MAJ le 17 octobre 2017

Il y a 100 ans, le 16 octobre 1917, un combat aérien à la hauteur de Seppois-le-Bas, fut fatal aux deux aviateurs, Raoul Chesneau et Henri Boitel.

La Frontière Dim 21 octobre 1917 p01R

Extrait du journal La Frontière du 21 octobre 1917 (collection AMB)

A l’occasion de ce centième anniversaire, je vous propose de revenir sur ce drame malheureusement trop souvent répété pendant la Première Guerre Mondiale ! Environ 5000 aviateurs français furent tués pendant ce conflit.

Adjudant Raoul Chesneau

Raoul Marie Henri Chesneau est né à Bordeaux le 24 septembre 1888. Il a rejoint certainement de la famille à Paris car il s’engagea au compte du département de la Seine.

Raoul Chesneau Photo Site albin denis

Raoul Chesneau (photo Site albindenis)

Il effectua son service militaire au 9ème Régiment des Dragons au quartier Margueritte d’Epernay, à partir du 12 octobre 1906.

CPA Epernay 9e Régiment de Dragons

Carte postale Epernay Quartier Margueritte

Convoqué le 1er août 1914, suite à la mobilisation nationale décrétée, il rejoignit un régiment d’assignation. 

NA : N’ayant pas pu avoir accès à sa fiche matricule, les informations sur la période 1906-1916 sont manquantes.

Il a obtenu son brevet de pilote militaire (numéro 2312) le 11 janvier 1916 à l’école d’aviation de Chartres. Avant de rejoindre son affectation dans une escadrille, il passa par le GDE (Groupement des Divisions d'Entrainement) du 16 janvier au 6 avril, de Plessis-Belleville, pour parfaire sa formation de pilote.

CPA Chartres Camp d'aviation

Carte postale Chartres, le camp d’aviation

Le 6 avril 1916, il rejoint son affectation comme pilote à l’escadrille la F58 installée en Lorraine, aux environs de Lunéville. Il obtint le grade d’adjudant le 21 novembre.

Sergent Henri Boitel

Henri Louis Boitel est né le 9 août 1885 à Rocourt-Saint-Martin, commune de l’Aisne, au sud de la ville de Soissons.

Aviateur Henri Boitel Photo recherchée

NA : Au cas où, je recherche sa photo.

Il entra dans l’armée active le 7 octobre 1906, au 28ème Régiment des Dragons à Sedan, quartier Mac Donald, qu’il quitta le 25 septembre 1908, avec le grade de Brigadier acquis le 17 octobre 1907.

CPA Sedan Quartier Mac Donald Cavalerie

Carte postale Sedan Quartier Mac Donald où était affecté le 28ème

Réserviste, il effectua une période en 1911 au 8ème Régiment des Dragons, entre le 22 novembre et le 14 décembre au Quartier de la Barollière.

CPA Luneville Quartier Barolliere 8e Régiment Dragons

Carte postale Lunéville, 8e Régiment de Dragon au Quartier de la Barollière

Convoqué le 1er août 1914, suite à la mobilisation nationale décrétée, il rejoignit le 6ème Escadron du Train des Equipages Militaires casernée à Compiègne.

CPA Compiegne Caserne des Dragons

Carte postale Compiègne Caserne des Dragons

Le 6 août, il rejoint son affectation définitive, le 2ème Groupe d’aviation, certainement à Bron (Lyon) ! Il y obtint le grade de Sergent le 28 février 1915, au Groupe 22.

CPA Bron Souvenir 2e Groupe d'Aviation

Carte postale Souvenir du 2ème Groupe d’aviation à Bron

Il suit un stage à l’école de Cazaux (Gironde) du 2 juin au 5 juillet 1916.

C’est certainement dans cette école militaire appelée Ecole de tir aérien de Cazaux ouverte le 1er septembre 1915, que fut initié le sergent Boitel au tir à la mitrailleuse en combat aérien.

CPA Cazaux Ecole d'Aviation

Carte postale Souvenir de l’Ecole d’aviation de Cazaux

Après cette formation, il retourna dans son régiment, le 2ème Groupe d’aviation, dans l’attente de son affectation à une escadrille.

Fut-il versé directement dans l’escadrille F58 ?

NA : Les documents possédés ne permettent pas de répondre à la question, pas plus à quelle date !

L’escadrille F58

L’escadrille MF58 fut créée le 20 mai 1915 et implantée sur le champ d’aviation du Bourget, site de La Réserve Générale de l'Aviation (RGA).

CPA Le Bourget Souvenir

Carte postale Le Bourget

Son commandement fut attribué au Capitaine Arthur Noé. Elle s’était vu attribuée 10 aéroplanes, des Maurice Farman MF11 destinés à accomplir des missions de reconnaissance.

Les premières unités furent construites en 1914 par les frères Farman, dessiné par Maurice d’où l’appellation MF 11.

CPM Aéroplane Maurice Farman MF11 Tony Theobald

Carte postale Aéroplane Farman MF11

Cet aéroplane embarquant deux aviateurs, possédait une envergure de 16,15 mètres, une longueur de 9,50 mètres et une hauteur de 3,90 mètres, pour un poids de 840 kilogrammes. Avec son moteur V8 Renault de 100 chevaux, il pouvait atteindre la vitesse de 80 km/h et atteindre une altitude de 3800 mètres. Il était équipé d’une tourelle portant une mitrailleuse de 7.62 mm et pouvait disposer de 18 bombes de 7,5 kilogrammes.

Peu après, l’escadrille reçut son affectation au DAL (Détachement d’Armée de Lorraine) et s’installa à Lunéville le 26 mai 1915.

En juin 1916, la MF58 devint la F58 et reçu une nouvelle génération d’aéroplanes, des Farman F 40.

CPA Avion Farman F 40

Carte postale Aéroplane Farman F 40

L’escadrille qui fut ré affectée au 40ème Corps d’Armée le 4 février 1917, va être versée au service de la 73ème Division d’Infanterie où elle va assurer les missions de reconnaissance mais aussi apporter sa contribution aux réglages de l’artillerie.

Elle resta dans ce secteur de la Meurthe-et-Moselle jusqu‘en juillet 1917 où elle va rejoindre la Franche-Comté. Dans un premier temps, elle va être basée au Camp du Valdahon (Doubs).

CPA Valdahon Camp d'aviation des Bessonneaux 1

Carte postale Camp du Valdahon

Elle assura la formation des aviateurs américains.

Fin septembre, elle reprit une activité opérationnelle sur le front d’Alsace en rejoignant la région belfortaine et en stationnant sur les aérodromes de Bessoncourt-Phaffans, Fontaine et en dernier Méziré.

Livre Guerre aérienne 1914 1918 p209 Fontaine

Camp d’aviation de Fontaine (photo Livre Guerre aérienne 1914-1918)

L’escadrille va être équipée de nouveaux aéroplanes, toujours des biplans, des  Dorand AR.1. Cet avion fut le premier réalisé dans le cadre de la réorganisation de l’aéronautique française séparant la production et la conception. Cette dernière, la STA (Section Technique de l’Aéronautique) créée le 21 février 1916 eut la charge de concevoir des avions d’observation pouvant se défendre en cas d’attaque de l’ennemi. La direction fut confiée au commandant Emile Dorand (1866-1922).

Photo Avion Dorand AR 1

Avion Dorand AR.1 (collection particulier)

Cet aéroplane embarquant deux aviateurs, possédait une envergure de 13,29 mètres, une longueur de 9,14 mètres et une hauteur de 3,90 mètres, pour un poids de 1247 kilogrammes. Avec son moteur V8 Renault 8 Gd de 190 chevaux, il pouvait atteindre la vitesse de 152 km/h et une altitude de 5500 mètres. Son autonomie était de 3 heures. Il était équipé à l’avant d’une  mitrailleuse lourde Vickers de 7.62 mm, à l’arrière d’une tourelle avec deux mitrailleuses Lewis de 7.62 mm et pouvait disposer de 4 bombes de 120 millimètres.

Insigne F58 Photo Site albindenis BF

Insigne de l’escadrille F58 (photo Site albindenis)

L’escadrille qui prit le 30 novembre 1917, l’appellation AR58, puis SAL58 le23 mars 1918, fut dissoute le 31 décembre 1918; son dernier camp fut celui de Manoncourt-en-Vermois (Meurthe-et-Moselle).

Mardi 16 octobre 1917, le drame

L’escadrille F 58, ou une partie, s’était installée à Bessoncourt, commune à l’est de Belfort, après avoir quitté le Camp du Valdahon en fin septembre.

CPA Bessoncourt Un bonjour

Carte postale Un bonjour de Bessoncourt

Quatre hangars Boissonneau étaient implantés en bordure de l’ancienne voie ferrée Belfort-Vauthiermont longeant l’actuelle départementale 31, à la sortie est du village de Bessoncourt et au sud-est du village de Phaffans.

NA : Certains documents indiquent le camp de Bessoncourt quand d’autres citent le camp de Phaffans, en fait le camp était à cheval sur les deux communes, en un lieu-dit ‘’Le Bourbet’’ !

Carte Fontaine-1918 réduite Bessoncourt BF

Carte de 1918 situant le camp d’aviation (collection AD90)

En cette après-midi du 16 octobre 1917, trois avions, un Dorand AR.1 accompagné de deux Salmson-Moineau SM-1, quittèrent le camp pour une mission d’observation et prendre des photos sur les mouvements de troupes ennemies à la périphérie de la frontière. A la hauteur de Seppois, ils furent attaqués par cinq chasseurs allemands appartenant à la Royal Prussian Jagdstaffel 41, appelée communément Jasta 41, basée à Habsheim, commune au sud de Mulhouse.

BD La grande guerre R

Extrait BD La Grande Guerre Tome 2 (Philippe Glogowski)

Le Dorand n°AR 183, où se trouvaient l’adjudant Raoul Chesneau et le sergent Henri Boitel, fut pris en chasse et le combat va tourner à l’avantage de l’équipage allemand qui va atteindre l’avion français, en tuant le pilote.

L’avion venant de Pfetterhouse va s’écraser en Suisse dans la forêt de la commune de Beurnevésin, proche de la frontière franco-suisse.

Ses ailes seraient restées accrochées dans les arbres, seuls le moteur et la carlingue auraient atteints le sol; les deux aviateurs étaient décédés à l’arrivée des secours.

CPA Beurnevésin Le village

Carte postale du village de Beurnevésin (Suisse)

Le point de chute de l’avion n’a pas été mémorisé sur le terrain, il était situé à environ 400 mètres de la Borne des Trois Frontières (ou Borne des Trois Puissances).

Carte 1927 Secteur Beurnevésin 5

Carte du lieu du crash de l’avion, en rouge l’impact, drapeau vert la cote 510 et drapeau bleu la borne des 3 frontières (réalisation BF)

Cette borne était placée à l’intersection des 3 nations, la commune de Beurnevésin pour la Suisse, la commune de Réchésy pour la France et la commune de Pfetterhouse pour l’Alsace allemande depuis son annexion en 1871 (Traité de Francfort).

CPA Borne des 3 Puissances France Suisse Alsace

Carte postale de promeneurs près des bornes

Les militaires helvétiques du poste d’observation, installés à la cote 510, virent la descente de l’avion et donnèrent l’alerte. Quand les secours arrivèrent sur le lieu d’écrasement, ils découvrirent malheureusement les corps des deux aviateurs sans vie...

CPA illustrée Bournevésin Cote 510

Carte dessinée par un des observateurs suisse de la cote 510 (collection CM)

Les dépouilles des deux militaires français furent amenées en l’église de Beurnevésin pour la mise en bière.

CPA Beurnevesin Village et église

Carte postale du village de Beurnevésin, l’église est à gauche

Mercredi 17 octobre 1917, le transfert et le recueillement

Le lendemain matin après la cérémonie funèbre célébrée par l’abbé Furberg de Beurnevésin, les deux cercueils sous escortes militaires du 3ème Bataillon d’infanterie furent transférés à Boncourt pour être rendus aux autorités militaires françaises. Le rendez-vous était prévu à 10 heures au poste de frontière.

CPA Boncourt Suisse

Carte postale de Boncourt

Au point de rencontre où flottait le drapeau fédéral, la Suisse était représentée par le lieutenant-colonel Guisan accompagné de plusieurs autres officiers et militaires, de Joseph Choquard le préfet de Porrentruy et du maire de la ville, Henri Burrus; la musique jouant l’hymne helvétique.

CPhoto Boncourt Remise des corps aviateurs 17 oct 1917 a

Carte photo Rencontre des délégations Française et Suisse

Côté français, étaient présents autorités militaires et civiles dont le capitaine Stoll accompagné par Charles Ackermann, le 1er adjoint représentant le maire de Delle, Arsène Zeller le délégué du Souvenir Français…

CPhoto Boncourt Remise des corps aviateurs 17 oct 1917 b

Carte photo Les délégations attendent l’arrivée des cercueils

Le cortège mortuaire avec son escorte arriva au poste de frontière et les deux cercueils furent déposés sur des tréteaux pour recevoir un dernier hommage de la délégation suisse, toujours avec le concours de la fanfare helvétique.

CPhoto Boncourt Remise des corps aviateurs 17 oct 1917 c

Carte photo Les cercueils sont remis au poste frontière

Chaque cercueil, enveloppé d’un liceul formé avec les couleurs tricolores, fut déposé sur un char tiré par un cheval que l’on recouvrit de branches de sapin, de couronnes et de drapeaux.

CPA Delle

Carte postale Delle (collection CM)

Le cortège prit la direction de la Salle des Fêtes de Delle qui pour l’occasion fut transformée en chapelle ardente pour permettre le recueillement. A l’arrivée, la Marseillaise fut entonnée et les militaires présentèrent les armes.

CPA Delle Rue des Ecoles

Carte postale de la Salle des Fêtes de Delle (collection CM)

Une décoration de la salle avait été réalisée par Lucien Graff et Xavier Burgermeister, permissionnaire. Elle fut envahi par un grand nombre de couronnes des autorités militaires dont celles l’escadrille F58, des autorités civiles dont celle de la marie, des deux familles des aviateurs tués mais aussi des sociétés delloises… Les deux cercueils furent sous la garde d’un piquet de la gendarmerie. Toute l’après-midi et le lendemain, la population put venir se recueillir dans la chapelle ardente.

NA : Le jeudi 20 octobre, un avion allemand fut abattu par le lieutenant Louis Delrieu et s’écrasa à Belfort dans le faubourg de Montbéliard. Un lien en fin de cet article permet d’accéder au billet consacré à cet épisode de la Première Guerre Mondiale dans notre région.

Vendredi 21 octobre, l’enterrement

Les obsèques eurent lieu le vendredi 21 octobre à 10 heures, à l’église de Delle qui elle aussi fut décorée pour rendre hommage aux deux militaires morts pour la France. La ville avait mis ses drapeaux en berne, avec crèpe de rigueur. Les cercueils avaient été installés dans l’église avant que débute la cérémonie religieuse et patriotique.

CPA Delle L'église

Carte postale de l’église de Delle (collection CM)

Malheureusement, malgré sa capacité importante, elle fut beaucoup trop petite pour accueillir l’ensemble de ceux qui s’étaient déplacés pour démontrer leur témoignage.

La cérémonie fut conduite par l’abbé Roueche qui fit un portrait plein d’émotion communicative en l'honneur de ces deux soldats, enfants de France.

CPA Delle Intérieur église

Carte postale de l’intérieur de l’église de Delle (collection CM)

Ce fut une procession importante mais organisée qui se dirigea vers le cimetière avec à sa tête les enfants des écoles sous la conduite de leurs instituteurs. Suivaient les familles des aviateurs, l’oncle, la tante et le frère de l’adjudant Raoul Chesneau, le père du sergent Henri Boitel. Puis venaient les autorités militaires dont les aviateurs de l’escadrille F58 avec leur commandant, le capitaine Louis Valton, les autorités civiles dont le secrétaire général du haut-Rhin, Etienne Dusevel, le 1er adjoint de Delle, Charles Ackermann accompagné du secrétaire de mairie, Anatole Lablotier, et du conseil municipal, des deux décorateurs Lucien Graff et Xavier Burgermeister… le Souvenir Français, les vétérans, les médaillés, les sociétés et une foule dense.

NA : Depuis le 1er mai 1917, l’escadrille était sous les ordres du capitaine Louis Valeton.

CPhoto Delle Obsèques aviateurs 16 oct 1917

Carte photo Le cortège dans la rue Saint-Nicolas à Delle

La procession se fit avec de nombreux drapeaux et accompagnée par la musique.

Au cimetière, vint le temps des discours. Ce fut au commandant de l’escadrille F58, le capitaine Louis Valton d’effectuer le premier. Il souligna que l’escadrille avait telle une mère, perdue deux enfants. Il remercia les autorités suisses et la population de ce coin de France.

Bulletin Société Belfortaine d'Emulation n°100 2009 p271R

Photo des deux tombes (Livre de la SBE n°100)

Le 1er adjoint Charles Ackermann,au nom du conseil municipal, salua le courage des deux aviateurset les familles éplorées, affirma que Delle était fière d’assurer leurs repos parmi les tombes des êtres chers de la commune.

CPA Delle Cimetière Monument 1870

Carte postale Monument de 1870 au sein du cimetière de Delle où a été apposée une plaque commémorative (collection MC)

P1020931R

Sur cette plaque, sont présents les noms des deux aviateurs (photo BF)

Le discours final fut effectué par le représentant du Souvenir Français, Arsène Zeller, il rappela qu’il était il y a trois semaines à Petit-Croix pour l’inauguration du monument dressé pour Adolphe Pégoud. Comme lui, les deux aviateurs avaient fait preuve de bravoure et de vaillance pour protéger la terre de la Liberté.

NA : Un lien en fin de cet article permet d’accéder au billet consacré à ce monument.

P1020925R

Le caveau rénové des militaires tués lors de la Première Guerre Mondiale dont les tombes des deux aviateurs Raoul Chesneau & Henri Boitel (photo BF)

Croix Boitel Chesneau

 Les croix des deux aviateurs Henri Boitel et Raoul Chesneau (photo BF)

Vendredi 16 novembre 1917, remerciements miltaires

Le chef d’Etat-Major de la 7ème Armée, le général Baucheron de Boissoudy, accompagné de plusieurs officiers s’était rendu le 16 novembre à Boncourt pour remercier l’armée suisse de leur démarche vis-à-vis des deux aviateurs abattus le 16 octobre. Ils ont été accueillis au poste frontière par le colonel Parrot, commandant de la 2ème division, et ses officiers.

CPA Boncourt La frontiere

Carte postale Boncourt La frontière avant la guerre

Après que les honneurs furent rendus par les militaires helvétiques et un échange entre les deux militaires, les officiers montèrent dans des voitures pour se rendre à la mairie, où le 1er magistrat de la ville, Henri Burrus, leur avait mis à disposition un bureau.

Jeudi 1er novembre 1917, cérémonie patriotique à Delle

A l’iniative du 1er adjoint, Charles Ackermann, la population delloise fut conviée à honorer les militaires tombés au champ d’honneur. Le rendez-vous fut donné, place de la République à 15 heures pour se rendre au cimetière.

CPA Delle Place République

Carte postale de la place de la République à Delle

La procession avait réunis les pompiers et leur musique, les enfants des écoles, le patronage Jeanne d’Arc, les sociétés de la préparation militaire et des sports… et de nombreuses autres délégations. Côté militaire, des délégations d’unités présentes dans le secteur et une délégation de l’escadrille F58 à laquelle appartenaient les deux aviateurs abattus le 16 octobre, Raoul Chesneau et Henri Boitel.

CPA Delle Monument 1870

Carte postale Delle Cimetière Monument de 1870 installé en 1893 (collection CM)

Arrivé au cimetière, ce fut Charles Ackermann qui prononça l’allocution devant les tombes et le monument de 1870, décorés par Lucien Graff. Il rapella que chaque année les dellois venaient se recueillir sur les tombes familliales mais que cette année, cette démarche était collective pour rendre hommages aux morts pour la Patrie.

CPhoto Delle Cimetière 1er novembre 1917 R

Carte postale de la cérémonie (collection CM)

Après avoir effectué un retour sur les trois premières années de ce conflit subit, il rendit au titre des personnes présentes un témoignage d’admiration et de reconnaissance à Louis Juillerat, enfant de Delle et aux deux aviateurs morts pour la France. La Marseillaise termina la cérémonie et le cortège se disloqua.

Pendant la cérémonie, des avions étaient venus survoler le cimetière pour rendre hommages à leurs frères d’armes dans leurs sépultures delloises.

Honneurs militaires

Raoul Chesneau reçut la Médaille militaire et la Croix de guerre à titre posthume.

Médaille militaire & Croix de guerre

Médaille militaire et Croix de guerre

Epilogue

Les deux aviateurs qui perdirent la vie en cette journée du 16 octobre 1917 rejoignaient la longue série de militaires qui donnèrent leur vie pour se battre, pas toujours à armes égales, contre l’aviation allemande.

Information

Une exposition est prévue à Delle les 21 et 22 octobre pour commémorer cet anniversaire, à la Halle des Cinq Fontaines.

Le samedi 21 octobre, un hommage sera rendu aux deux aviateurs au cimetière avec dépôt de gerbes; départ du cortège place de la République à 10h15.

Programme : Cliquer ici

 

JM

Liens aux articles signalés dans le texte

Le monument de Pégoud à Petit-Croix : Cliquer ici

18 octobre 1917, le Lion a plumé un des aigles allemands : Cliquer ici

Références presse :

Journaux La Frontière et L’Alsace(collection Archives Municipales de Belfort ‘’AMB’’ et Archives Départementales du Territoire de Belfort ‘’AD90’’), L’Avis de Neuchâtel du 19 octobre 1917

Références documents :

Recueil Souvenirs de la Guerre 1914-1918 par Lucien Graff (collection AD90 cote 5J carton IV), Bulletin de la Société Belfortaine d'Emulation n°100 (collection BF), Livre 1914-1918 Guerre aérienne dans le ciel de Haute Alsace par Philippe Seither (collection BF)

Références Site Web : Forum ‘’pages14-18’’, Site ‘’albindenis’’ (la référence sur l’aviation de la  Première Guerre Mondiale), Site ''MemorialGenWeb'', Site ‘’memoiredeshommes’’, divers autres sites…

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

Les textes en gras et soulignés sont des liens vers d'autres articles... En cliquant dessus vous êtes dirigés vers ceux-ci.

En cliquant sur une photo ou un document, vous pouvez l’agrandir.

          ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---