NA : Les Cartophiles & collectionneurs du Territoire de Belfort poursuivent la série d'articles sur les titres financiers du Territoire de Belfort pour mémoire les billets publiés à ce jour :

-  La scripophilie avec notre ami Bernard Z : Un titre : Bernard Z. à la une !

-  Episode 1 : Les Tramways Electriques de Belfort.

-  Episode 2 : La Société des Trolleybus Urbains de Belfort

 

La Société Anonyme du Tramways Beaucourtois

JM : Bonjour Bernard, je reviens vers toi pour poursuivre nos conversations au sujet des titres financiers du Territoire de Belfort. Après avoir voyagé avec les coureurs du Tour de France, nous allons de nouveau voyager mais en tramway il me semble !

BZ : Bonjour Jean-Marie, c’est vrai nous allons parler aujourd’hui d’une nouvelle action. Elle n’a pas été émise par une société belfortaine comme les précédentes mais celle d’une autre ville du département, la Société Anonyme du Tramway Beaucourtois.

Titre Tramway Beaucourt CCTB

                                           Action de 100 francs 

JM : La ville de Beaucourt était-elle jalouse de Belfort ?

BZ : Je ne pense pas, l’enjeu était tout autre ! Beaucourt, à la fin du 19ème siècle et début du 20ème siècle, était une ville très industrielle avec en autre les usines Japy (1).

JM : Je blaguais !

BZ : Les actions de la Société Anonyme du Tramway Beaucourtois ont été émises le 15 septembres 1903 sous la forme de deux milles trois cent actions nominatives de 100 francs.

IMG_12021 Eugène Bornèque R

 

NA : C’est sous l’impulsion du maire Eugène Bornèque (2) qu’une ligne de tramways est crée à Beaucourt. Elle permet de relier la gare au centre ville; celle-ci étant implantée à Dasle et distante de 2 km.

Les principaux actionnaires de cette société seront Eugène Bornèque (150 actions), Jules Japy (150 actions) et la société Japy Frères (300 actions).

Photo d'Eugène Bornèque

La gare est desservie par la ligne ferroviaire PLM Montbéliard-Delle (3) depuis le 29 juin 1868. La ville de près de 5000 habitants a besoin de se doter d’un moyen moderne de transport pour sa population mais aussi pour desservir les usines Japy Frères en autre. Les voyageurs avant l’arrivée du tramway empruntaient un service omnibus tiré par des chevaux.

 CPA Beaucourt Gare & Tramway

 

 

 

Carte postale (extrait) Tramway devant la gare de Dasle-Beaucourt

 

 

 

JM : Bernard, as-tu entendu parler de ce tramways car, je ne pense pas que tu as dû l’utilisé !

BZ : Quand je suis né, le tramway ne circulait plus ! Il s’est arrêté un peu avant la deuxième guerre mondiale. Par contre, j’ai eu la chance d’utiliser le tramway de Belfort car il s’est arrêté beaucoup plus tard, en 1952. Je me rappelle qu'il faisait beaucoup de bruit!

NA : La ligne est inaugurée en 1904. Elle a une particularité car elle relie deux départements le Doubs au Territoire de Belfort ! Elle parcourt un circuit de 3,9 km qui part de la gare à Dasle-Beaucourt (Doubs),  emprunte l'accotement de la route qui rejoint Dampierre les Bois, entre dans Beaucourt par le chemin de la gare puis suivait la rue de Dampierre jusqu'à la place de la République, place centrale à l'époque, remontait la rue de Saint-Dizier, puis la rue Courbot, la rue Frédéric Japy et avait son terminus au carrefour avec la rue de Vandoncourt.

Plan 1910 avec tracé tram beaucourt

                    Plan de 1910 où a été reporté le tracé de la ligne du tramway

Beaucourt Tracé sur carte actuelle R

                      Plan actuel où a été reporté le tracé de la ligne du tramway

Légende :

A gauche, on peut voir l'emplacement de la gare voyageurs (carré bleu) et la gare marchandise (carré vert).

A droite, les 2 carrés noirs à la hauteur de la rue de la prairie représentent l'usine électrique et le bâtiment servant de garage aux tramways

La ligne est une voie métrique, avec une partie des rails en saillie sur ballast et noyée dans la chaussée dans Beaucourt. Elle est électrifiée via une caténaire en courant continu sous tension de 550 volts. Le parcours d’accès et dans la Cité du Grammont (4) est accidenté et pentu. La voie ne comprend pas moins de 37 courbes totalisant 1440 m, les 2/3 de la totalité du parcours et 330 m d’embranchement et de garage. Les courbes variant de 340 m à 25m. Le dénivelé entre la place centrale et l’usine Japy est de 28 m pour une distance de 731 m et il est de 80 m entre la gare et cette même place distante de 2842 m. Plusieurs accidents seront à dénombrer dont un fort spectaculaire; la motrice est entrée dans la boucherie du sieur Mouilleseaux qui n’avait pas prévu cette livraison !

Beaucourt Tramway 2 CCTB

Dans Beaucourt, deux voies d’évitement sont situées sur les 2 places, Républiques et Centrale pour permettre la circulation alternée de plusieurs véhicules sur la voie.

Beaucourt Tramway 3 CCTB

                    Sur cette carte postale, la "Choucarde" est attelée à la motrice

A la gare, la voie possède deux servitudes une pour les voyageurs et une autre pour les marchandises.

Un bâtiment est construit dans la cour de cette dernière, d’une emprise au sol de 27 m sur 10 m, permet de rentrer les véhicules et d’assurer les entretiens. Il comprend 3 voies de garage avec fosse. Un autre bâtiment est implanté dans Beaucourt près de l’usine électrique.

Gare actuelle Beaucourt-Dasle

                                2012 : L'ancienne gare PLM de Dasle-Beaucourt

A l’origine, le matériel de transport est composé de 4 types de véhicule : deux voitures automotrices voyageurs (14 places assises et 6-8 personnes debout), une remorque voyageur (14 places assises et 3-4 personnes debout), trois voitures automotrices marchandises (charge limitée à 5 tonnes) et une remorque marchandises (charge limitée à 5 tonnes). Il sera compléter par une deuxième remorque marchandises et une remorque pour transporter le courrier et les bagages des voyageurs, appelée ‘’Choucarde’’ par les Beaucourtois. Facilement identifiable par les utilisateurs, les deux types de véhicule avaient leur couleur propre, bleu pour celui des voyageurs et noire pour celui des marchandises. La vitesse est limitée à 20 km/h et 5 km/h dans Beaucourt.

Beaucourt Tramway CCTB

        Carte postale : Tramway voyageurs en fin de ligne, le long des usines Japy

Les voitures du tramway sont équipées de 2 moteurs en 550V continu de 35 chevaux et de 3 freins nécessaire au regard de la configuration de la ligne. Le gabarit des voitures est limité à 3,30 m de long et 1,80 m de large. Ces véhicules ont été achetés à la Société Alsacienne.

Huit arrêts desservent le parcours : la gare, l’intersection chemin d’intérêt commun n°21 et chemin ordinaire n°5, la Cité Ducros, la place Neuve, la place Centrale, l’intersection rue Courbot et rue Saint-Dizier, la Mairie et le terminus. Les arrêts sont soit propres aux voyageurs (Ducros, Courbot et Mairie), soit commun avec les marchandises.

CPA beaucourt Les usines 2

            Sur cette carte postale, un tramway marchandises entrant dans l'usine

La société du Tramway effectue 10 trajets voyageurs aller-retour par jour et 11 le dimanche pour assurer le train du soir à 22h52. La plage horaire du service s’étend de 4h00 à 23h00 pour assurer les correspondances avec les trains. Les transports de marchandises s’intercalent dans le flux voyageur.

Le prix des billets très attractif fait que la ligne est un vrai succès, près de 100 000 voyageurs emprunte ce moyen de transport moderne et la société Japy ne peut que se féliciter de cette solution pour être approvisionner et expédier ses commandes. La société a pris en charge la continuité de la voie sur son site.

JM : Bernard, as-tu des tickets de transport pour ce tramway?

BZ : Je n’ai jamais eu la chance d’en voir un et encore moins de pouvoir en posséder un; peut-être qu’un jour j’aurai cette opportunité!

JM : Je te le souhaite. Merci Bernard pour toutes les informations apportées sur ce titre. Nous poursuivrons nos discutions sur cette belle série sur les titres financiers une toute prochaine fois avec un autre titre pour nous transporter sur un autre lieu… mais sans utiliser un tramway…

NA : Le 6 mai 1922, le conseil municipal dépose un projet de modification du tracé de la voie dans l’accès de la rue Courbot pour la rendre moins accidentogène. Il est accepté par le préfet le 13 juin 1922. Il consiste à déplacer le rebroussement actuel rue de Saint-Dizier par la création de 3 voies de manœuvre sur l'ancien emplacement des bâtiments (Hangar et garage) Pain acquis précédemment par la municipalité. Une des voies sera destinée à réaliser le rebroussement avec plus de sécurité; la distance en pente à parcourir pour effectuer cette opération étant réduite  et évite l’emballement des motrices. Les deux autres voies sont destinées au stockage. Cette modification évitera qu’un véhicule rentre dans la boucherie sans l'autorisation du propriétaire… comme ce fut le cas le 20 janvier 1922. Les deux autres voies permettront le stockage. Ce projet a-t-il été réalisé ? Les documents trouvés ne donnent pas !’information !

CPA Beaucourt Rue Courbot

               Carte postale de la rue Courbot où on devine la forte déclivité de cette voie

Mais l’aventure a une fin ! Dès 1937, la société du Tramways Beaucourtois ferme le service voyageurs; les premiers autocars sont arrivés à Beaucourt dès 1920. La desserte marchandises poursuivra son activité jusqu’en début juin 1940; les usines Japy Frères ont fait l’acquisition de moyens autonomes tels tracteurs et camions pour leur approvisionnements et livraisons. En fin 1938, le 5 décembre, la ligne entre Montbéliard et Morvillars est fermée.


La suite au prochain épisode : La Société Frachebois

Infos pratiques  

Vous pouvez laisser des commentaires sur cette présentation via le lien "Commentaires" en fin de l'article après la liste des tags.

En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir.

 JM

AppendiceStatue Japy

(1) Japy : Le premier de la lignée est Frédéric (1749-1812) qui fut à l’origine du développement industriel de Beaucourt mais pas que, mais aussi du bassin Belfort-Montbéliard. Fort de sa formation d’horloger à Le Locle (Suisse), il crée son entreprise dès 1773 à Beaucourt en créant ses propres machines-outils. Inventeur voir génie de la créativité active, il se diversifie dans le domaine des pompes, de la quincaillerie, des machines à écrire… Il a protégé ses inventions en déposant des brevets.

 

                                           Statue Frédéric Japy

 

(2) Eugène Bornèque (1845-1918) : Né en Suisse à Bellefontaine, ingénieur des Arts & Manufacatures, il se marie à Adèle Japy en 1872 . Il entre en 1868 dans la société Japy, devient le gérant en 1883 puis en 1897 le Président du Conseil de gérance. Maire de Beaucourt de 1897 à 1918, il est aussi le premier Président de la Chambre de Commerce de Belfort de 1898 à 1918. Il participera au Siège de Belfort en tant que capitaine sous les ordres de Denfert Rochereau. Il est le commandant de la fonderie d'obus installée sur la petite place de la Porte de France.

(3) PLM Montbéliard-Delle : La ligne est inaugurée le 29 juin 1868 par la compagnie ferroviaire Paris-Lyon-Marseille (P.L.M.). Elle dessert la gare de Dasle-Beaucourt.

(4) Cité du Grammont : Beaucourt est situé près du plateau de Grammont à une altitude de 428 m. Ce plateau porte la trace de l'homme du Néolithique (vers 4500 ans avant JC) qui a établit un important camp fortifié celtique abritant entre autres de nombreuses sépultures.

                    ---o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o-----o---