Dans le cadre du 25e anniversaire du passage de la numérotation téléphonique à 10 chiffres, je complète l'article sur ce sujet par un cinquième et dernier consacré aux annuaires et à quelques numéros particuliers.

Télécarte France 100 ans Annuaire Expo Tour Eiffel 1990R

Télécarte 1990 Exposition à la Tour Eiffel
100 ans de l'annuaire (coll. privée)

Il enrichit l'article initial sur cet anniversaire, ainsi que les articles sur l'Histoire du téléphone et de son évolution, l'Historique de la numérotation etl'Historique sur les Compagnies française en charge du téléphone.

NA : En fin de texte, un lien permet d'accéder aux articles cités.

Les annuaires

Les annuaires téléphoniques sont en quelques sorte les descendants des Almanachs apparus dès le Moyen-âge…

L'Almanach royal

Un des plus prestigieux, du moins par son titre, "L'Almanach royal", créé en 1683, par le libraire-imprimeur Laurent d'Houry, sous Louis XIV, recensait les hauts fonctionnaires de l'État et des professeurs des universités.

Almanach Royal 1735 Wikipédia

Almanach Royal 1735 (doc Wikipédia)

Il devint l'annuaire de l'administration française et perdura jusqu'en 1919 sous différentes appellations.

L'Almanach du commerce et de l'industrie

En 1798, fut créé le premier annuaire des entreprises par l'administrateur Sébastien Bottin (1763-1854), "L'Almanach du commerce et de l'industrie", l'ancêtre des "Pages jaunes".

Annuaire 1857 Commerce_de_l'industrie Gallica

Almanach du Commerce & de l'Industrie 1857 (doc. Gallica, BNF)

Son nom devint un terme générique qui va remplacer peu à peu l'appellation "Almanach" ! En 1903, sorti le Bottin gourmand, édité par sa famille ayant repris l'entreprise.

Les premiers annuaires téléphoniques

Le premier annuaire téléphonique privé fit son apparition en 1880 à Paris, suite à l'installation des premiers centraux de communication; il recensait 200 abonnés; il en fut de même à Reims et à Troyes dès 1883.

Annuaire 1890 Paris R

Annuaire téléphonique 1890 Paris (coll. privée)

En 1883, un imprimeur commissionné par la compagnie de téléphone Wyoming Telephone Company, édita l'annuaire commandé sur papier jaune... étant en rupture de papier blanc. Cette couleur retenue pour les annuaires, va se populariser sous l'appellation "Yellow pages" (Pages jaunes).

Annuaire 1914 USA R2

Annuaire Etats-Unis Chicago 1911 (coll. privée)

Trois ans plus tard, la société leader pour l'édition des annuaires, Lakeside Printing and Publishing Company, fondée en 1870 par Richard Robert Donneley, va créer le concept de l'annuaire téléphonique avec ses deux parties distinctes, les pages blanches recensant les particuliers par ordre alphabétique et les pages jaunes pour professionnels regroupés par domaine d'activité.

Les annuaires officiels des abonnés au téléphone en France

En France, le premier annuaire officiel des abonnés au téléphone fut édité en 1883. Avec une couverture nationale dans un premier temps, il va se démultiplier avec le développement des réseaux téléphoniques en France.

Il fut édité ensuite par grandes régions géographiques

Annuaire officiel 1917-1918

Annuaire 1917-1918 couvrant la Région sud-est
dont le Territoire de Belfort (doc. AMB)

Il fallut attendre 1925, pour que soit édité par l'imprimerie nationale, un annuaire par département en France, ou presque.

Annuaire officiel 1926 p1R

Annuaire officiel 1926 Haute-Saône & Territoire de Belfort (coll. privée)

Car certains départements sont regroupés dans le même annuaire comme ci-dessus, avec la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

NA : Je n'ai pas trouvé quand le premier annuaire pour le seul Territoire de Belfort fut édité. Je suis preneur de l'information.

1968, le premier annuaire officiel

L'annuaire bi couleur apparu en France, en 1968, avec les pages jaunes pour les professionnels et les pages blanches pour les particuliers.

Annuaire officiel 1968 p1

Annuaire officiel 1968 Haute-Saône & Territoire de Belfort (coll. AMB)

NA : Comment on peut le constater, le Territoire de Belfort n'eut pas un annuaire officiel spécifique, il fut partagé par la Haute-Saône.

Cet annuaire se composait de 3 parties :

 -Feuillets roses : Informations générales, Informations sur le service téléphonique, La carte téléphonique du département…
 -Feuillets blancs : La liste alphabétique des abonnés
 -Feuillets jaunes : La liste professionnelle par activité si les abonnés sont demandeurs

Annuaire officiel 1968 Pages blanches Annuaire officiel 1968 Pages jaunes

Exemple d'une Page blanche et d'une Page jaune de cet annuaire
(doc. AMB)

L'annuaire électronique

L'annuaire papier va être concurrencé par l'annuaire électronique… dès 1980, un premier test fut initié en Bretagne, à Saint-Malo et à Rennes. L'arrivée du Minitel en 1983 développa cette innovation, qui fut boosté par le développement d'internet, dès 2000.

CPM Minitel France Telecom R

Carte postale Publicité France Telecom pour le Minitel (coll. privée)

Les dernies annuaires

Les pages blanches furent éditées pour la dernière fois en 2019, tout comme les pages jaunes en 2020.

Annuaire officiel 2019 Pages blanches R  Annuaire officiel 2019 Pages blanches V

Annuaires Pages blanches 2019 (coll. JM)

Annuaire officiel 2020 Pages jaunes R  Annuaire officiel 2020 Pages jaunes V

Annuaires Pages jaunes 2020 (coll. JM)

Une page est définitivement tournée !

Le premier annuaire téléphonique belfortain

Belfort posséda un annuaire bien avant l'installation du service de téléphone le 16 juillet 1898, dans l'immeuble des Postes et Télégraphes, situé au 21 faubourg de France

Le premier annuaire où apparait la présence d'abonnés du téléphone, fut l'édition de 1900-1902 de l'Annuaire du Haut-Rhin et des arrondissements de Lure et de Montbéliard.

Annuaire 1900-1902 Belfort AD90

Annuaire 1900-1902 du Haut-Rhin (coll. AD90)

Cet annuaire fut édité par Jean-Baptiste Schmitt, le libraire-éditeur belfortain, installé au 25 du faubourg de France.

Belfort CPA Fbg France n°23 Imprimerie Schmitt 10

Carte postale Librairie Schmitt, faubourg de France (coll. JM)

Dans l'annuaire, n'apparaissent pas de numéros de téléphone, seulement l'information que l'abonné possèdait le téléphone; ils étaient moins de cinquante à être raccordés au central.

Quelques dates complémentaires… sur les services liés

Parmi les numéros de téléphones, certains ont marqué une époque plus ou moins longue car ils avaient une spécificité en tant que service rendu aux abonnés.

1914, le Service des abonnés absents

Le décret du 3 octobre 1913 impose à la Société Générale des Téléphones de mettre en place un service des abonnés absents; il fut opérationnel dès le 1er janvier 1914.

En l'absence d'un abonné, une opératrice spécialisée fut chargée de noter le message et de le transmettre au destinataire dès que possible.

CPA Opératrice téléphone R

Carte postale Opératrice téléphonique (coll. privée)

À cette date, les répondeurs téléphoniques n'étaient pas encore d'actualité, ils ne seront véritablement déployés en France que dans les années 1960 pour les entreprises et dans les années 1980 pour le grand public.

Pourtant, il fut découvert dès 1899, par l'ingénieur danois Valdemar Poulsen; il le nomma "Télégraphon". Il fut testé à l'Exposition Universelle de Paris en 1900 où un enregistrement fut conservé.

FDC 1969 Valdemar Poulsen R

Extrait FDC danoise Valdemar Poulsen (coll. privée)

Dès 1878, Thomas Edison avait listé dans les utilisations potentielles du phonographe, cette capacité !

Si l'invention eut un bon accueil, son déploiement prit du temps; l'inventeur s'exila aux Etats-Unis pour poursuivre ses recherches. La compagnie américaine AT&T acquit le monopole et empêcha la commercialisation aux particuliers !

1932, le Service du Réveil

Avec le déploiement du téléphone, des nouvelles fonctionnalités firent leur apparition comme celle mise en place le 1er novembre 1932, "Le Service du Réveil".

Il fut expérimenté dès mars 1929 à Marseille.

Le numéro "12" lui fut attribué, puis le "13" en 1939; le numéro attribué évolua au fil du temps avec le passage en "automatique"… pour être actuellement le numéro "55".

1933, l'Horloge parlante automatique

Un autre service fut mis en place le 14 février 1933, "L'Horloge parlante automatique" qui annoncçait l'heure officielle. Elle fut inventée par l'astronome et mathématicien français, Ernest Esclangon (1876-1954), le directeur de l'Observatoire de Paris.

Télécarte Observatoire de Paris R

                                           Télécarte Observatoire de Paris V

Télécarte publicitaire pour l'Horloge parlante émise lors du centenaire de l'Observatoire de Paris qui l'accueille (coll. privée)

Elle fut fabriquée par la société horlogère Brillié installée à Levallois, présentée en démonstration à l'Académie des Sciences, le 14 mars 1932 et fut installée en octobre en 1932, dans les sous-sols de l'Observatoire de Paris.

D'autres seront installées peu à peu dans les autres villes, comme à Marseille et Lyon en 1935, Bordeaux en 1937…

1935, le Service SVP

À l'initiative du ministre des PTT, Georges Mandel, fut créé en décembre 1935, "Le Service SVP*" chargé d'aider le grand public dans la recherche de renseignements auprès des différentes entités de l'administration.

*SVP : Cet acronyme pour "S'il Vous Plait".

Son domaine d'intervention évolua au fil du temps, comme à partir de 1954, où ce service intervenait en support pour la Télévision Française.

Logo RTF Wikipédia

Logo RTF (doc. Wikipédia)

En 1960, cette activité est assurée grâce à un des plus grands standards téléphoniques de France où 40 opératrices peuvent répondre aux appels.

Comme tout numéro, SVP va suivre les évolutions de la numérotation; en 1963, il devint numérique en devenant le "787".

Ce service va prendre toute la lumière avec l'émission des "Dossiers de l'écran" d'André Jammot, à partir de 1967, permettant aux téléspectateurs d'intervenir pendant l'émission.

Dossiers-de-l'ecran R

Photo écran avec le générique final des Dossiers de l'écran (coll. privée)

En 1985, le numéro d'appel du service devint le "787.11.11".

Un tournant fut pris en 1990, où le service fut destiné aux professionnels.

1939, le service des Renseignements

Le 18 juin 1939, un nouveau service voit le jour, le "Service des Renseignements Téléphoniques" avec le numéro "12"; il fut chargé de fournir le numéro d'un abonné à partir de son nom.

Pour communiquer l'information demandée, l'opératrice s'appuyait sur les annuaires téléphoniques.

CPM Téléphone JM Petey

Carte postale Femme au téléphone,
illustration Jean-Marie Petey (coll. privée)

Le 2 novembre 2005, le "12" fut abandonné car ce service fut cédé au privé où chaque société intéressée, par tirage au sort, reçue un numéro à 6 chiffres commençant par "118".

Épilogue

Avec ce 5e article, se termine cette série sur le téléphone débutée avec le 25e anniversaire du passage à la numérotation à 10 chiffres en 1996, avec un focus sur les premiers annuaires téléphoniques et quelques numéros de téléphones marquants, restés dans la mémoire collective.

JM

Lien pour accéder aux articles cités

Le numéro de téléphone à 10 chiffres a 25 ans : Cliquer ici

Téléphone, son historique et son évolution : Cliquer ici

Téléphone, historique de la numérotation : Cliquer ici

Historique, compagnies françaises en charge du téléphone : Cliquer ici

Référence internet : Wikipédia, Gallica (BNF), Divers autres sites…

Référence livre : Annuaire 1900-1902 (Archives Départementales du 90, AD90), Annuaires 1918-1919 et 1968 (Archives municipales Belfort, AMB), Livre Téléphone 130 ans d'innovations (doc. Bibliothèque Deubel Belfort)

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir.

---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---