Quant à la deuxième place, la Norvège via un goal average de +6 la décrocha au détriment de l’Australie.

Elle acquit sa qualification, grâce à ses victoires significatives en terme de buts marqués, 4-0 face au thaïlandaises et 3-0 contre les australiennes.

Pin's Norvège 2

Pin’s Drapeau Norvégien (coll. privée)

La Thaïlande finit elle aussi avec 0 points et 16 buts encaissés, un de moins que les ivoiriennes mais 0 but marqué, lui attribuant la dernière place.

Groupe C

La ville de Panyu accueillit les rencontres du Groupe C.

Dans ce Groupe, la Suède prit la première place avec 5 points.

Le 1er juin, les suédoises remportèrent leur premier match, 1-0, contre les tchécoslovaques. Elles firent match nul, 1-1, contre les américaines et battirent 3-0, les japonaises.

Pin's Suéde

Pin’s Drapeau Suédois (coll. privée)

Les Etats-Unis obtinrent la 2e place du classement.

Pour leur premier match, les américaines commencèrent avec une victoire 5-2 contre le Japon, puis se contentèrent de deux nuls 0-0, contre les suédoises et les tchécoslovaques.

Pin's Etats-Unis

Pin’s Drapeau Américain (coll. privée)

La Tchécoslovaquie se classa troisième avec sa défaite 0-1 contre la Suède, sa victoire 2-1 contre le Japon et enfin son nul 0-0 contre les Etats-Unis.

Le Japon avec 0 point termina dernier avec 10 buts encaissés et 3 buts marqués; 2 aux américaines et 1 au tchécoslovaques.

Troisième place qualificative

Les deux équipes classées meilleures troisième furent l’Australie et les Pays-Bas, leur donnant un ticket d'accès au tour suivant.

Pin's Australie 2  Pin's Pays-Bas 2

Pin’s Drapeaux de l’Australie et des Pays-Bas (coll. privée)

Elles rejoignaient les six équipes qualifiées directement; les deux premières de chaque groupe, pour participer aux quarts de finale.

Quarts de finale, le 8 juin

Les quarts de finale se jouèrent tous le 8 juin. Avaient-ils été effectués par tirage au sort ou via un pré tirage ?

Les rencontres au programme :

  Chine - Australie

  Suède - Canada

  Brésil – Pays-Bas

  Norvège – Etats-Unis

A Guangzhou, la Chine vint facilement à bout de l’Australie avec un 7-0  sec; trop tendre les australiennes !

La Suède, toujours à Guangzhou, gagna avec le plus petit score 1-0 contre le Canada.

Télécarte Chine Guanszhou Tianhe Stadium

Télécarte stade Tianhe à Guangzhou (coll. privée)

Quant au Brésil, il dut batailler avec les Pays-Bas, gagnant 2-1.

Le 4e qualifié fut la Norvège qui battit les Etats-Unis avec le score minimal de 1-0, à Panyu.

Demi-finales, le 10 juin

Les deux demi-finales se jouèrent le 10 juin. On peut penser qu’elles avaient été effectuées lors d’un pré tirage.

Les deux demi-finales au programme :

   Brésil - Norvège

   China - Suède

Brésil – Norvège

Pin's Brésil-Norvège

Lors de cette rencontre jouée à Guangzhou, la Norvège va prendre le dessus du Brésil sur le score de 2-1, la propulsant en finale.

Chine - Suède

Pin's Chine-Suéde

Contre toute attente, dans leur stade fétiche de Guangzhou, la Chine va être dominée par la Suède et perdre sur le score de 2-1.

Les deux nations européennes, la Norvège et la Suède s’étaient qualifiées pour la finale.

Match de classement pour la 3e place, le 12 juin

Avant la finale, se déroula le match pour la 3e place entre la Chine et le Brésil.

Pin's Chine-Brésil

Le pays organisateur malgré un beau parcours n’avait pas atteint son objectif, la finale. La Chine dut se contenter de jouer pour la troisième place du podium. Face aux brésiliennes le 12 juin à GuangZhou, elle ne put trouver le chemin des filets de son adversaire et inversement.

Il fallut en venir aux tirs au but pour départager les deux équipes et à cet exercice là, le Brésil fut le plus fort en ayant obtenu 4-3 comme résultats lors de la séance.

Finale Norvège-Suède, le 12 juin

Les équipes

L’équipe norvégienne de Gunilla Paijkull était composée : Elisabeth Leidinge (G), Marie Kalson, Pia Syrén, Eva Zeikfaly (remplacé par Camilla Anderson), Ingrid Johansson (Cap.), Pia Sundhage, Pamilla Larsson, Anneli Gustafsson, Anneli Andelén, Helen Johansson (remplacé par Tina Nilsson) et Gunilla Axén

Joueuses non participantes : Lena Videkull, Ing-Marie Olsson et Annette Palm

Echarpe Norvège

Echarpe Norvège

L’équipe suédoise de Dag Steinar Vestlund (& Erling Hokstad) était composée : Hege Ludvigsen (G), Cathrine Zaborowski, Liv Straedet, Bjorg Storhaug, Gunn Nyborg, Toril Hoch-Nielsen (remplacé par Turid Storhaug), Tone Haugen, Heidi Store (Cap.), Birthe Hegstad, Ellen Scheel et Linda Medalen (remplacé par Sissel Grude)

Joueuses non participantes : Reidun Seth, Lisbeth Bakken et Agnete Carlsen

Echarpe Suède

Echarpe Suède

Le Match

Dans le stade de Guangzhou, ce 12 juin 1988, devant 35000 spectateurs, pour cette finale 100% européenne et même 100% nordique, la Norvège va dominer la Suède, tout au moins gagner 1-0 grâce à un but de Linda Medalen.

Drapeau Norvège Biscuit Alsacienne

Drapeau Norvégien Biscuits de l’Alsacienne

Elle remporta ce tournoi test destiné à valider l’organisation de la prochaine Coupe du Monde.

L’après match

La Norvège après sa victoire chez elle en juin 1987 au 2ème Championnat d’Europe, poursuivait sa domination en gagnant son second trophée.

Logo Féderation Norvège football féminin2

Pour ce tournoi, la presse chinoise établit son équipe type où on retrouva une majorité de joueuses, sept, ayant participé à la finale :

Gardienne : Elisabeth Leidinge (Suède),

Défense : Liv Strædet (Norvège), Marie Karlsson (Suède), Heidi Støre (Norvège), Eva Zeikfalvy (Suède),

Milieu : Roseli de Belo (Brazil), Linda Medalen (Norvège), Carin Jennings (USA), Sun Qingmei (Chine),

Avant : Lucilene de Souza Marinho 'Cebola' (Brésil), Ellen Scheel (Norvège).

Ce tournoi test fut une grande réussite dans les quatre villes choisies (Foshan, Guangzhou, Jiangmen et Panyu) où se disputèrent les matches avec une moyenne de 20000 spectateurs et près de 200 millions de téléspectateurs pour l’ensemble de la compétition.

NA : En fin de texte, un lien permet d’accéder à une vidéo de la compétition (environ 1,15’) via la TV FIFA.

Epilogue

La FIFA put constater l’engouement du public pour ce type de compétition où il fut présent en tant que spectateurs et comme téléspectateurs; prouvant ainsi qu'elle était très attendue !

Seule l’organisateur, la Chine, était déçu de n’avoir terminé qu’à la 4e place loin de ses objectifs et des résultats obtenus lors des matches précédant les demi-finales…

Au regard de ce succès, la FIFA confirma dès le 30 juin 1988, l’organisation de la 1ère Coupe du Monde de football féminin pour 1990.

JM

Liens pour accéder aux articles cités

Pour consulter le sommaire des articles sur cette compétition : Cliquer ici

Pour consulter la suite de l’article : A venir

Pour consulter la vidée sur la compétition : Cliquer ici

Référence Web : Wikipédia, Divers autres Sites… dont RSSF.com

Référence papier : Livre Histoire du football féminin en Europe de Xavier Breuil

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo, vous pouvez l’agrandir.

---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---