Dans les articles consacrés à la rétro des Tours de France de 1907, 1927, 1937 et 1947, j’ai souligné que la Planche-des-Belles-Filles avait, d’une certaine manière, remplacé le Ballon d’Alsace depuis ces dernières années. Le Tour de France 2017 est venu pour la 3ème fois le 5 juillet, après 2012 et 2014, offrir une arrivée au sommet haut-saônois…

En parlant de la Planche-des-Belles-Filles, pour mémoire en voici les trois vainqueurs :

Fabio Aru 2017 PBF

Fabio Aru (2017)

Christopher Froome 2012  Vincente Nibali 2014

Christopher Froome & Vicenzo Nibali (2014)

Revenons à l’objet de l’article, le Tour 1957 et quelques informations collatérales… 

Petit historique du Tour entre 1938 de 1957

Ayant quitté les routes du Tour lors du Tour 1947 et avant d’aborder celles du Tour 1957, effectuons un petit tour entre ces deux Tours… pour passer en revue l’histoire de la Grande Boucle sur les routes du Territoire de Belfort.

Belfort, à la suite du Tour 1947, va être à nouveau ville de passage en 1948 et 1949, lors des étapes Lausanne-Mulhouse (16ème, 19 juillet) et Lausanne-Colmar (19ème, 22 juillet).

CPSM Belfort Multivues

Carte postale Belfort (collection BF)

Le 2 juillet 1952, après 15 ans de sevrage, le Ballon d’Alsace fut proposé aux coureurs lors de la 8ème étape entre Nancy et Mulhouse. Ce fut Raphaël Geminiani qui passa en tête le col et qui gagna, par ailleurs l’étape.

NA : Le Ballon d‘Alsace était classé en 2ème catégorie.

CPSM Raphael Geminiaini Miroir Sprint

Carte postale Raphaël Geminiani (collection particulier)

Pendant cette décennie, plusieurs évolutions ont intégré le Tour de France.

La télévision en fut une. En 1948, l’arrivée au Parc des Princes fut diffusée en direct. Dès l’année suivante voit la transmission d’un reportage chaque soir pour chaque étape.

Timbre 1963 Maison RTF n°1402 Y&T

Timbre France 1963 Maison de la RTF

Le Tour 1949 eut la particularité d’être transfrontalier. En effet, La Grande Boucle utilisa les routes de Belgique, d’Italie, de Suisse et pour la première fois, celles d’Espagne. Barcelone fut ville d’arrivée de l’étape venant de Perpignan, organisa un contre-la-montre de 9,8 kilomètres sur le Circuit de Montjuich et fut ville de départ pour rejoindre Axe-les-Thermes.

Affiche Tour de France 1949 Miroir Sprint

Affiche Tour de France 1949 (Miroir Sprint)

Ce même Tour va voir apparaître un médecin… et oui seulement ! Le pionner fut le Dr Pierre Mathieu qui officia 3 années puis remplacé par le Dr René Berthy entre 1952 et 1954. En 1955, nouveau médecin avec le Dr Pierre Dumas qui suppléa son prédécesseur sujet à un malaise cardiaque quelques jours avant le départ…  Ce dernier s’attaqua au dopage.

En 1950, les organisateurs imposèrent des délais limités à l’arrivée des étapes, provoquant l’élimination de beaucoup de coureurs (24 sur 116 coureurs au départ) lors de cette même édition !

CPM Tour 1950 Equipe Ile de France

Carte postale Tour 1950 Equipe de l’Ile de France (collection particulier)

Une autre nouveauté va apparaître lors de l’édition de 1952 avec des arrivées aux sommets des cols. Pour ce Tour, pas moins de trois furent proposées aux coureurs et plus particulièrement aux grimpeurs… avec l’Alpes d’Huez, Sestrières et le Puy de Dôme ; seul Sestrières avait déjà vu passer les coureurs ! L’un d’entre-deux, Fausto Coppi rafla la mise avec trois victoires lui assurant une confortable avance sur ses adversaires, qui lui permit de remporter ce Tour 1952.

CPM Fausto Coppi TOur 1952

Carte postale Fausto Coppi (collection particulier)

En 1953, un nouveau maillot apparaît dans le Tour, le Maillot vert avec le classement par points (ou cumul des places). Il vient récompenser le coureur le plus régulier au classement de chaque étape sur le Tour. Ce fut cette méthode qui fut utilisée pour attribuer la victoire du Tour pour les éditions de 1905 à 1912.

Pin's Maillot vert Tour Arthus Bertrand

Pin’s Maillot vert du Tour de France (signé Arthus Bertrand)

Le premier maillot revint au Suisse Fritz Schaer qui cumula 271 points. Cette performance se retrouvait aussi au niveau du classement général où il prit la 6ème place.

Carte Fritz Schaer

Carte Le suisse Fritz Schaer (collection particulier)

Quant à l'année 1955, une innovation technologique fit son apparition avec la photo finish permettant, si nécessaire, de départager des ex æquo sur la ligne d’arrivée.

Et enfin, assez surprenant, il fallut attendre 1956 pour le changement de roue soit autorisé après une crevaison !

Le Tour 1957

Pour la 44ème édition, le Tour de France partait, non pas de Paris mais de Nantes. Comme depuis 1951 avec Metz, la capitale n’avait plus ce privilège hormis qu’une capitale l’eut, mais celle des Pays-Bas en 1954 avec Amsterdam. La première fois où le départ fut décentralisé fut en 1926 à Evian.

Le Tour 1957 se déroula en 22 étapes du 27 juin au 20 juillet sur 4 664 kilomètre à parcourir.

Carte Tour de France 1957

Carte du Tour 1957 (réalisation BF)

Le départ fut donc donné à Nantes par la veuve de Lucien Petit-Breton, vainqueur en 1907, où s’élancèrent 120 coureurs.

CP Nantes Départ Tour 1957

Carte maximum Le départ du Tour à Nantes

La compétition se déroulait toujours entre équipes nationales et équipes régionales. Avec la France, les 11 autres équipes étaient la Belgique, l’Espagne, l’Italie, le Luxembourg (coureurs de plusieurs nationalités), les Pays-Bas, la Suisse d’une part et d’autres parts, les équipes d’Ile-de-France, du Nord-Est Centre, de l’Ouest, du Sud-Ouest, et du Sud-Est.

CPA Tour 1957 Equipe de France 2

Carte postale Equipe de France (collection particulier)

Belfort 1957, ville de passage

La veille, la victoire revint à… un alsacien, au coureur de l’équipe du Nord-Est Centre, Roger Hassenforder et le maillot jaune passa des épaules de Jacques Anquetil à Nicolas Barone appartenant à l’équipe Ile de France.Ces résultats obtenus étaient consécutifs à leur participation à l’échappée du jour qui prit plus de huit minutes au peloton.

CPSM Roger Hassenforder Miroir Sprint

Carte postale, l’enfant de Sausheim, Roger Hassenforder (collection particulier)

Depuis 1949, la Cité du Lion n’a pas revu La Grande Boucle. Avec cette 44e édition, en 1957, Belfort n’avait pas l’honneur d’assurer l’arrivée des coureurs mais… seulement de les voir passer lors de la 8ème étape entre Colmar et Besançon le 4 juillet.

1957 07 04 Tour de France La République 1 R

Titre du 4 juillet du journal La République

Le profil de cette étape, se déroulant sur 192 kilomètres, était comparable à un encéphalogramme plat, il ne comprenait point de difficulté et était très roulant.

1957 07 04 Tour de France Profile 8e étape La République

Profil de la 8ème étape (extrait journal La République)

Le départ de Colmar fut donné aux douze coups de midi sous un soleil de plomb aux 82 coureurs restants, les étapes précédentes avaient déjà fortement écrémé le peloton...

CPM Colmar

 Carte postale Colmar

Dès la sortie de la ville natale d'Auguste Bartholdi, des coureurs avaient des fourmis dans les jambes et tentèrent de quitter le peloton mais sans résultat. La bonne échappée se forma à la hauteur de Rouffach sous l’impulsion de l’italien Mario Bertolo et du coureur du Sud-ouest Georges Gay, rejoint par André Le Dissez de l’équipe Ile-de-France.

CPSM Mario Bertolo Equipe Geminiani 1956-1957

 Carte postale Mario Bertolo (collection particulier)

A l’approche de Cernay, le trio va être renforcé par deux coureurs de l’équipe du Nord-est avec Mario Tosato et Marcel Rohrbach, de Raymond Hoorelbeke de l’équipe Ile-de-France, des italiens Pierino Baffi et Bruno Tognaccini, de l’espagnol Jesus Lorono, du portugais Antonio Barbosa (équipe du Luxembourg), de Fernand Picot et Pierre Poulingue de l’équipe de l’Ouest, du hollandais Win Van Est et du français Jean Forestier; ce dernier étant le mieux classé au général (4ème).

CPSM Cernay Multivues

 Carte postale Cernay Multivues

Avant d’entrer dans le Territoire de Belfort, un coureur fit l’effort de revenir sur les échappées, il s’agissait du belge Joseph Planckaert, venant former un groupe de 15 unités.

Dans la côte à la sortie de Lachapelle-sous-Rougemont, le peloton se scinda en deux avec la formation d’un groupe d’une vingtaine de coureurs avec en son sein Jacques Anquetil, Roger Hassenforder le vainqueur à Colmar, Henri Anglade…

Etiquette Bière Lachapelle-sous-Rougemont

Carte postale Etiquette de la bière de Lachapelle-sous-Rougemont ?

La caravane publicitaire était à l’image du peloton, essaimée ! Dès 10 heures des premiers véhicules passèrent à Belfort et certains peu avant les coureurs… d’après un journaliste de La République, des équipages avaient choisi de déjeuner sur les berges du Doubs !

Revenons à nos coureurs…

Après avoir quitté la ville de Bartholdi, l'étape les emmenait à passer dans la Cité du Lion, où domine l'œuvre magistrale du sculpteur.

Cette échappée avait pris une belle avance sur le peloton en comptabilisant plus de 4 minutes en entrant dans les faubourgs de Belfort par l’avenue de la Laurencie. 

CPSM Belfort Centre ville Tour 1957 R

 Carte postale Tracé du trajet dans Belfort (réalisation BF)

Un contrôle à la volée était réalisé à la hauteur du Monoprix par les membres de l’ACB (Avenir Cycliste Belfortain, créé en 1952) sous la responsabilité de leur président, Georges Gatté.

Il était 13h26 quand les coureurs passèrent devant le contrôle avec à sa tête Jean Forestier. Il est vrai que ne possédant que 3’55 de retard sur le Maillot Jaune, en passant le pont Carnot, il pouvait savourer un peu d’eau… avant peut-être de boire le champagne à Besançon, s’il arrivait à la bonne heure !

1957-07-05 - Miroir-Sprint - N°578C - 44th Tour de France - 048A R

L’échappée devant le Syndicat d’initiative (Miroir Sprint)

L’espagnol Federico Bahamontès et l’italien Gastone Nencini, en course patate,  suivaient à 35 secondes, devançant le belge Jan Adriensens à la tête d’un groupe d’une douzaine de coureurs.

Deux coureurs, le suisse Walter Favre et l’espagnol Bernardo Ruiz précédaient le groupe où se trouvaient quelques sérieux prétendants au maillot jaune dont Jacques Anquetil…

CPSM Belfort Pont Carnot Place Corbis

Carte postale Pont Carnot & Place Corbis (collection JM)

Le peloton se pointa avec 6’10 de retard sur l’échappée; le leader du classement Nicolas Barone, entouré de ses équipiers, n’avait pas l’air d’être soucieux du retard accumulé sur les 70 premiers kilomètres de l’étape.

CPM Nicolas Barone Pub St Raphael R

Carte publicitaire Nicolas Barone, le maillot jaune (collection particulier)

Si la maréchaussée n’eut pas trop de difficulté à canaliser le public bon enfant, par contre les secouristes de la Croix Rouge durent s’employer à de nombreuses reprises pour des cas d’insolation et de malaise.

Il revenait à la voiture balai de fermer la marche du passage de la course donnant le feu vert aux spectateurs désireux de se rendre au plus vite dans les bars afin d’étancher la soif provoquée par l’attente et surtout par la température quasi caniculaire, le mercure avait franchi la barre des 35 degrés. 

CPSM Belfort Brasserie Le Central R

 Extrait carte postale Brasserie Le Central, place Corbis (collection BF)

Les coureurs échappés passèrent Montbéliard sans saluer les Princes… pressés de conserver voir renforcer l’avance prise sur les poursuivants.

CPSM Montbeliard Entrée Pont de l'Allan

 Carte postale Montbéliard Entrée de la ville par le pont de l’Allan

Au passage à Pont-de-Roide, 7’30 leur étaient créditées, puis 9’30 à Clerval, et 11’30 à Baume-les-Dames. Les échappés ne relâchèrent pas leurs efforts et au fil des kilomètres, l’avance ne fit que progresser avec 13’30 à Chaudefontaine, 16’30 à Vieilley et 17’45 à l’entrée du Besançon où les alliés du jour se préparaient au sprint sur le vélodrome de la capitale franc-comtoise…

CPSM Besancon La piste du velodrome

Carte postale Besançon Le Vélodrome

A ce jeu, les italiens se lancèrent en premier dans cet exercice de style particulier dès l’entrée sur la piste et malgré la pointe de vitesse du Raymond Hoorelbecke, le coureur de l’équipe Ile-de-France, l’italien Pierino Baffi conserva un vélo d’avance, remportant l’étape.

Besançon Arrivée Miroir Sprint

Pierino Baffi remporta le sprint (Miroir Sprint)

Son compatriote Mario Tosato prit la 3ème place.

L’homme du jour, apportait la première victoire à son pays sur ce Tour, il récidivera à Bordeaux lors de la 19ème étape. Il effectuait aussi une belle remontée au classement général en passant de la 41ème à la 23ème place.

CPM Pierino Baffi

Carte publicitaire Pierino Baffi, double vainqueur d’étape (collection particulier)

Le deuxième groupe arriva avec 17’35 de retard où Emmanuel Busto de l’équipe du Sud-est remporta le sprint de ce demi-peloton. Quand au peloton du maillot jaune, il ne perdit pas moins de 29’19 sur cette étape sans trop de difficulté !

Si l’italien Pierino Baffi avait superbement rentabilisé sa participation à l’échappée du jour, mais celui qui en a tiré le meilleur bénéfice fut Jean Forestier qui revêtit le maillot jaune.

CPM Jean Forestier Miroir Sprint

Carte postale Jean Forestier Miroir Sprint (collection particulier)

NA : Sur le maillot jaune est porté depuis 1948, les initiales HD ! Ils restèrent présents jusqu’en 2002, positionnés à des endroits différents. En 1957, ils étaient brodés en noir à la hauteur du cœur. Au fait, HD sont les initiales d’Henri Desgrange, le créateur du Tour.

Classement général final à Paris

L’arrivée à Paris le 20 juillet clôturant la 44ème édition du Tour, vit le couronnement du néophyte du Tour, Jacques Anquetil. Il avait porté le Maillot Jaune sur 12 étapes, acquis à Charleroi (5e  étape),  il avait dû le laisser pendant 3 étapes à Nicolas Barone et à Jean Forestier, avant de le reprendre à Briançon.

Pour compléter ce tableau, il fallait ajouter ses victoires sur 4 étapes dont une en ligne à Thonon-les-Bains (9ème) et trois contre-la-montre avec Caen-Roubaix (3ème), Perpignan-Barcelone (15ème) et Bordeaux-Libourne (20ème).

CPSM Jacques Anquetil Vainqueur Tour 1957

 Carte postale Jacques Anquetil avec le bouquet final (collection particulier)

Il devançait le belge Marcel Janssens (14’56) et l’autrichien Adolf Christian (17’20). Jean Forestier échoua au pied du podium (18’02) mais avait la récompense du Maillot vert.

Le classement du Meilleur grimpeur revint à l’italien Gastone Nencini qui avait gagné les étapes à Briançon (10ème) et à Pau (18ème). De beaux résultats pour celui qui venait de gagner le Tour d’Italie. Trois années plus tard, il remportait le Tour de France.

Image Panini Gastone Nencini

Image Panini Gastone Nencini (collection particulier)

L’Equipe de France s’assura le classement général par équipe.

Il ne restait plus que 56 coureurs (sur 120) à l’arrivée du Tour 1957 à Paris.

Epilogue

Avec le Tour 1957, pointa un coureur de 23 ans qui va marquer le cyclisme pendant une dizaine d’années avec l’un des plus beaux palmarès. Jacques Anquetil a trusté les podiums avec les victoires sur 8 tours majeurs (cinq France, deux Giro, une Vuelta) complétés de 23 étapes, de nombreuses courses par étape et classiques dont neuf Grand Prix des Nations, le record de l’heure…

Ce nouveau passage, rapide car sans arrêt, des coureurs dans la Cité du Lion permit aux belfortains et autres spectateurs de humer le parfum de La Grande Boucle avant de pouvoir à nouveau approcher les coureurs de près… cette possibilité tant attendue vint en 1961, après huit années de sevrage !

JM

Pour consulter les autres articles sur le Tour de France, voici le lien donnant accès à ce chapitre : Cliquer ici

Références presse : Journaux L’Alsace et La République (collection Archives municipales de Belfort), Miroir Sprint,

Références livre : Tour de France (Jean-Pierre de Mondenard)

Référence Web : Wikipédia, Site La Grande Boucle, Site Le Tour, Divers autres Sites…

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo ou un document, vous pouvez l’agrandir.

          ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---