Balade sur le front nord des fortifications de Belfort

Par une belle journée du dernier jour de mars, le soleil nous invite à entreprendre une petite balade; destination le front nord des fortifications de la Cité du Lion.

IMG_28698

A travers cette petite promenade, je vous propose de découvrir quelques points de vue de ce secteur ou de vues depuis ce point de vue… vous me suivez, alors allons y !

Notre point de départ est la rue des Bons Enfants.

IMG_28987

IMG_28959  IMG_28956

IMG_28958

Bien sur, ce front nord est une toute petite partie des fortifications définies et érigées à partir de 1687, sous la conduite des plans de Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban (1633-1707).

Plan du secteur Tour 27 Château

 Plan permettant de situer le parcours de la balade (document BF)

Plan du secteur Tour 27 Château R

Zoom sur le parcours

On y accède par la rue des Bons Enfants en gravissant un chemin pentu,  situé peu avant d’atteindre la rue de la Grande Fontaine.

IMG_28988

Il est bordé par les silhouettes majestueuses de grands arbres que sont ces platanes centenaires; ils seraient les plus anciens de Belfort, plantés il y a plus de 150 ans. Même si le printemps s’affiche au calendrier, en ce jour de fin mars, leur feuillage n’a pas encore commencé à éclore.

IMG_28693

Si je parodie un ancien premier ministre, je dirai ‘Ce chemin est droit mais la pente est rude’’ ! Toutefois,  il nous emmène à notre objectif, les hauts de ce front nord des fortifications.

Dès l’arrivée sur ce plateau, on peut rejoindre, soit à gauche le haut de la Tour 27,

IMG_28960

soit à droite un mini square très ombragé quand la parure des arbres se développe, avec quelques bancs installés pour profiter de la quiétude du lieu.

IMG_28963

IMG_28964

Poursuivant notre balade à travers les bancs désertés à cette heure, on a accès à une position dominante permettant d’avoir une vue plongeante sur la rue des Mobiles.

IMG_28986

Cette rue est une pénétrante des fortifications de Vauban pour accéder à la vieille ville via ‘’la porte d’Alsace’’ à l’entrée de la demi-lune 26, le pont dormant et la porte de Brisach.

IMG_28694

Une passerelle surplombant le fossé permet de poursuivre le cheminement pour atteindre l’emplacement de l’ancien pigeonnier de la porte de Brisach.

IMG_28695

IMG_28982

IMG_28966

Le pigeonnier fut construit en 1875 au dessus de la porte de Brisach édifiée elle en 1687; il ne fonctionna qu’une petite dizaine d’années. Il fut rasé en 1970, ne faisant pas partie de l’arrêté de 20 août 1913 qui classait la porte au répertoire des Monuments historiques.

CPA Belfort Porte Brisach

Carte postale de la Porte de Brisach au début du siècle dernier

Pour remplacer le pigeonnier, un bâtiment fut construit à l’image de la situation avant 1875; un escalier intérieur permet de rejoindre la rue passant sous la porte de Brisach.

1871 Vue depuis justice R

Cette photo de 1871 montre le toit du pigeonnier ayant subit les bombardements prussiens (pour mémoire, cliquer pour agrandir la photo)

Un escalier intérieur permet de rejoindre la rue passant sous le porche de la porte de Brisach.

IMG_28978  IMG_28985

La porte de Brisach et l’accès à la partie supérieure

La Porte de Brisach fut construite en 1687 en calcaire et en grès, elle avait une sœur jumelle, La Porte de France qui était située à l'emplacement de la place de la République. Elle fut démolie en 1892 pour libérer la ville fortifiée vers l’extérieur.

Elle porte un médaillon encadré par un faisceau de drapeaux et de trophées, avec en son centre trois fleurs de lys symbole de la royauté..

IMG_28980

Au-dessus de l’armoirie, sa date de construction ‘’MDCLXXXVII’’ (1687 en chiffres romains), l’emblème du roi Louis XIV, le soleil et sa devise ‘’NEC PLVRIBVS IMPAR’’ (Que nul ne peut être comparé).

IMG_28981

Le bâtiment qui a remplacé le pigeonnier, conçu avec un passage, permet de poursuivre notre balade.

IMG_28967

Ces murs sont régulièrement utilisés comme toiles pour des graphistes en mal de reconnaissance et aux dessins pas toujours de bon aloi…

IMG_28968

Reprenons le cours de la promenade, derrière le bâtiment, un nouveau point de vue donne un autre angle de vision sur les fortifications de Vauban.

IMG_28696

Dont le passage de la rue des Mobiles à travers la demi-lune 26 et la présence des arcades qui donnaient accès aux salles de garde et au magasin à poudre destinés aux soldats affectés à la sécurité de la porte.

IMG_28699

                                          IMG_28705

En regardant vers l’est, on a une vue sur le fossé et sur l’échauguette en aplomb de la fortification, telle une veilleuse.

IMG_28700

Au dessus du fossé, un chemin permet d’accéder au quartier des Glacis par l’allée Garibaldi traversant le bois. Un autre chemin, en bordure du bois, lui permet de rejoindre l’arrière du château.

                                          IMG_28704

Après avoir quitté les abords de la maison, le point de vue s’efface par la présence d’un terre-plein obstruant la vision précédente..

IMG_28706

Notre regard se reporte sur la vue opposée qui donne sur les immeubles et les toits de la Vieille ville ainsi que sur le château où flotte le drapeau.

IMG_28703

IMG_28972

En continuant le chemin on rejoint le haut de la rue des Bons Enfants qui donne sur la place des Bourgeois.

Le chemin prend fin et un escalier permet de rejoindre le haut de la rue des Bons Enfants.

IMG_28973

Avant l’escalier, un accès ouvert en de rares occasions, permet d’accéder à la casemate du Colonel Denfert, le défenseur de Belfort lors de la guerre de 1870 avec les prussiens, et à la tour des Bourgeois.

                                          IMG_28975

On débouche ainsi sur la place des Bourgeois.

IMG_28710

En poursuivant la montée de la rue Milo Géhant, là aussi dirait Jean-Pierre ‘’Cette route est droite mais la pente est rude’’, celle-ci permet d’accèder aux deux plus importants trésors du patrimoine de la ville, le Lion et le Château.

IMG_28715

                                          IMG_28713

IMG_28714

On peut choisir de prendre la Grande Rue pour redescendre sur la Vieille ville.

IMG_28990

IMG_28716

Avant de quitter la place des Bourgeois, un arrêt est obligatoire devant une des plus anciennes bâtisses de la ville, construite en grès rose. Elle fut édifiée au 14e siècle et reconstruite en 1567.

IMG_28707

Elle était à l’origine une halle aux grains; dans sa cour intérieure, la présence de vieilles arcades rappelle sa fonction première. Puis elle devint hôtel seigneurial et siège de la justice au 18e siècle. Après avoir été la première sous-préfecture, elle fut au début du 19e siècle le lieu de l’apprentissage, comme collège (1827), puis lycée (1873), école normale de garçons et école d’application (1880) et enfin école communale (1911).

 

CPA Belfort Ecole Heidet

Carte postale de l’école au début du siècle dernier

En 1948, elle fut nommée Ecole Jules Heidet (1894-1944) en hommage à un des anciens directeurs, décédé en déportation.

IMG_28977

Peu de changement de la façade après plus d’un siècle

Une plaque a été apposée sur la façade de la bâtisse le 6 juin 2016 en présence du Prince Albert de Monaco, en l’honneur de ses ancêtres.

IMG_28718

Elle fut un temps l’ancien Hôtel Comtal appartenant au cardinal Mazarin comte de Belfort, oncle des Grimaldi.

IMG_28719  IMG_28720

C’est sur ces dernières photos que se termine cette balade du dernier jour de mars 2017.

IMG_28976

Mais avant de fermer cet article, permettez-moi de vous remercier d’avoir pris le temps de le lire avec cette brassée de tulipes accompagnée des vers de la poésie ‘’La tulipe’’ de Théophile Gautier

IMG_28724

  Moi, je suis la tulipe, une fleur de Hollande;
Et telle est ma beauté, que l’avare Flamand
Paye un de mes oignons plus cher qu’un diamant,
Si mes fonds sont bien purs, si je suis droite et grande.

Mon air est féodal, et, comme une Yolande
Dans sa jupe à longs plis étoffée amplement,
Je porte des blasons peints sur mon vêtement,
Gueules fascé d’argent, or avec pourpre en bande.

Le jardinier divin a filé de ses doigts
Les rayons du soleil et la pourpre des rois
Pour me faire une robe à trame douce et fine.

Nulle fleur du jardin n’égale ma splendeur,
Mais la nature, hélas ! n’a pas versé d’odeur
Dans mon calice fait comme un vase de Chine.

JM (texte et photos)

Mes remerciements à Bernard pour son aide précieuse.

Références biographiques : Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort, Belfort ville nature

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo, vous pouvez l’agrandir.

            ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---


06 avril 2017

Salon 2017, article de L’Est Républicain annonçant la manifestation

Dans son édition du 6 avril 2017, le journal L’Est Républicain annonce notre 39ème Salon Toutes Collections du dimanche 7 avril. Epilogue Les Collectionneurs & Cartophiles du Territoire de Belfort donnent rendez-vous aux collectionneurs ce dimanche 7 avril à la Salle des Fêtes de Belfort. JM Infos pratiques   Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags. Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En... [Lire la suite]