A l’occasion du centenaire de la mort du Caporal Jules André Peugeot tué le 2 août 1914 par le Sous-lieutenant Albert Mayer, officier de cavalerie du 5ème chasseur de Mulhouse, Joncherey (commune du Territoire de Belfort) lui a rendu un vibrant et historique hommage.

Peugeot & Mayer R

Après l’article paru en avril consacré au caporal, je vous propose un billet sur cette manifestation commémorative. Il s’appuie en grande partie sur le reportage photographique de Bernard, notre reporter patenté !

Pour mémoire l’article sur le Caporal Peugeot : Cliquer ici

Pour ce Centenaire et sous l’impulsion d’un Comité d’organisation créé sous l’égide de la commune de Joncherey, un hommage appuyé a été rendu au Caporal Peugeot avec comme point d’orgue, une reconstitution historique à quelques détails prêts, de cette matinée du 2 août 1914.

La reconstitution, aux abords de la maison Docourt

Pour rendre ce Centenaire un peu plus exceptionnel, une reconstitution de cette matinée du 2 août était jouée par des figurants devant la maison où s’est déroulé ce drame, un jour avant la déclaration de la guerre; l’association des Francs-Tireurs Lorrains (militaires français et allemands), l’association Vivre ensemble de Brebotte (famille Docourt) et les chevaux du centre équestre Froehly de Joncherey.

Vers 8 heures, une patrouille de cinq fantassins du 44ème régiment d’infanterie appartenant au 2ème bataillon de la 6ème compagnie arriva aux abords de la ferme de la famille Docourt où étaient présent Louis Docourt et son épouse, leurs deux fils Ernest et Casimir, leur fille Adrienne Nicolet et sa fille Fernande âgée de 2 ans.

P1170812R

Cette escouade était commandée par le Caporal Peugeot qui avait eu comme instructions d’établir un avant-poste en ce lieu, sur la route de Faverois. Il était accompagné des soldats Joseph Eugène Devaux, Pierre Célestin Cointet, Armand Monnin et Léon Paul Simon. Dès son arrivée, le Caporal fit poster une sentinelle, une quarantaine de mètres en avant pour sécuriser le poste.

P1170808aR P1170817aa

Après avoir échangé avec la famille, il rédigea deux lettres dont une destinée à ses parents.

P1170818R

                                      P1170820aR

Le facteur Joseph Maître arriva quand le Caporal finissait sa seconde lettre en terminant par un ‘’à bientôt’’…

 P1170821R P1170823R 

Le facteur voulant poursuivre sa tournée fut invité par Louis Docourt à casser la croûte ce qui ne lui déplut point, il s’installa à la table

P1170824R

Vers 10 heures, la sentinelle et la fille de la maison donnèrent l’alerte en voyant une patrouille de cavaliers allemands qui se dirigeait vers la ferme. A sa tête le Lieutenant Mayer qui chargea et sabra la sentinelle.

P1170841b-1R

Aux cris, le Caporal sortit sur la route et vit le cavalier se dirigeant au galop sur lui. Après les sommations, il tira sur le soldat allemand qui lui aussi ouvrit le feu par trois fois avec son révolver. Une des balles atteignit le Caporal à l’épaule droite le blessant mortellement.

P1170836R

Les autres soldats sortirent de la cour et tirèrent sur le cavalier se dirigeant sur Joncherey. Il fut pris aussi sur le feu des soldats venant apporter la soupe à l’avant-poste. Le cavalier chuta de son cheval quelques centaines de mètres plus loin atteint de deux balles.

P1170832R

Les deux militaires tués furent déposés au bord de la route, la famille Docourt ayant refusé qu’ils soient rentrés dans la maison.

P1170846R P1170852R

P1170839R P1170853R

Les deux corps furent rapatriés dans une ferme au centre de Joncherey.

Cérémonies

Après la reconstitution, le temps était aux cérémonies devant le monument où les drapeaux étaient forts nombreux dont quatre flottaient au vent avec plus de nostalgie…

P1170877R

Pour rendre hommage au Caporal Peugeot, la 3e compagnie du 35e régiment d’infanterie de Belfort présentaient les drapeaux des régiments des 4AS réunis; événement très rare !

P1170885R

Ce carré était constitué du 35e RI (l’as de trèfle), du 42e RI (l’as de carreau), du 44e RI (l’as de pique) et du 60e RI (l’as de cœur). En 1914, ces quatre régiments formaient la 14ème Division d'Infanterie. Les deux premiers étaient implantés dans la Cité du Lion. Seul reste à Belfort le 35ème RI, le 42ème installé au Quartier Bourgenel entre 1903-1914, fut dissout définitivement en 1991.

4AS Plaque Divison des AS

A Belfort, à droite de l'entrée du bâtiment des 4AS (côté sud), une plaque commémorative rappelle le nom des 4 régiments formant la Division des AS

A l’occasion de cette commémoration, les descendants des deux militaires morts le 2 août 1914 étaient présents pour un geste symbolique par le mélange dans la même urne des terres provenant des deux tombes; Daniel Frey (en blanc) de Stuttgart et Serge Curtit (en costume) d’Etupes descendant respectivement du sous-lieutenant etdu caporal.

P1170900R P1170908R

P1170958R

L’ancien maire de commune de Joncherey, Maurice Nicoud, les a rejoints pour rallumer la flamme du souvenir.

                                     P1170921 R

P1170923R

Après ces temps forts de la réconciliation, les autorités civiles dont Pascal Joly, préfet du Territoire de Belfort et les autorités militaires dont le colonel Jean-Michel Lebraud, commandant de la base de défense de Belfort et le général d’armée Elrick Irastorza, représentant le ministre de la Défense, ont déposé des gerbes aux pieds du monument du Caporal Peugeot et le temps d’une journée, celui du sous-lieutenant Mayer.

P1170934R P1170933R

Exposition

Pendant une petite semaine, il était possible de découvrir d’une part, une très belle exposition réalisée par le Souvenir Français retraçant les évènements de ce 2 août 1914 et d’autre part une exposition conçue par les communes de Delle et de Joncherey sur l’histoire du monument qui lui aussi vécu bien des tourmentes.

IMG_9160

Des objets viennent compléter ces parties didactiques, tel le képi du Caporal ou le mannequin portant l’uniforme d’août 1914.

Képi du Caporal (Photo JC)

 

Souvenirs émis en mémoire du CaporalCPM Caporal Peugeot 2014 001

 

 

 

 

A l’occasion de ce centenaire, une carte postale tirée du dessin au crayon d’une joncheroise, Elena Brender-Fedorovitch a été émise.

 

 

Carte postale d’Elena Brender-Fedorovitch

 

Si certains souvenirs sont en adéquation avec l’évènement, d’autres sont surprenant comme cette étiquette sur une bouteille de vin du négociant Lamblin de Joncherey !

IMG_9298

Au niveau national, lors du Salon philatélique de la Planète Timbre qui s’est déroulé mi juin à Paris, la CNEP (Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie) a émis un bloc-feuillet (n°66) sur le thème du centenaire de la Première Guerre Mondiale 1914-1918 en mettant à l’honneur le caporal Jules André Peugeot.

img026

Pour mémoire, le fascicule de Marc Glotz, édité par la commune de Joncherey en 2012, permet de replonger dans les événements tragiques intervenus le 2 août 1914, à Joncherey.

Livre Destin tragique Caporal Peugeot 001

Titre de l’ouvrage : A la veille de la première Guerre Mondiale à Joncherey Le destin tragique du Caporal Peugeot et du Sous-lieutenant Mayer.

Epilogue

En ce 2 août 2014, la commémoration du centenaire de la mort de ces deux soldats avant la déclaration de la guerre a été largement commentée par la presse écrite, la radio et la télévision.

P1170849R

Ce petit article vient modestement apporter sa contribution aux différents témoignages en leur honneur.

 

JM

Références : Journal L’Est Républicain

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo ou un document, vous pouvez l’agrandir.

          ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---