Après avoir découvert le premier sportif Terrifortain (1) Georges Thurnherr gymnaste émérite ayant participé aux Jeux Olympiques de Londres en 1908 et d’Anvers en 1920 sans oublier de souligner l’empreinte qu’a laissée le Baron Pierre de Coubertin. Nous avons parcouru l’histoire des jeux de 1920 et 1924 avec trois autres athlètes Paul Fritsch, Arthur Hermann & Emile Parrot. Nous allons poursuivre notre série avec trois autres athlètes ayant eux aussi participé à une des olympiades de 1928 à 1932. 

Alfred Krauss (1928)                                             

Alfred Krauss est né en Alsace le 2 février 1908 à Ostheim dans le Haut-Rhin. Comme beaucoup d’alsaciens, il vient très tôt avec sa maman à Belfort. Il y commencera d’ailleurs sa scolarité.

Bien que les parents aient une certaine frilosité envers le sport et veulent protéger leur fils de peur qu'il se blesse…

Alfred KRAUSS R

Alfred Krauss possède des capacités naturelles et dès 1920, il remporte la course des 60 m au challenge des écoles publiques. Emile Parrot (2), présent à ces compétitions, détecte en ce gamin des aptitudes physiques. Il convînt les parents, difficilement, pour qu’il rejoigne La Belfortaine (3). Après 3 années passées en section pupille de gymnastique sous l’accompagnement des moniteurs, il passe en section adulte car ses progrès ont confirmé le jugement d’Emile Parrot.

 

 

En 1925, il reçoit sa première récompense nationale; il est Champion de France Junior à Paris.

Alfred KRAUSS Champion France junior Paris 1925 R

Photo prise par Marcel Bitsch (collection CO) :

Armand Solbach (sénior), Bounaud (vétéran) et Alfred Krauss (junior)

Fort de ce titre, il est sélectionné en équipe de France de gymnastique pour participer aux Championnats du Monde de 1926 se déroulant à Lyon. Il gagne la médaille de bronze au concours par équipe.

Un autre athlète de La Belfortaine Marcel Gorisse est lui aussi sélectionné et apporte sa contribution à l’obtention de cette médaille.

Il est sélectionné aux Championnats de France de 1927 à Angers et à Calais en 1928. C’est à travers ces compétitions qu' il acquière de l’expérience en se frottant à d’autres champions nationaux.

Affiche 1928

 

Ces bons résultats aux championnats de France, lui ouvrent les portes de la sélection française pour participer aux Jeux Olympiques d’Amsterdam de 1928. Il participe à 4 épreuves; au Concours général individuel, au Concours général par équipes où l’équipe de France finit au pied du podium en 4ème position, à l’exercice des Anneaux où il prend la 25ème place et au Cheval d'arçons où il termine à la 33ème place.

 

Affiche JO d'Amsterdam 1928

 

Deux années plus tard, il participe aux Championnats du Monde au Luxembourg en août 1930. Il n’est plus aux places d’accessit mais aux places d’honneur. Il remporte la médaille d’argent au concours par équipe, la médaille de bronze au concours individuel de l’exercice au sol et la médaille d’argent aux barres parallèles.

En 1930, à Alger, il devient champion de France au concours général.

Alfred KRAUSS Diplome Alger 1930

                                     Son diplôme obtenu en 1925 (collection CO)

Il ne participera pas aux Jeux Olympiques de Los Angeles de 1932 car la France n’emmena qu’une équipe réduite d’athlètes à cette olympiade. Les gymnastes ne font pas partis des 65 sportifs ayant effectué le voyage !

En juin 1934, il participe aux Championnats du Monde à Budapest.

Alfred Krauss CM Budapest 1934 R  Alfred Krauss CM Budapest bis 1934 R

                                   2 photos de 1934 à Budapest (collection CO)

Après des années passées comme athlète, il reste dans son sport de prédilection qu’est la gymnastique comme moniteur à la Belfortaine.  Il deviendra juge et participera en tant que tel à de grandes manifestations.

Parmi ses activités professionnelles, il fut le chauffeur du maire de la ville, Hubert Metzger (3).

Il décède malheureusement le 11 juin 1957 à Belfort, en laissant une famille éplorée et le monde du sport sans un cadre important de la gymnastique

NA : Pour cet article, j’ai eu la contribution d’une sociétaire de l’association qui est… la petite fille d’Alfred Krauss. Merci à Christiane O. pour les éléments apportés et aussi à Jocelyn pour la piste… aux médailles.

Pierre Bonnet (1932 & 1936)              

Pierre Bonnet est né à Belfort le 20 juillet 1910. Il recevra un premier coup en perdant son père dès 1916; laissant sa veuve et ses 3 enfants face à la rudesse de la vie pour un premier combat. Enfant turbulent, après des études écourtées rue de Châteaudun, il devient mitron. Peu de temps après, il entre comme apprenti ajusteur à la SACM (4) en 1924 puis devient dessinateur industriel en cette société puis à Peugeot.

Aimant le sport, il pratique le football au club de la Quand-Même (5) au poste de gardien ou demi-gauche.

Pierre Bonnet R

Ayant eu la possibilité de pouvoir vivre le championnat de Franche-Comté 1927 se déroulant à Belfort, c’est le coup de foudre… c’est mieux qu’un uppercut! Il s’adonne rapidement à cette discipline au cœur du Boxing Club Belfortain sous les conseils de l’entraineur Octave Schartner. Sa volonté farouche et un travail acharné le conduient rapidement dans des challenges de plus en plus élevés; il devient champion de Franche-Comté en poids mouche en 1929 à Audincourt.

Photo Pierre Bonnet

En 1932, il conquière le titre de champion interrégional Sud-Est et devient dans la foulée champion de France cette même année, toujours en catégorie mouche. Pour cette victoire, il est félicité par un autre boxeur belfortain Paul Fritsch (6).

Affiche 1932 bis

 

NA : On lit que Pierre Bonnet aurait participé aussi aux JO de Los Angeles de 1932 mais l’athlète représentant la France en poids mouche était Gaston Fayaud qui n’avait même pas rencontré le champion de France. Pourquoi ?

D’ailleurs le 6 août, notre boxeur belfortain combattait contre Labouret du Club de Sochaux à la soirée organisée par le Ring Belfortain pendant que se déroulait de l’autre côté de l’Atlantique les Olympiades.

Pierre Bonnet sera vice-champion de France de 1933 à 1935.

Il passe dans la catégorie poids coq et devient champion de France en 1936.

Ce titre lui ouvre les portes de la sélection des Jeux Olympiques de 1936 à Berlin. Il fait parti des six boxeurs de l’équipe de France dont 2 champions olympiques

Son parcours olympique est stoppé dès le premier tour car éliminé sur décision surprenante au dire de participant. Son adversaire le polonais Antoni Czorteck est déclaré vainqueur.

Pierre Bonnet Equipe de France 1936

Photo de l’équipe de France (de gauche à droite) aux JO de 1936 :

Roger Michelot (Mi-lourd), Jean Despeaux (Moyen), Roger Tritz (Welter), François Aupetit (Léger), Pierre Bonnet (Coq) et Gaston Fayaud (Mouche). Les 2 premiers cités seront champions olympiques et Roger Tritz finira au pied du podium.

Après un dernier combat à Grenoble, iI raccroche les gants en 1943. Son bilan, 492 combats dont 64 internationaux avec 410 victoires, 31 nuls et 51 défaites.

Il reçoit le titre de professeur de boxe obtenu à Paris en décembre 1943.

Il est le fondateur de l’Athlétic Ring Belfortain en 1931 et du Ring Olympique Belfortain en 1945; il exerce ses talents de professeur dans ses deux clubs.

Pierre Bonnet est mort le 28 mars 1983.

En hommage à ce grand sportif, le gymnase construit sur les Hauts de Belfort situé en extrémité de la rue Anouar El Sadate,  portera son nom.

IMG_11923 Gymnase Pierre Bonnet R

Photo 2012 (JM) Gymnase Pierre Bonnet

IMG_11925 Pierre Bonnet R

 

Il sera inauguré le 28 septembre 1984 et ouvert le 1er octobre 1984. 

 

 

Armand Walter (1936)

NA : Malgré mes recherches, je n’ai pas trouvé beaucoup d’information sur cet athlète; toute information pouvant enrichir cette biographie sportive de cet athlète sera la bienvenue.

Armand Walter est né le 5 avril 1908 à Pfastatt. Il aurait fait ses premières armes au Club de gymnastique de Guebwiller (à confirmer).

Armand WALTER R

 

 

 

Lui aussi rejoindra la Cité du Lion et rejoindra aussi La Belfortaine en 19XX (?). Dans ce cocon où naissent les futurs champions, il progresse et va être lui aussi un grand champion dans un premier temps de renommée nationale.

 

 

Photo d'Armand Walter

 

 

 

En 1935, il entre dans le Corps des Sapeurs Pompiers de Belfort qui possède par ailleurs une excellente équipe de gymnastes.

En 1936, il devient champion de France au concours général.

Grâce à ce titre, il est sélectionné en équipe de France gymnastique pour participer aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin où il concourt à 8 épreuves.

Affiche 1936

 

 

Il prend la 49ème place au classement individuel avec la 61ème place à l’exercice au sol, la 45ème place au saut, la 63ème place aux barres parallèles, la 31ème place à la barre fixe, la 54ème place aux anneaux et au cheval d’arçons.

 

 

 

           Affiche JO Berlin 1936

 

 

 

Armand Walter est décédé le 11 juillet 1995 à Belfort.

Principales évolutions aux Jeux Olympiques de 1928, 1932 et 1936

1928 : Pour la première fois, les athlètes féminines peuvent participer à l’athlétisme et à la gymnastique.

Podium olympique 400 m nage libre féminine 1928

 

Elles seront 277 participantes sur 2883 athlètes. Un autre symbole olympique est la présence, pour la première fois, de la flamme olympique allumée le jour de l’ouverture officielle le 28 juillet et restant allumée pendant toute la durée des jeux. Pour les jeux d’hiver, il faudra attendre 1952 à Oslo, pour que ce cérémonial soit appliqué !

 

Podium olympique 400 m nage libre féminine 1928 

 

1932 : Par son éloignement de l’Europe, Los Angeles n’accueillera qu’un nombre réduit d’athlètes (1332; deux fois moins qu’en 1928).

Chronomètre 1932

 Pour la première fois, les athlètes reçoivent leur médaille sur un podium. Les épreuves sont regroupées sur 16 jours au lieu de plusieurs semaines lors des olympiades précédentes. Le nombre de participants par épreuve est limité à 3 par pays. En athlétisme, les juges sont équipés d’un chronomètre pour mesurer le 1/100e de seconde.

 

1936 : Ces jeux sont plombés par le contexte politique et des pays pratiquèrent le boycott. Trois nouveaux sports deviennent olympiques : le basket-ball, le canoë-kayak et le handball mais en extérieur.

Parcours Flamme Olympique 1936

 

Lors de cette olympiade, a lieu pour la première fois le relais avec la torche olympique depuis la Grèce jusque sur le stade de Berlin.

 

Affiche du parcours de la flame entre la Grèce et l'Allemagne

 

 

 

Du côté des collectionneurs

Avec les Jeux Olympiques d’Amsterdam (1928), de Los Angeles (1932) et Berlin (1936), les collectionneurs voient leur périmètre s’agrandir par les événements associés.

Belle série de cartes postales éditées en 1928

CPA Départ 800m 1928 CPA Match Foot Uruguay Argentine 1928

 

 

 

 

 

 

               Athlétisme Finale 800 m Femme

CPA Cyclisme 1 km 1928

  Football Uruguay-Argentine 2-1

CPA Ritola et Nurmi au 5000 m 1928

 

 

                         Cyclisme Finale 1 km

CPA Marathon 1928

 

 

 

 

  Athlétisme 5000 m Homme  

                 

                           Athlétisme Marathon

Timbres

 

Timbres Amsterdam 1928 R

        Série de timbres émis par les Pays-Bas pour les jeux d'Amsterdam en 1928

Timbre 3 cents 1932

Timbre BF 1936

Timbre 5 cents 1932

   A gauche Timbres JO Los Angeles 1932 et à droite Bloc JO Berlin 1936

 Médailles

Médaille 1928  Médaille 1932

             Médaille JO Amsterdam 1928                         Médaille JO Los Angeles 1932

                                Médaille 1936

                                                            Médaille JO Berlin 1928

Entiers postaux

Les premiers entiers postaux sous forme de cartes postales datent de la fin du 19ème siècle. A Berlin, trois entiers postaux ont été émis; ne sont-ils pas les premiers pour les jeux olympiques?

Entier postal Stade Berlin 1936 Entier postal Voile 1936

                          Entiers postaux 1936 Stade Berlin et Compétition de voile

 

Nous poursuivrons dans un très prochain billet ce parcours olympique des Terrifortains.

JM

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir.

Appendice

(1) Terrifortain : Nom des habitants du Territoire de Belfort. Il a été choisi en 2011 par les auditeurs de Radio France Bleu Belfort et un jury de personnalités. Ce nom n'est pas, à ce jour, officialisé.

(2) Emile Parrot : Voir article ici

(3) Hubert Metzger (1884-1958) : Maire de Belfort de septembre 1939 à novembre 1944 et de novembre 1946 à février 1958.

(4) SACM : La Société Alsacienne de Constructions Mécaniques est créée et s’implante en 1879 à Belfort. Cette société est d’origine mulhousienne. C’est l’annexion de l’Alsace par la Prusse après la guerre de 1870 qui est à l’origine de cette implantation.

(5) Paul Fritsch : Voir article ici

(6) Quand-Même : Statue du sculpteur Antonin Mercié (1845-1916) érigée sur la place d'Armes en 1884 mais côté Hôtel de Ville. Elle symbolise "La lutte quand-même" dans l'espoir que l'Alsace redevienne française et rend hommage aux défenseurs de Belfort.suite au Siège de 1870-1871.

Nous reviendrons sur ces éléments car nous devrions sortir un billet sur la Place d'Armes où de nouveaux défenseurs ont repris les armes... au sens figuré ou ne voulant pas qu'elle soit défigurée!

                    ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---